Achéloos

« Achéloos » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Les différents combats d'Héraclès contre Achéloos. Gravure de Virgil Solis pour illustrer les Métamorphoses d'Ovide. XVIe siècle

En Grèce, l'Achéloos est le plus grand fleuve du pays. Il coule entre l'Étolie et l'Acarnanie dont il marque la frontière.

Histoire mythologique[modifier | modifier le wikicode]

Dans la mythologie grecque, Achéloos est le dieu du fleuve du même nom. Il était le fils aîné1 du Titan Océan et de sa sœur Téthys2.

Les sirènes sont considérées tantôt comme ses sœurs tantôt comme ses filles3, qu'il aurait eu soit de Melpomène45 soit de Stéropé6.

Il voudrait épouser Déjanire789, mais celle-ci, craignant les pouvoirs du dieu-fleuve s'y refuse. Elle lui préfère Héraklès. Achéloos est obligé d'affronter Héraclès. Il se métamorphose dans un premier temps en long serpent, Héraclès tente de l'étouffer, mais Achéloos se transforme en taureau, le demi-dieu lui arrache une de ses cornes10 et la jette dans le Toante qui prend alors le nom du dieu-fleuve. Achéloos se réfugie honteux derrière des roseaux11. Les naïades ou les Hespérides12 remplissent la corne de fruits et de fleurs avant de la donner à l'Abondance13, ou à la Fortune qui après l’avoir à son tour rempli, la confie à l'Abondance14. Selon Apollodore, Achéloos échange la corne d'Amalthée à Héraclès en échange de la sienne15.

Il purifie aussi Alcméon et lui donne sa fille Callirhoé en mariage.16

Symbolique des métamorphoses[modifier | modifier le wikicode]

La métamorphose du fleuve évoque la puissance dévastatrice de l'eau, la corne arrachée marque la réunion de deux affluents en un lit unique tandis que la corne d'abondance rappelle la fertilité. Les fleuves sont également comparés à des serpents en raison de leur cours long et plein de zigzag.

Extrait[modifier | modifier le wikicode]

Galerie[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Macrobe (V, 18, 9)
  2. Hésiode Théogonie (340)
  3. Pausanias (IX, 34, 3)
  4. Pseudo-Apollodore, Bibliothèque (I, 7, 10)
  5. Apollodore, Épitome (VII, 18)
  6. Pseudo-Apollodore, Bibiliothèque (I, 7, 10)
  7. Sophocle, Les Trachiniennes (9 et suivant)
  8. Ovide, Héroïdes (IX, 13 et suivant)
  9. Pseudo-Apollodore, Bibliothèque (I, 8, 1; II, 7, 5)
  10. Ovide, Les Amours (III, 6, 35)
  11. Pausanias (VI, 19, 12)
  12. Hygin Fables (XXXI, 7)
  13. Ovide, Métamorphoses (IX, 1 et suivant)
  14. Mythographe du Vatican (I, 58, 3)
  15. Pseudo-Apollodore, Bibliothèque (II, 7, 5)
  16. Pseudo-Apollodore, Bibliothèque (III, 7, 5-7)

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Webographie[modifier | modifier le wikicode]

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

Auteurs antiques[modifier | modifier le wikicode]

Auteurs modernes[modifier | modifier le wikicode]

  • Grand Dictionnaire de la Mythologie grecque et romaine de Jean-Claude Belfiore, éditions Larousse, 2010
Portail des légendes —  Les mythes, depuis le déluge jusqu'aux extraterrestres.
Portail de l'eau —  Tout sur l'eau, ses formes et les cours d'eau...