Garçon devant un ordinateur.jpg
Hollie Little Pink Laptop.jpg
les articles à compléter  • le Livre d'or
Ce sont des enfants, des adolescents et des adultes qui écrivent et qui font la maintenance de Vikidia. Participez vous aussi !

Albert Spaggiari

« Albert Spaggiari » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher


Albert Spaggiari est un malfaiteur français né en 1932 et mort en 1989 d'un cancer de la gorge. Il est connu pour avoir organisé le casse du siècle de Nice ayant eu lieu à la société générale. Il est aussi membre de l'Organisation de l'armée secrète (OAS). Il est souvent comparé à Arsène Lupin. En effet, il à réussi a s'enfuir de prison.
Fichier:Albert Spagiari.jpg
Albert Spagiari, auteur du casse du siècle

Jeunesse[modifier | modifier le wikicode]

Alors âgé de seulement 3 ans le père d'Albert Spaggiari décède. Puis, il décide de s'engager en tant que parachutiste lors de la guerre d'Indochine. Il sera décoré pour son travail. Puis il deviens voleur et sera pour cela à 5 ans de de travaux forcés ainsi qu'une interdiction de séjour en Indochine d'une durée de 2 ans. En 1957 il trouve un emploi chez un fabriquant de coffre fort pour le quel il doit briser les coffres pour les clients ayant perdu les clefs. En 1961 il aurait selon ses dires failli assassiner le Général de Gaulle. En 1968 il deviens marchand de photo à Nice ce qui lui permet de devenir proche des membres de la mairie. Adulte, il nomme sa demeure Les Oies Sauvages avec les S pour rappeler la police politique Allemande les Schutzstaffel.
Un Coffre-fort moderne

Le casse du siècle[modifier | modifier le wikicode]

Pour financer l'OAS, Albert Spaggiari réfléchi a commettre un casse. Dans un premier temps il commet un repérage des lieux en louant un coffre-fort. Il s'assure ainsi qu'il n'y a pas d'alarmes. Puis il comprend qu'il ne pourra pas effectuer le casse seul. Pour cela, il contacte des hommes connaissant bien le milieu de la criminalité. Ils établissent un plan. Le bâtiment contenant les coffres forts passe a seulement 8 mètres des égouts. Spaggiari et ses complices creusent donc dans le sol pour pouvoir accéder à la salle des coffres. Cependant la visite du président de la République, Valéry Giscard d'Estaing stoppe les travaux. En effet les policiers sont partout et il est donc impossible pour les malfrats de continuer les travaux sans risquer de se faire repérer. C'est donc au lendemain du départ du président que les travaux qui ont duré 3 mois recommencèrent. En effet, pour éviter tout malaise lié au manque d'oxygène, les bandits avaient installés un système d'aération ce qui a pris beaucoup de temps. Le 16 juillet, au soir, les murs de la salle des coffres sont transpercés. Ils ont tout le week end pour vider les coffres mais ils rencontrèrent des difficultés. En effet les coffres étaient de la marque Knox et étaient réputés inviolables. De plus il se mis à pleuvoir beaucoup ce qui incita les voleurs à quitter la salle le plus tôt possible avant que les égouts ne soient inondés. Les voleurs n'ont pu donc dérober le contenu "que" de 371 coffres sur les 4000 de la banque, soit 50 millions de francs (environ 25 millions d'euros). Avant son départ, Albert Spaggiari laissa écrit sur une feuille le message "Sans arme, ni haine, ni violence". Pour éviter que la police scientifique analyse l'écriture pour en deviner le propriétaire, les complices repassèrent dessus avec des craies. Trois heures et trois aller retour furent nécessaires pour extraire le butin. La bande de malfrat laissa dans les égouts les outils ayant servit à percer la galerie entre les égouts et la salle des coffres.

Évasion[modifier | modifier le wikicode]

Le 10 mars 1977 après un peu plus de 4 mois de prison, Albert Spaggiari, convoqué chez le juge prend la fuite. Dans un premier temps il dit au juge qu'il va parler des motifs de son vol qui sont liés à l'extrême droite. Le juge décide de faire sortir les policiers pour éviter toute fuite dans la presse.Le malfrat dessine sur un papier un schéma du vol volontairement incompréhensible. Le juge lui demandant des explications, Albert en profite pour se mettre à côté du juge, de plus en plus prés de la fenêtre. Spiaggiari donne des informations incompréhensibles ce qui conduit le juge à dire qu'il allait examiner ses explications plus tard. Le bandit lui dit de bien garder ce papier en souvenir, car il ne le reverrait plus jamais. Puis il sauta par la fenêtre. Il tomba sur un véhicule puis couru jusque a la moto de son complice. Le scénario était bien préparé. Spaggiari et son complice allèrent le plus vite possible jusque dans un parking sous terrain, puis ils empruntèrent une voiture et Spaggiari fut mis dans le coffre pour passer les barrages routier.

Le savais-tu.png
Le savais-tu ?
Spaggiari n'était pas au courant du plan d'évasion !
La personne chargée d'informer Spaggiari du plan d'évasion ne l'avais pas fait. C'est en voyant depuis la fenêtre une moto qui l'attendait qu'il compris le plan.

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Portail de la criminologie —  Tous les articles sur la criminologie.