Théâtre

« Théâtre » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

Le théâtre désigne à la fois un spectacle théâtral et le bâtiment dans lequel se déroulent les représentations.

Il s'agit de spectacles dans lesquels des acteurs jouent des personnages pour un public. Les dialogues écrits sont appelés pièces de théâtre, mais il peut y avoir également du théâtre sans texte écrit ou même sans aucune parole.

Représentation de La Comédie des Erreurs (1594), de Shakespeare, au théâtre du Globe (1599, reconstitué en 1997, à Londres).

Histoire du théâtre[modifier]

L'origine de cet art remonte au moins à l'Antiquité, où les rites religieux donnaient lieu à des représentations par des acteurs grimés, d'abord pour un public de prêtres (en Égypte dès -1600, puis en Grèce), puis pour tout le peuple, en Grèce, lors du culte de Dionysos (VIIIe siècle avant J.-C.)

Le théâtre en Grèce[modifier]

Le théâtre de Dodone

Au VIIIe siècle av. J.-C., les défilés qui se tiennent lors du culte de Dionysos se transforment progressivement, pour prendre la forme de pièces de théâtre où un coryphée (chef de chœur) répond par la parole à un chœur (groupe de chanteurs). Au VIe siècle av. J.-C., un seul acteur joue plusieurs rôles en changeant de masque, puis plusieurs acteurs se répondent sur scène.

Durant toute cette période, les pièces sont jouées lors de festivals, une dizaine de jours par an, par des citoyens, acteurs amateurs, qui sont tous des hommes. Les premiers grands dramaturges font leur apparition et participent à des concours de tragédie ou de comédie. Toute la population, y compris les femmes et les esclaves, assiste aux représentations.

Les trois plus grands auteurs grecs de tragédie sont Eschyle, Sophocle et Euripide (Ve siècle avant J.-C.).

La comédie était moins populaire en Grèce, mais on connaît encore onze pièces d'Aristophane (Ve siècle avant J.-C.).

Le bâtiment[modifier]

Les théâtres grecs sont des édifices de plein air, construits en arc de cercle autour de l'orchestra où se trouve le chœur. Derrière l'orchestra se trouvent le proskénion (avant-scène) où évoluent les acteurs et la skènè (scène) où se trouvent les coulisses. Ils sont en général construits à flanc de colline. Les gradins où sont installés les spectateurs sont appelés koilon.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Théâtre grec.

Le théâtre à Rome[modifier]

Les acteurs[modifier]

Les acteurs et les danseurs sont des esclaves ou d'anciens esclaves. Il n'y a pas d'actrices, sauf dans certains cas (mime). Les rôles féminins sont tenus par des hommes.

Le bâtiment[modifier]

Les théâtres sont en forme de demi-cercle ou hémicycle. Le premier théâtre fut bâti en 55 av. J.-C.. Le théâtre romain était bâti dans la ville, sur un terrain plat, ou parfois aussi sur une colline. Vu de l'extérieur, il y avait plusieurs étages superposés. Cela formait une enceinte où passaient les spectateurs. Les spectateurs étaient assis sur des gradins. Les magistrats et les personnes de haut niveau prenaient place sur l'orchestra. Le devant de la scène était souvent décoré de bas-reliefs. Derrière la scène se trouvait un mur qui formait le fond du théâtre et servait de décor. Le mur abritait aussi les loges des acteurs. Des colonnes décoraient chaque étage, à l'extérieur du bâtiment. Les théâtres n'était pas couverts.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Théâtre romain.

Le théâtre du Moyen Âge[modifier]

Le théâtre au Moyen Âge se développe à partir de l’an mille en occident. Il était principalement représenté dans les églises ou dans la rue sur des tréteaux. Les représentations avaient lieu lors des fêtes, comme le carnaval. Il est à l’origine joué par des hommes d’Église, puis il se démocratise. Les grands auteurs dramatiques du Moyen Âge en France sont Rutebeuf et Bodel. Les pièces jouées étaient des farces, des soties, des mystères, des moralités. Le but était de divertir le public, de se moquer de la société, mais aussi de diffuser un message moral et religieux.

Le théâtre élisabéthain[modifier]

Le théâtre élisabéthain se développe en Angleterre sous le règne de la reine Élisabeth Ire au XVIe siècle. Le spectacle se déroulait principalement à la Cour, sur une scène composée d’un plateau ouvert au public par trois côtés. Les acteurs, essentiellement masculins, étaient regroupés au sein d’une troupe au service de la reine ; peu à peu, ils sont devenus des professionnels du théâtre. William Shakespeare fut sans conteste l’auteur dramatique le plus célèbre de cette période. Les pièces jouées étaient, pour la plupart, des tragédies et des comédies. Le but était de divertir la reine.

Le théâtre classique[modifier]

Le théâtre classique se développe en France à partir du XVIIe siècle. Il s’est inspiré du théâtre de l’Antiquité et repose sur des règles strictes (règle des trois unités) définies par Boileau :

« Qu'en un jour, qu'en un lieu, un seul fait accompli
Tienne jusqu'à la fin le théâtre rempli. »

Le spectacle se déroulait à la Cour ou dans des salles construites spécialement pour ce type de représentation. Les acteurs déguisés sont des professionnels bien souvent au service du roi. Les auteurs célèbres sont Racine, Corneille et Molière. Les pièces jouées sont des tragédies et des comédies. Le but est de divertir le roi et ses sujets, de faire perdurer l’héritage antique, mais aussi de critiquer les défauts humains et la société.

Le théâtre moderne[modifier]

Le théâtre moderne se développe en Europe au XXe siècle. Il est riche et varié. Les pièces sont jouées dans des salles diverses, adaptées à la représentation dramatique. Les acteurs, hommes et femmes, sont le plus souvent des professionnels, mais on trouve aussi fréquemment des amateurs. Dans la première partie du siècle, les pièces sont des vaudevilles, comédies auxquelles se mêle le chant, dont l’auteur principal est Eugène Labiche. On assiste aussi à un retour vers les tragédies aux sujets mythologiques avec Jean Anouilh et Jean Giraudoux. Puis, au milieu du siècle, naît le Nouveau Théâtre, un théâtre engagé, un théâtre d’idées qui prend position avec Jean-Paul Sartre, Albert Camus On assiste également à la création du théâtre de l’absurde (théâtre qui propose une réflexion sur la condition humaine) avec Alfred Jarry, Eugène Ionesco, Samuel Beckett.

Vocabulaire du théâtre[modifier]

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : vocabulaire du théâtre.


  • alexandrin : vers de douze syllabes
  • acte : une des parties de la pièce
  • didascalie : indication de l'auteur qui écrit les dialogues. Par exemple, il écrit Louis XIV (en colère). Cela donne l'indication à l'acteur qui joue le rôle de Louis XIV qu'il doit faire comme si son personnage était en colère]
  • stichomythie


  • cintres : poutres au plafond pour suspendre les décors
  • côté cour : le côté droit de la scène pour le public
  • côté jardin : le côté gauche de la scène pour le public
  • les trois coups : coups frappés avec un bâton (appelé brigadier) sur la scène pour prévenir le public du démarrage de la pièce
  • lever de rideau : juste après les trois coups, il dévoile le décor
  • l'entracte : interruption dans la pièce, les acteurs font une pause

Grands auteurs[modifier]

Portail du Théâtre - Tous les articles sur le théâtre et les arts de la scène