la cabaneparticiper

Livre d'or
Que pensez-vous de Vikidia ? Venez mettre un message sur le Livre d'or !
Livre d'or

Syrie

« Syrie » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
République arabe syrienne
Drapeau Blason
Drapeau Blason
Carte
Carte de la Syrie.png
Géographie
Capitale Damas
Plus grande ville Alep
Superficie 185 180 km²
Pays frontaliers Turquie, Irak, Jordanie, Israël, Liban
Population
Population 19 043 000 habitants
Densité 103 habitants/km2
Langue(s) parlée(s) arabe
Politique et fonctionnement
Président de la République Bachar el-Assad
Monnaie Livre syrienne
voir modèle • modifier

La Syrie est un pays du Moyen-Orient. Sa superficie est 185 180 km² et le pays compte plus de 19 millions habitants. La capitale est Damas (ville : 1,7 millions d'habitants).

Le président de la Syrie est Bachar el-Assad. En 2000, il a succédé à son père, Hafez el-Assad.

Le pays souffre actuellement d'une guerre civile (voir guerre civile syrienne).

Roues élévatrices (« norias ») pour l'irrigation sur le fleuve Oronte, à Hama.

Géographie[modifier]

La Syrie est constituée d'un plateau calcaire très aride, d'un littoral méditerranéen de 180 km de côtes et d'une double chaîne de montagne (Anti-Liban) qui encadre la fertile vallée de l'Oronte. Les deux fleuves importants sont l'Oronte, qui prend sa source au Liban, et l'Euphrate, qui prend sa source en Turquie, arrose les villes syriennes de Rakka et de Deir ez-Zor et rejoint ensuite l'Irak.

Les grandes villes sont Damas, Alep, Homs, Hama. Les ports sont Lattaquié et Tortose (Tartous).

Histoire[modifier]

Damas : la mosquée des Omeyyades.

De l'Antiquité au XIXe siècle[modifier]

La Syrie, qui fait partie du « Croissant fertile » de la Mésopotamie et du Proche Orient, a accueilli quelques-unes des plus anciennes civilisations connues. Les fouilles d'Ébla et d'Ougarit ont révélé un grand empire sémite remontant au IIIe millénaire (vers -2500). La Syrie a connu le présence et le gouvernement de nombreux peuples : les Cananéens, les Phéniciens, les Hébreux, les Araméens, les Assyriens, les Babyloniens, les Perses, les Grecs, les Arméniens, les Romains, les Nabatéens, les Byzantins, les Arabes, les Croisés.

Les Turcs Ottomans ont occupé et gouverné le pays pendant plus de quatre siècles, de 1517 à 1918.

XXe siècle[modifier]

Après 1918 est créé un royaume indépendant. Puis la France, peu après, occupe le pays : c'est l'époque du « mandat français », de 1920 à 1946.

Hachem al-Atassi devient alors le premier président de la République Syrienne. Le pays connaît une grande instabilité politique, jusqu'à ce que, pour quelque temps, à la faveur de crise de Suez, le président égyptien Nasser unisse l'Égypte et la Syrie en un seul État, sous le nom de République Arabe Unie.

Après une nouvelle période d'instabilité, le président Amin al-Hafez promulgue une constitution temporaire en mai 1964. Puis, le 13 novembre 1970, le ministre de la Défense Hafez el-Assad procède à un coup d’État et installe son pouvoir, qu'il maintient jusqu'à sa mort, en 2000.

Son fils Bachar el-Assad lui a succédé en juillet 2000, exprimant une volonté de libéralisation du pays, tout en conservant une armée forte. Depuis 2011, la Syrie est en proie à la guerre civile, des rebelles tentant de renverser le régime.

Sites et monuments[modifier]

Théâtre romain de Bosra

Syrie romaine[modifier]

Bosra[modifier]

Bosra se situe à la frontière sud de la Syrie, dans une région fertile, au débouché des caravanes venant d'Arabie. Cette ancienne capitale de la province romaine d'Arabie conserve un théâtre romain du IIe siècle et des ruines d'églises paléochrétiennes.

