Serments de Strasbourg

« Serments de Strasbourg » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Le texte en langue romane des serments de Strasbourg

Les serments de Strasbourg sont deux serments faits le 14 février 842 entre deux demi-frères, les princes carolingiens Louis le Germanique et Charles le Chauve. Ces princes renouvellent alors leur alliance contre leur frère aîné, l'empereur Lothaire Ier. Les serments sont basés sur le même texte, mais sont dits dans deux langues différentes, le français de l'époque (langue des Francs de l'ouest) et le tudesque (langue germanique des Francs de l'est). La partie française de ces serments forme le premier texte écrit en français.

Les circonstances des serments de Strasbourg[modifier]

En 840, l'empereur franc ou d'Occident Louis Ier le Pieux meurt. Son fils aîné Lothaire Ier, déjà couronné empereur dès 823, reste le seul empereur. Louis le Germanique (né vers 804) et son demi-frère Charles le Chauve (né en 823) se révoltent contre leur frère ainé Lothaire afin d'obtenir une meilleure répartition de l'héritage paternel. En 841, Lothaire est battu. En 842, Louis et Charles renouvellent leur alliance à Strasbourg. En 843, devant le danger des invasions normandes qui les menacent tous, les trois frères doivent s'entendre et signent le traité de Verdun qui partage l'empire franc.

Le texte du serment[modifier]

Texte connu grâce à Nithard, cousin de Louis et Charles, qui a écrit en langue romanePrécision une histoire des fils de Louis le Pieux au IXe siècle.

Le texte ci dessous est celui prononcé par Louis le Germanique. Pour se faire comprendre des soldats et amis de son frère Charles le Chauve, Louis utilise la langue romane (parlée par les Francs de l'ouest et du sud). Charles le Chauve prononce le même discours (en changeant les noms), mais il le dit en langue tudesque (parlée dans l'est de l'empire franc) pour se faire comprendre des soldats et amis de son frère Louis le Germanique.

Pro Deo amur et pro christian poblo et nostro comun salvament ..... ( Pour l'amour de Dieu et pour le peuple chrétien et notre salut commun)
d'ist di un avant, in quant Deus savir et podir me dunat ..... (à partir d'aujourd'hui, en tant que Dieu me donnera savoir et pouvoir)
salvarai eo cist meon fradre Karlo, et in adjudha et in cadhunacosa ..... (je secourrai ce mien frère Charles par mon aide et en toute chose)
si cum om per dreit son frada salvar dift, in o quid il mi altresi fazt..... (comme on doit secourir son frère, selon l'équité, à condition qu'il fasse de même pour moi...
Si Lodhuvigs sagrament, que son fradre Karlo iurat, conservat ..... (Si Louis observe le serment qu'il jure à son frère Charles)
et Karlus meos sendra de suo part non lo tanit ..... (et que Charles, mon seigneur, de son côté, ne le maintient pas),
si io returnar non l'int poisne io ne neuls, cui eo returnar int pois ..... ( si je ne puis l'en détourner ni moi ni aucun de ceux que j'en pourrai détourner)
in nulla aiudha contra Lodhuvig nun li iu er..... (nous ne lui serons d'aucune aide contre Louis).

Voir aussi[modifier]

Icone chateau.png Portail de l'histoire - De la préhistoire et l'Antiquité jusqu'à l'époque contemporaine