Abu l-Wafa

« Abu l-Wafa » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Abu l-Wafa

Abu l-Wafa (ibn Yahya ibn ismaïl ibn AlAbbas al Buzjani, de son nom complet) est un mathématicien persan du Xe siècle. Il est né en 940 à Buzjan (en Iran aujourd'hui ) et est mort en 997 ou 998 à Bagdad (en Irak aujourd'hui). Il a beaucoup apporté aux mathématiques et à l'astronomie.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

En 959, à l'âge de vingt ans, il émigre vers Bagdad où il restera jusqu'à sa mort. La région est sous contrôle des Abbassides et le riche calife de Bagdad (Adud ad-Dawlah) se propose comme mécène. Abu l-Wafa rencontre d'autres scientifiques prestigieux. Il a accès aux ouvrages d'Al-Khwarizmi, auteur du premier traité d'algèbre et inventeur du zéro. Abu l-Wafa construit le premier cadran solaire mural de six mètres de long, ainsi qu'un sextant en pierre de 18 mètres. Il est un fin observateur des phénomènes astraux. Ainsi, on témoigne l'avoir vu en 988 observer deux solstices et équinoxes. Il entretient une correspondance avec certains de ces contemporains.

Œuvre[modifier | modifier le wikicode]

En géométrie[modifier | modifier le wikicode]

Il a donné de nombreuses solutions géométriques à certains problèmes. Ces réponses procèdent souvent par l'usage de la règle et du compas uniquement. C'est ainsi qu'il construit des polyèdres réguliers. Il utilise également la géométrie pour résoudre des équations algébriques du type : et .

En trigonométrie[modifier | modifier le wikicode]

C'est sûrement là que son apport est le plus considérable. C'est lui qui introduit la tangente et le cercle trigonométrique tel que nous les utilisons aujourd'hui et tel qu'ils ont été découverts en Europe six cents ans plus tard ! On lui doit également le théorème des sinus relatifs aux triangles sphériques.

En astronomie[modifier | modifier le wikicode]

En bon observateur, Abu l-Wafa a beaucoup étudié les mouvements de la Lune et a traduit et commenté en arabe de nombreux travaux récupérés de la Grèce antique.

Il est amusant de remarquer que ses livres sont les seuls au Moyen Âge à utiliser des nombres négatifs !

Héritage[modifier | modifier le wikicode]

Malheureusement, seuls trois de ces livres ont été conservés : Kitab al Handsa, Kitab al-Kamil et surtout Kitab 'Ilm Al-Hisab (à la bibliothèque de Leyde aux Pays-Bas) dans lequel Abu l-Wafa donne des résultats de calculs à l'usage du quotidien (pour l'épicier par exemple).

Dans ce dernier livre, il n'utilise pas de chiffres, mais seulement des consignes expliquant comment compter avec ces doigts ! En effet, dans l'immense empire musulman d'alors, il y avait plusieurs monnaies officielles et donc les bons marchands étaient ceux qui calculaient le mieux !

Son œuvre majeure, disparue aujourd'hui, est L'Almageste (en référence à celui de Ptolémée, un savant grec), une contribution qui a servi beaucoup de scientifiques après lui.

Sources[modifier | modifier le wikicode]

  • Rashed, Roshdi. Histoires des sciences arabes Tome 2. Seuil. 1997. ISBN 2-02-030353-1
  • Blanchard, Anne. Le grand livre des sciences et inventions arabes. Bayard Jeunesse. 2006. ISBN 2-74-702007 X
  • Meyer, Laure. L'âge d'or de la science arabe. Archeologia, janvier 2006, n°429, p. 18-24
Portail des mathématiques —  Les nombres, la géométrie et les grands mathématiciens.