la cabane  •  le Livre d'or  •  la boîte à idées

Cerisier du Japon Prunus serrulata.jpg Astuce du mois, interview... Venez lire le numéro 4 de la Gazette de Vikidia ! Moi, je suis une star, une vraie de vraie ...

Temps géologique

« Temps géologique » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : Navigation, rechercher

Les temps géologiques sont des noms donnés à différentes périodes de l'histoire de notre planète, qui démarre il y a plus de 4,5 milliards d'années. Ces temps constituent une échelle, appelée échelle des temps géologiques.

Cette échelle est le résultat du travail de nombreux scientifiques qui travaillent notamment pour dater les fossiles trouvés sur la Terre.

Traditionnellement, on divisait l'histoire la Terre en quatre ères, appelées ères primaire, secondaire, tertiaire et quaternaire. L'échelle de temps utilisée actuellement est un peu plus compliquée, ne serait-ce que par les mots employés. Mais elle est plus utile pour les sciences.

Les éons[modifier]

Un éon est une très longue période de temps. Il en existe quatre. Les scientifiques les divisent encore en ères, puis en systèmes, en époques et en étages ! Pourquoi n'utilisent-ils pas les années ou les siècles, tout simplement ? Parce que, régulièrement, de nouvelles découvertes viennent modifier la position dans le temps des différentes périodes. En revanche, leurs noms ne changent pas.

À titre indicatif, le début et la fin des éons sont indiqués en millions d'années (M.A.).

L'Hadéen[modifier]

-4600 à -3800 M.A.

Cet éon correspond à la formation de la Terre : apparition de la croûte terrestre (le premier continent), des océans et de l'atmosphère. Il prend fin lorsque les conditions de l'apparition de la vie sont réunies.

Hadéen vient du grec Hadès, qui signifie l'enfer. En effet, cela décrit bien la Terre à cette époque, avec une moyenne de température proche de 300 degrés !

L'Archéen[modifier]

-3800 à -2500 M.A.

L'Archéen débute avec l'apparition supposée de la vie sur Terre. On pense qu'il s'agissait de formes de vie très simples, des bactéries et des algues.

Le Protérozoïque[modifier]

-2500 à -540 M.A.

C'est l'éon le plus long, il couvre près de la moitié de l'histoire de la Terre. Il est marqué par l'apparition de l'oxygène dans l'atmosphère et de formes de vie plus complexes, dont on a retrouvé des fossiles.

Le Phanérozoïque[modifier]

-540 M.A. à nos jours

Le Phanérozoïque voit l'émergence d'un grand nombre de formes de vie, l'apparition des plantes sur la terre ferme, puis leur développement, l'évolution des poissons, la conquête de la terre ferme par les animaux et le développement de la faune et de la flore modernes (les animaux et les plantes qu'on connaît aujourd'hui).

Durant cette période, la Pangée (continent unique) se sépare, donnant les six continents actuels.

Cet éon se poursuit encore de nos jours.

L'ancien système[modifier]

Les trois premiers éons correspondaient au précambrien. Les ères primaire, secondaire, tertiaire et quaternaire étaient une division du Phanérozoïque.

Échelle des temps géologiques[modifier]

Éon Ère Système Époque Étage Âge Événements majeurs Fossiles spécifiques
Ma ±

P
H
A
N
É
R
O
Z
O
Ï
Q
U
E

Quaternaire


C
É
Néogène Holocène 11430 a 130 a sédentarisation de l'homme  
Pléistocène supérieur 0,126 0,005

cycles glaciaires dans l'hémisphère Nord ;
extinction des mammifères géants ;
évolution de l'homme moderne

