Adaptation (biologie)

« Adaptation (biologie) » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Diverses espèces de pinsons des Galápagos (wp), étudiées par Charles Darwin dans les années 1830. Chacune, sur son île, a un bec adapté à son régime alimentaire (graines, insectes, plantes...). Darwin et d'autres naturalistes comprennent qu'elles ont pour ancêtre une espèce de pinson unique, qui s'est diversifiée en s'adaptant par sélection naturelle aux différents environnements.

L'adaptation est une idée, un principe, important en biologie, en particulier dans l'évolution naturelle des espèces vivantes. Dans leur environnement qui change toujours durant les millénaires, les espèces doivent s'adapter pour survivre. Les moins adaptés finissent par disparaitre ; c'est la Sélection naturelle. Les survivants vont se reproduire avec leurs nouvelles caractéristiques, de plus en plus jusqu'à se transformer et créer de nouvelles espèces. C'est l'évolution.

Être le meilleur possible dans son environnement[modifier | modifier le wikicode]

L'adaptation est le processus d'évolution naturelle qui permet à une espèce, à un de ses organes souvent, de devenir peu à peu plus efficace pour vivre et s'améliorer dans son milieu naturel (son lieu de vie), ou en trouver un nouveau. Ce processus se déroule sur plusieurs générations, beaucoup d'années ; il explique pourquoi et comment une espèce vivante est « comme ça ».

Charles Darwin expliqua l'adaptation par la sélection naturelle. Dans ce processus de sélection (un « choix » de la nature, sans y penser), les individus (d'une espèce) les mieux adaptés/aptes/bons - survivent et continuent de s'adapter par leurs descendants ; ceux qui sont moins adaptés meurent ou ont moins de descendants, d'enfants.

Les plus adaptés (certains disent : « les meilleurs ») donnent leurs gènes par reproduction sexuée à leurs descendants : ils auront les même « bonnes » caractéristiques et survivront encore, s'adapteront pour certains encore plus, et évolueront encore. Jusqu'à former une nouvelle espèce : en science, on appelle ça la spéciation (une espèce se crée).

L'adaptation se fait essentiellement par mutation, un caractère génétique un peu différent, un gène modifié à peine par hasard, qui se transmettra à la descendance de l'individu. Cette mutation peut modifier un organe, et parfois le perfectionner, pour qu'il soit - au cours du cycle sans fin parents/enfants - le plus utile possible dans l'environnement. La reproduction sexuée, en mélangeant les gènes de la mère et du père, permet des créations (les descendants) un peu nouvelles, et durant des milliers d'années, cela peut changer une espèce si beaucoup de ses individus font le même changement.

Pour des espèces (par exemple des insectes, plus encore pour des bactéries) qui procréent rapidement, l'adaptation, et donc l'évolution, peut être rapide ; mais pour des grands animaux ou végétaux, cela peut prendre des milliers ou millions d'années.

L'idée d'adaptation n'est pas toujours claire pour les biologistes. C'est vrai qu'elle est à la fois une cause de la sélection naturelle (il faut bien être adapté pour survivre, être sélectionné) et une conséquence (la sélection naturelle rend l'espèce plus adaptée). Aussi, le terme adaptation décrit à la fois le processus évolutif (la girafe s'est adaptée à manger des feuilles hautes) et le résultat final (le cou de la girafe est une adaptation). Mais personne (biologiste ou pas) ne peut douter, ne pas croire à l'adaptation : toutes les espèces vivantes arrivent ou arrivaient à survivre dans leur milieu, grâce à leurs particularités adaptatives. Les mammouths avaient un grand pelages pour se protéger du froid ; les pattes des canards sont palmées pour mieux nager sur l'eau ; orties ou ronces piquent ceux qui veulent les manger... Toutes les espèces montrent qu'elles se sont adaptés. Cela grâce à la sélection naturelle. Comme l'adaptation est une réalité visible, les idées créationnistes acceptent l'adaptation, mais considèrent qu'il s'agit d'une œuvre du Créateur. On voit néanmoins, par les fossiles et la paléontologie, que d'anciennes espèces disparues étaient adaptées à leur milieu, à leur époque ; qu'elles ressemblaient à des espèces plus anciennes, ou plus récentes.

Tout comme évolution ne veut pas dire « progrès », adaptation ne veut pas dire « perfection » : que des individus d'une espèces soient « les meilleurs » pour survivre ne veut pas dire qu'ils sont parfaits. Homo sapiens est loin d'être parfait (regardons les courbes de sa colonne vertébrale, et ses douleurs au dos, résultats d'une bipédie assez récente. Il s'est adapté par son intelligence, qui lui permet même à présent de survivre un peu au Pôle sud, sous la mer ou dans l'espace !). Diverses espèces, à l'aise dans leur milieu depuis des millions d'années, n'ont pas eu besoin de s'adapter, d'évoluer : ce sont des « fossiles vivants ».

Il n'est pas rare que des espèces très différentes s'adaptent ensemble, conjointement (« coadaptation »). Par exemple, lorsque les premières plantes à fleur sont apparues au Crétacé, certains insectes se sont adaptés, spécialisés dans le butinage, essentiel pour que ces fleurs fassent des graines. Ces fleurs se sont elles-mêmes adaptées à leurs pollinisateurs en développant des caractères intéressants pour eux : couleurs, parfums, goût, etc... : une fleur aux pétales verts a moins attiré d'insectes pour prendre son pollen qu'une fleur un peu jaune. La jaune a fait des graines ; la verte non. Celle-ci va finir par disparaitre.

Pourquoi l'adaptation ?[modifier | modifier le wikicode]

L'adaptation, anatomique ou comportementale, peut avoir différents buts :

- supporter un changement du milieu, par exemple le climat. C'est le cas pour l'apparition progressive des poils (végétaux et animaux) ou des plumes.

- échapper à de nouveaux prédateurs. Par exemple : camouflage ; changement de taille ou de forme ; vie nocturne ; vitesse de fuite, etc.

- être plus avantagé que les concurrents (de son espèce ou d'autres organismes).

- se nourrir de nouveaux aliments. Par exemple : modification évolutive du bec ; de la dentition ; de la digestion...

- conquérir un nouveau milieu sans trop de concurrence. Des oiseaux ont colonisé des terres inhabitables et des eaux glacées (manchots) ; des espèces de mammifères ont développé des ailes pour capturer des insectes volants la nuit, alors que les oiseaux dorment (chauve-souris) ; des fleurs poussent en plein hiver et percent la neige (perce-neige) pour profiter seules des rayons du soleil et des rares pollinisateurs ; des poissons à nageoires charnues ont commencé à se déplacer sur la terre ferme (au Dévonien) pour manger des arthropodes... L'adaptation permet la création progressive - et incroyable - de nouvelles espèces.

- et d'autres encore...

Schéma simple de l'évolution :[modifier | modifier le wikicode]

Changements

des conditions →
du milieu

Sélection naturelle
Adaptation Spéciation

Variations, Mutations
Portail de l'évolution —  Tous les articles sur l'origine et l'histoire de la vie.
Portail de la biologie —  Tous les articles sur les plantes et les animaux.