Éducation dans la Grèce antique

« Éducation dans la Grèce antique » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

Dans la Grèce antique, l’éducation est extrêmement différente selon que l’on soit une fille ou un garçon.

Malgré tout, un des points communs est que durant ses sept premières années, l’enfant est éduqué par sa famille, au sein de sa maison1.

Les poèmes d'Homère écrits dans les ouvrages intitulés L'Illiade et l'Odyssée constituent la base de l'éducation des jeunes grecs, et ce dans toutes les cités.

L’éducation des filles dans la Grèce antique[modifier | modifier le wikicode]

Les filles n'en doivent pas moins pratiquer le sport : elle sont plutôt dirigées vers l'athlétisme, la danse et la gymnastique.

Éduquer les futurs citoyens : les fils de citoyen[modifier | modifier le wikicode]

Un objectif : former les guerriers et les décideurs des cités[modifier | modifier le wikicode]

C’est à partir de 7 ans que le fils de citoyen, le garçon donc, reçoit une éducation différente de celle des filles. Cela s’explique par le fait qu’une fois adulte, la société grecque antique lui a attribué un rôle assez précis : faire partie de ceux dirigent et surtout, de ceux qui défendent la cité. L’éducation des garçons est fortement influencée par la guerre, le maniement des armes et le développement des capacités physiques2.

Des moments importants : les rites de passage[modifier | modifier le wikicode]

Ce sont des cérémonies qui servent à marquer une transformation importante de l’individu, par exemple à prouver qu’un(e) adolescent(e) est devenu(e) adulte.

Ces rites ont des noms et des règles précises différents selon les cités (éphébie à Athènes, cryptie à Sparte), mais respectent trois grands principes : marginalisation, inversion, réintégration

  • Marginalisation : l’adolescent est mis à l’écart du reste de la cité pendant un temps précis, au moins plusieurs semaines.
  • Inversion : pendant ce temps, il respecte des règles qui sont l’inverse de celles qu’il devra respecter en tant qu’adulte. Par exemple, à Sparte, il doit dormir la journée et sortir la nuit.
  • Réintégration : à l’issue de cette période, les adolescents sont reconnus officiellement comme citoyens lors de grandes fêtes publiques. Ainsi, après une période où ils ont dû faire ce que ne fait pas normalement un homme, ils sont « réintégrés » dans le groupe des hommes.2


Portail de la Grèce —  Tous les articles sur la Grèce, de l'antiquité à aujourd'hui.

Sources[modifier | modifier le wikicode]

  1. M. Sartre, in Histoire de la virilité vol I, sous la direction de G. Vigarello, éd. du Seuil, 2011, p. 22
  2. 2,0 et 2,1 Idem, p. 34-38