Le théâtre romain est dans un état exceptionnel. Un remblayage et des murs de défense en ont fait durant des siècles un quartier fortifié, dégagé seulement au milieu du XXe siècle. Le mur de scène et les gradins, jusqu'à la colonnade de la galerie supérieure, ont pu être intégralement restaurés.

Arc triomphal et colonnade de Palmyre

Palmyre[modifier]

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Palmyre.

Palmyre est une ancienne ville sur une route caravanière qui mène vers Babylone (Bagdad), puis vers l'Inde et la Chine. La cité a développé une riche civilisation encore bien décelable dans les ruines d'aujourd'hui, aux longues rues bordées de colonnades, dans le goût de la région. On peut visiter un théâtre romain luxueusement décoré, des sépultures en forme de tours carrées qui renferment de somptueux tombeaux, et un immense temple de Bel, du Ier siècle, très bien conservé.

Tout alla bien jusqu'au IIIe siècle, lorsque la reine Zénobie fut amenée malgré elle à résister à l'autorité romaine. Elle fut vaincue par l'empereur Aurélien en 273 et Palmyre pillée fut réduite à une ville de garnison. Elle ne retrouva jamais sa prospérité d'autrefois.

Palmyre : une forêt de colonnes.

Châteaux des croisés et citadelles arabes[modifier]

Krak des Chevaliers[modifier]

Le krak des Chevaliers (du mot arabe kerak, « château fort ») fut construit et occupé par les croisés entre 1142 et 1271, date à laquelle le château fut pris par les Mamelouks. La forteresse, située au sommet d'une colline aménagée, est énorme, ceinte d'une double rangée de remparts séparés par un immense fossé, encore en eau. Les greniers voûtés sur lesquels reposent les bâtiments pouvaient contenir assez d'eau et de vivres pour alimenter la garnison et les chevaux durant cinq années.

Forteresse de Saladin[modifier]

La forteresse de Saladin (en arabe Qal`at Salah El-Din), connue aussi sous le nom de château de Saône, a été occupée par les Phéniciens, puis les Byzantins, les Seldjoukides et les croisés. Elle est conquise par Saladin en 1188, puis tombe aux mains des Mongols, avant d'être prise par les Mamelouks en 1272.

Elle conserve aujourd'hui encore des vestiges impressionnants des différentes époques. Un fossé, dominé par les fortifications du château et jadis traversé par un pont vertigineux, sépare la forteresse du plateau rocheux.

Citadelle d'Alep[modifier]

Citadelle d'Alep
Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Alep.

Alep est une grande ville commerçante (2,5 millions d'habitants), située au Nord de la Syrie. Elle est connue pour ses souks très importants, et pour sa citadelle.

La citadelle d'Alep est une énorme forteresse, construite sur une grande colline arasée et entourée de larges fossés. Sa construction remonte à l'Antiquité, mais ce qu'on peut en admirer aujourd'hui est un ensemble de bâtiments du Moyen Âge, principalement du XIIIe siècle. L'entrée se compose de deux portes fortifiées encadrant un pont en pente, long et étroit, monté sur des arcs maçonnés de grande hauteur, qui enjambe le fossé. La citadelle a été fortement endommagée par des tremblements de terre, le dernier en 1822.

Religions[modifier]

  • 87 % des Syriens sont musulmans (sunnites : 74 % ; chiites : 13 %)
  • 10 % sont chrétiens, principalement orthodoxes (Église syriaque orthodoxe) et catholiques (Églises catholiques orientales : Melkites, Maronites...)
  • 3 % sont druzes

Transports[modifier]

La Syrie a 14 000 km de routes et 2 500 km de chemins de fer.

Énergie[modifier]

Elle produit du pétrole, du gaz et de l'hydroélectricité issue de trois grands barrages sur l'Euphrate.

Matières premières[modifier]

La Syrie produit des phosphates, du marbre, du gypse (matière première du plâtre), du sel, du lignite (sorte de charbon pauvre, convenant aux centrales thermiques) et de l'asphalte.

Administration[modifier]

La Syrie est divisée en 14 gouvernorats qui portent le nom de leur chef-lieu.

Portail de l'Asie - Tous les articles concernant l'Asie.
Portail de la géographie - Tout sur les continents, le climat, la météo...

33° 30′ N 36° 18′ E / 33.5, 36.3