École nationale d'administration (France)

« École nationale d'administration (France) » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Vue sur les bâtiments de l’ENA et du Musée d'Art moderne et contemporain, à Strasbourg

Son directeur général actuel est Patrick Gérard. Le directeur général de l'ENA est nommé par le premier ministre .

En France, l’École nationale d'administration, ou ENA1, est une grande école publique d'application, à caractère administratif et à vocation :

Mais en 2019 après un rapport appelé le rapport Thieriez demandé par le gouvernement français , il y a de fortes probabilités que l'ENA disparaisse et devienne l'école nationale d'administration publique(l'ENAP) .

L'idée de la suppression de l'ENA existe depuis 1958 ,on pensait que l'ENA devait être plus sélective dans l'admission car elle était premièrement réservé aux meilleurs , aux élites et aux riches car les études de l'ENA coûtent plus de 30000 € par an .

Mots dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Des mots ont été formés au XXe siècle à partir du sigle de l'ENA :

  • « énarque » : ancien élève de l'ENA ; employé au pluriel, désigne ironiquement les hauts fonctionnaires anciens élèves de l'ENA ;
  • « énarchie » : « régime politique dans lequel les postes-clés sont tenus par d'anciens élèves de l'École Nationale d'Administration »2.

Situation[modifier | modifier le wikicode]

D'abord installée à Paris, l'ENA a maintenant l'essentiel de ses services à Strasbourg, où elle s'est progressivement installée depuis 1992, sous la présidence de la République de François Mitterrand (tout en en conservant à Paris).

Origine[modifier | modifier le wikicode]

C'est l'une des grandes écoles françaises les plus réputées, créée en 1945 par le Gouvernement provisoire de la République française, alors sous la présidence du Général de Gaulle. C'était dans le but de :

  • démocratiser l'accès aux grands corps administratifs (c'est-à-dire d'offrir la possibilité à des gens de toutes classes sociales d'accéder à ce type de postes) ;
  • de faire de l'activité de haut fonctionnaire une véritable profession (autrement dit, de la professionnaliser).

Formation[modifier | modifier le wikicode]

La mission principale de cette école de service public « est de recruter et de former les hommes et les femmes qui feront vivre et évoluer les administrations. »3

Elle forme ses élèves dans une optique d'application (ou de mise en pratique) et « dans une double dimension :

  • celle de l’expertise [constatation] dans tous les champs [domaines] essentiels de l’action publique, selon une logique généraliste et interministérielle [qui porte sur les relations entre les ministères] (droit, finances [...], économie [...], problématiques [ensemble de questions] européennes et internationales, administration électronique) ;
  • celle du management public (gestion des équipes, [...] des projets, [...] des ressources humaines »3 et contrôle des coûts dans un environnement qui change tout le temps).

Ouverte aux Français comme aux étrangers, elle accueille chaque année à Strasbourg :

  • dans le cadre de la formation initiale : une centaines d'élèves français sélectionnés sur concours ;
  • dans le cadre de la formation continue :
    • une autre centaine d'élèves suivant des cycles d’accompagnement à la mobilité professionnelle ou désireux d'obtenir des mastères spécialisés ;
    • encore une autre centaine venant d'autres pays (cycles internationaux) ;

Parallèlement, plus de 2500 fonctionnaires, cadres dirigeants, etc. suivent des stages à Paris.

Le slogan de son site Web est : « La formation des décideurs publics de demain ».

Débouchés[modifier | modifier le wikicode]

La compétitivité n'existe pas que pour l'entrée, elle joue aussi au niveau de la sortie : selon leurs résultats obtenus, les élèves sont voués à des responsabilités et des débouchés très divers. Naturellement, ce classement terminal peut être plus tard corrigé pour les énarques faisant preuve de qualités personnelles particulières.

Beaucoup d'énarques sortis de l'école travaillent en province4 ! Très peu en proportion : par exemple, depuis la création de l'ENA jusqu'en 1977, sur deux-mille sept-cents énarques sortis, moins de trois-cents pratiquaient en province. Cependant, cette situation a pu évoluer depuis, notamment en raison de politiques de décentralisation menées.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Ont été consultés :

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  1. Remarque typographique : on ne met pas d'accent dans un sigle, comme par exemple ENA.
  2. Citation extraite de cette page du portail lexical du CNRTL.
  3. 3,0 et 3,1 Citation extraite de cette page du site de l'ENA.
  4. La province, c'est la partie d'un pays située en dehors de la capitale.

48° 34′ 50″ N 7° 44′ 14″ E / 48.580556, 7.737222

Francestubmap.png Portail de la France —  Accédez au portail sur la France.