Afrique du Nord romaine

« Afrique du Nord romaine » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Amphithéâtre romain de El Djem (ancienne Thysdrus) en Tunisie. Fin du IIe siècle ap.J.C.

L'Afrique du Nord romaine ou simplement l'Afrique romaine est la période durant laquelle l'Afrique du Nord a été une province de l'empire Romain.

À partir du milieu du IIe siècle av. J.-C., après la destruction de leurs rivaux carthaginois, les Romains s'installent lentement en Afrique du Nord. Rome est en effet alors plus préoccupée par son extension dans les Balkans et en Asie mineure. Aussi une grande partie de l'Afrique du Nord (sauf la Tunisie qui devient rapidement une province romaine) restera longtemps sous l'autorité de rois berbères. Dans la première moitié du Ier siècle av. J.-C., la Numidie (est et centre de l'Algérie actuelle) devient des provinces romaines. L'ouest du Maghreb (ouest algérien et Maroc) forme le royaume de Maurétanie allié des romains n'est transformé en provinces romaines qu'en 42 ap.J.C.

En 429 les Vandales, peuple germanique, pénètrent en Afrique du Nord et y prennent le pouvoir sur les dirigeants Romains.

Il reste de nombreux monuments romains en Afrique du Nord, qui datent de cette époque.

La Tunisie romaine[modifier | modifier le wikicode]

L'est tunisien (ancienne région de Carthage) devient rapidement la province romaine d'Africa Vetus. Jules César envisagera d'installer une colonie romaine sur le territoire maudit de Carthage. Cela sera réalisé sous le règne d'Auguste.

En 27 av. J.-C., les provinces d’Africa Nova (ancienne Numidie) et d’Africa Vetus (Tunisie) sont unies pour former la province romaine d'Afrique proconsulaire.

À la fin du IIIe siècle, l'empereur Dioclétien pour mieux exercer le contrôle romain, divise l'Afrique proconsulaire en deux provinces : l'Afrique proconsulaire autour de Carthage et la Byzacène autour d'Hadrumète (Sousse). Les colonies de Libye forment la Tripolitaine avec Leptis Magna comme capitale.

Le royaume de Numidie, surveillé étroitement par Rome[modifier | modifier le wikicode]

La colonie romaine de Timgad en Algérie. Créée à la fin du Ier siècle ap.J.C.

L'ouest tunisien et l'est algérien forment le royaume de Numidie, sous l'autorité de Massinissa, un roi berbère allié de Rome contre Carthage. La capitale est Cirta (actuellement Constantine en Algérie). À la mort de Massinissa en 148 av. J.-C., les Romains partagent la Numidie entre les trois fils du roi. Puis à la mort de Micipsa dernier fils de Massinissa, le royaume est de nouveau partagé entre Hiempsal et Adherbal, les deux fils légitimes du roi et Jugurtha, le fils illégitime d'un frère de Micipsa. Jugurtha se débarrasse de ses cousins et rivaux et réunifie le royaume. Pendant sept ans de 113 à 105 il tient tête aux Romains. Jugurtha est trahi par son beau-père le roi Bocchus de Mauritanie, il est remis au général romain Syla, qui le ramène à Rome où il est emprisonné et meurt de faim en 105.

Le royaume de Maurétanie gagne alors la partie occidentale de la Numidie entre la Moulouya et le Rummel soit l'ouest et le centre de l'Algérie actuelle.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Royaume de Numidie.

Le reste de la Numidie reste un État vassal de Rome. Mais en 46, le roi Juba Ier, allié aux partisans de Pompée, les adversaires de César, est battu par celui-ci à la bataille de Thapsus. Son royaume devient la province romaine d'Africa Nova.

En 27 av. J.-C., les provinces d'Africa Nova (ancienne Numidie) et d'Africa Vetus (Tunisie) sont fusionnées pour former la province romaine d'Afrique proconsulaire.

La Numidie retrouve son autonomie pendant le règne de l'empereur Caligula (première moitié du Ier siècle) et redevient indépendante sous le règne de l'empereur Septime Sévère à la fin du IIIe siècle.

Le royaume de Maurétanie, un allié[modifier | modifier le wikicode]

Diane au bain. Mosaïque romaine de Volubilis au Maroc

Le centre et l'ouest algérien, ainsi que le nord du Maroc, sont regroupés par l'empereur Auguste dans le royaume de Maurétanie à qui l'on donne pour souverain le numide Juba II, captif élevé à Rome et époux de la fille de Marc Antoine et de Cléopâtre VII. Le royaume de Maurétanie sera définitivement annexé à Rome en 44 apr. J.-C.. L'empereur Claude le divise alors en deux provinces : la Mauritanie tingitane (avec Tingi (Tanger) comme capitale et la Mauritanie césarienne (avec Caesarea (Cherchell) comme capitale)

Pendant le Bas-Empire romain (IIIe-IVe siècle), les Romains abandonnent le Maroc pour ne garder que les environs de Tingi.

La présence romaine en Afrique du Nord[modifier | modifier le wikicode]

Le travail de la vigne en Mauritanie césarienne. Mosaïque du musée de Cherchell (ancienne Caesarea) en Algérie

Malgré l'opposition souvent armée des Berbères, les Romains s'installent en Afrique du Nord. Ils y développent l'agriculture, en particulier les céréales et les oliviers qui permettent l'approvisionnement de Rome. Les Romains créent de très nombreuses villes (Volubilis au Maroc, Timgad, Lambèse, Caesarea (Cherchell), Tebessa, Hippone (Annaba) en Algérie, en Tunisie, Ammaedara (Haïdra), Hadrumète (Sousse), Althiburos (Medeina), Thysdrus (El Djem)...

Les dieux romains et les dieux indigènes cohabitent et parfois se mélangent (syncrétisme). Mais l'Afrique du Nord se christianise progressivement au IIe siècle avec Tertullien (de Carthage) puis saint Augustin, évêque d'Hippone de 395 à 430.

Portail de la Rome antique —  Histoire romaine, langues et civilisations italiotes.