H. sapiens
H. neander-
thalensis

H. antecessor
H. erectus
moyen 0,781 0,005
inférieur 1,806 0,005
N
O
Z
O
Ï
Q
U
E


Tertiaire
Pliocène Gélasien 2,588 0,005     H. ergaster
H. habilis
Plaisancien 3,600 0,005 Abel Lucy
Zancléien 5,332 0,005  
Miocène Messinien 7,246 0,005     Toumaï Orrorin
Anversien/Tortonien 11,608 0,005  
Serravallien 13,65 0,05
Langhien 15,97 0,05
Burdigalien 20,43 0,05
Aquitanien 23,03 0,05
Paléogène Oligocène Chattien 28,4 0,1    
Rupélien 33,9 0,1
Éocène Priabonien 37,2 0,1 apparition des premiers mammifères modernes  
Bruxellien/Bartonien 40,4 0,2
Lutétien/Lédien 48,6 0,2
Yprésien 55,8 0,2
Paléocène Thanétien 58,7 0,2    
Sélanien/Montien 61,7 0,2
Danien 65,5 0,3

M
É
S
O
Z
O
Ï
Q
U
E

Secondaire

Crétacé supérieur Maastrichtien 70,6 0,6 isolement de l'Euramérique ;
extinction des ammonites, et de la plupart des dinosaures ;
premiers mammifères à placenta
Ammonites
Campanien 83,5 0,7
Santonien 85,8 0,7
Coniacien 89,3 1,0
Turonien 93,5 0,8
Cénomanien 99,6 0,9
inférieur Albien 112,0 1,0 isolement de l'Afrique
Aptien 125,0 1,0
Barremien 130,0 1,5
Hauterivien 136,4 2,0
Valangien 140,2 3,0
Berriasien 145,5 4,0
Jurassique supérieur
Malm
Tithonien 150,8 4,0

mammifères marsupiaux ;
premiers oiseaux ;
premières plantes à fleurs

Kimméridgien 155,7 4,0
Oxfordien 161,2 4,0
moyen
Dogger
Callovien 164,7 4,0  
Bathonien 167,7 3,5
Bajocien 171,6 3,0
Aalénien 175,6 2,0
inférieur
Lias
Toarcien 183,0 1,5 division de la Pangée
Pliensbachien 189,6 1,5
Sinémurien 196,5 1,0
Hettangien 199,6 0,6
Trias
supérieur Rhétien 203,6 1,5 premiers dinosaures ;
mammifères ovipares
Cératites
Norien 216,5 2,0
Carnien 228,0 2,0
moyen Ladinien 237,0 2,0
Anisien 245,0 1,5
inférieur Olenekien 249,7 0,7
Indusien 251,0 0,4

P
A
L
É
O
Z
O
Ï
Q
U
E

Primaire

Permien Lopingien Changhsingien 253,8 0,7 extinction massive du Permien (90 % des espèces)  
Wuchiapingien 260,4 0,7
Guadeloupéen Capitanien 265,8 0,7    
Wordien 268,0 0,7
Roadien 270,6 0,7
Cisuralien Kungurien 275,6 0,7    
Artinskien 284,4 0,7
Sakmarien 294,6 0,8
Assélien 299,0 0,8
Carbonifère Silésien-Pennsylvanien Gzhélien 303,9 0,9 nombreux insectes ;
premiers reptiles ;

premiers arbres primitifs
de grande taille

 
Kazimovien 306,5 1,0
Moscovien 311,7 1,1
Bashkirien 318,1 1,3
Mississippien Serpukhovien 326,4 1,6  
Viséen 345,3 2,1
Tournaisien 359,2 2,5
Dévonien supérieur Famennien 374,5 2,6 premiers Amphibiens ; Ptéridophytes : prêles fougères  
Frasnien 385,3 2,6
moyen Givétien 391,8 2,7  
Eifelien 397,5 2,7
inférieur Emsien 407,0 2,8  
Praguien 411,2 2,8
Lochkovien 416,0 2,8
Silurien Pridoli Pridolien 418,7 2,8 premières plantes terrestres ; abondance d'algues calcaires dans les mers Euryptérides
Ludlowien Ludfordien 421,3 2,6
Gorstien 422,9 2,5
Wenlockien Homérien 426,2 2,4
Sheinwoodien 428,2 2,3
Llandovérien Télychien 436,0 1,9
Aéronien 439,0 1,8
Rhuddanien 443,7 1,5
Ordovicien supérieur Hirnantien 445,6 1,5 algues simples et récifales ; prédominance des Invertébrés Graptolites
Ashgillien 455,8 1,6
Caradocien 460,9 1,6
moyen Llandeilien 468,1 1,6
Llanvirnien 471,8 1,6
inférieur Arénigien 478,6 1,7
Trémadocien 488,3 1,7
Cambrien supérieur ou
Furongien
- - diversification majeure ; premières algues vertes et algues rouges Trilobites
Paibien 501,1 2,0
moyen ou
Acadien
Mayaien - -
Amgaien 513,0 2,0
inférieur Tommotien - -
Atdabanien 542,0 1,0
fin du Précambrien 630 - premiers métazoaires, Vers et Cœlentérés  

P
R
O
T
É
R
O
Z
O
Ï
Q
U
E

NÉO Édiacarien
Cryogénien Varangien 650 - glaciation Varanger
Sturtien 850 -
Tonien 1000 - formation du continent Rodinia
MÉSO Sténien 1200 -   Acritarches
Ectasien 1400 -
Calymnien 1600 -
PALÉO Stathérien 1800 - émergence du continent Columbia  
Orosirien 2050 - premiers eucaryotes ;
apparition de l'oxygène O2
Rhyacien 2300 -
Sidérien 2500 -

A
R
C
H
É
E
N

NÉOARCHÉEN   2800 - disparition du méthane CH4 ;
disparition du dioxyde de carbone CO2 ;
archéobactéries Eubactéries
stromatolites
MÉSOARCHÉEN   3200 -
PALÉOARCHÉEN   3600 -
ÉOARCHÉEN   3800 -

H
A
D
É
E
N

  4550 - formation des océans par condensation de l'eau de l'atmosphère composée d'N2, de CO2 et de CH4 ;
solidification de la croûte terrestre ;
refroidissement de la Terre


Méthodes[modifier]

Pour construire cette échelle, les géologues et paléontologues utilisent des principes simples.

Les géologues et les paléontologues sont des scientifiques qui creusent la terre à la recherche d'indices concernant la formation géologique d'un endroit (« Comment s'est formée cette montagne ? Peut-il y avoir un gisement de fer ici ? ») et l'évolution des êtres vivants à cet endroit, grâce à l'étude des fossiles. En combinant les deux, on peut découper le temps en périodes plus ou moins longues, selon la composition chimique du sol et son contenu en fossiles, chaque période étant à une profondeur donnée.

Le principe du raisonnement est simple : On considère que le sol est formé par le dépôt successif de sédiments par-dessus la roche sous-jacente. Plus un sédiment est enterré profondément, plus il a été déposé il y a longtemps. Donc, plus on creuse, plus on remonte le temps. On peut donc dater les périodes par la profondeur de leur sédiments, mais cela ne permet pas de comparer les sédiments de plusieurs sites. Pour ce faire, il faut trouver des points communs à tous les sites, pour dater de la même époque leurs sédiments.

On peut faire des fouilles archéologiques dans ses tiroirs et placards : en général, ce dont on s'est servi le plus récemment est placé devant, ou sur le dessus de la pile, tandis que si on vide ses armoires, on retrouve des objets rangés là depuis de plus en plus de temps. Si on trouve côte-à-côte un cahier de CE1 avec une chemise, on peut supposer que les deux ont été rangés là presque en même temps, et donc que cette chemise n'a plus été utilisée depuis le CE1.

Partant de ce principe, les éléments fossiles et chimiques du sol permettent de classer les couches géologiques en fonction du temps, et de comparer des sites différents en se basant sur les fossiles caractéristiques.