Sarrebruck

« Sarrebruck » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

Sarrebruck (en allemand Saarbrücken) est une ville du sud-ouest de l'Allemagne, dans le Land de Sarre, sur la Sarre, à la frontière française. Elle compte 175 000 habitants. La ville se situe à proximité des villes françaises de Forbach et de Sarreguemines.

Hôtel de ville et vue générale

Histoire[modifier]

Mentionnée pour la première fois en 999, à l'emplacement d'un château fort, Sarrebruck a pourtant une origine plus ancienne : les Romains y avaient déjà érigé au Ier siècle un vicus (bourgade) au point d'intersection des routes Metz-Worms et Trèves-Strasbourg où ils bâtirent un pont en pierre sur la Sarre qui servit jusqu'au Moyen-Âge. La ville se développa au XIe siècle, devint le siège des comtes de Sarrebruck, et passa en 1381 à la maison de Nassau par mariage. En 1546-1549, un nouveau pont fut construit sur la Sarre, reliant les deux parties de la ville, permettant un rapide essor commercial.

Devenue protestante au XVIe siècle, la ville fut longtemps disputée entre la France, qui l'obtint brièvement sous Louis XIV, et le Saint-Empire romain germanique. Redevenue française en 1801, elle est érigée en chef-lieu du département français de la Sarre sous l’Empire napoléonien mais revient à la Prusse dès 1815. À deux reprises, de 1919 à 1935 et de 1945 à 1957, elle fut, comme toute la région de la Sarre, administrée par la France.

Sarrebruck fut gravement endommagé au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Économie[modifier]

Sarrebruck a une longue tradition industrielle. Elle possède un vaste bassin houiller fondé sur la métallurgiePrécision, mais essentiellement sur la sidérurgie (fabrication de l'acier). Cette tradition industrielle locale est d'ailleurs très bien illustrée par l'ancienne usine sidérurgique de Völklingen (Völklinger Hütte), à environ dix kilomètres à l'ouest de Sarrebruck, gigantesque ensemble industriel classé au patrimoine mondial de l'Unesco. Mais les activités industrielles se sont diversifiées, avec l'apparition de la chimie, des matériaux de construction, des instruments de précision et de l'agroalimentairePrécision. Sarrebruck est de plus un grand centre bancaire.

Patrimoine[modifier]

L'église Saint-Louis de Sarrebruck vue de nuit.

À première vue, la physionomie de Sarrebruck, très endommagée pendant la Seconde Guerre mondiale, peut sembler déroutante pour une ville européenne : une autoroute, l'A620, passe en plein cœur de la ville !

Le vieux Sarrebruck[modifier]

Cependant, la ville possède un patrimoine intéressant. Le vieux Sarrebruck, sur la rive gauche de la Sarre, constitue un ensemble architectural baroque harmonieux du XVIIIe siècle, dessiné par l'architecte allemand Friedrich Johann Stengel (1694-1787) pour remplacer le vieux centre. Ainsi, son activité fut comparable à Sarrebruck à celle du baron Haussmann à Paris. L'une des curiosités les plus notables de Sarrebruck est la place Louis (Ludwigsplatz) et l'église protestante Saint-Louis (Ludwigskirche), chefs-d'œuvre de Stengel, réalisés entre 1762 et 1775, qui constituent l'un des ensembles baroques les plus beaux et les plus homogènes d'Allemagne. La place Louis est bordée par huit palais de taille différente, blancs et gris argentés, dont la couleur met en valeur le grès jaune rougeâtre de l'église Saint-Louis.

Château de Sarrebruck[modifier]

Château de Sarrebruck

Le château (Schloß), de style baroque, conçu par Stengel, remplaça un château fort démoli en 1738 ; le nouveau château fut cependant tant marqué par les guerres et les reconstructions qu'il fut réorganisé en 1982 par l'architecte allemand Gottfried Böhm (1920-1998), qui opéra rénovations et modernisations. Accolé au château, le musée d'Histoire régionale du Land de Sarre (Historisches Museum Saar, construction de verre et d'acier réalisée par Gottfried Böhm, présente l'Histoire du Land de Sarre au XXe siècle.

Sur la place du château se trouvent notamment l'ancien hôtel de ville (Altes Rathaus), autre édifice de Stengel doté d'un clocher à bulbe pourvu d'une horloge, et abritant un musée (Abenteuer-Museum), contribuant à la compréhension des peuples étrangers et des pays lointains.

Sur la même place se trouve également le palais du prince héritier Louis de Nassau, construction de Stengel (1760-1766), ainsi que le musée de la Préhistoire et de la Protohistoire (Museum für Vor- und Frühgeschichte), occupant un édifice néo-baroque et abritant notamment le tombeau celtique de la princesse de Reinheim, datant d'environ 400 avant Jésus-Christ. Il s'agit de l'une des plus importantes découvertes celtiques en Europe centrale. Les bijoux de la princesse et les objets l'accompagnant sont parfaitement conservés.

Hors de la vieille ville[modifier]

En dehors du vieux Sarrebruck se trouvent aussi des curiosités dignes d'intérêt.

Quartier Saint-Jean[modifier]

Le quartier Saint-Jean, sur la rive droite de la Sarre, est le centre animé de la ville, notamment avec son marché (St. Johanner Markt), dont la fontaine (1759-1760), avec son obélisque et sa grille en fer forgé, en forme le point central. Ce même quartier abrite la basilique Saint-Jean (Basilika St. Johann), autre bijou du baroque construit par Stengel (1754-1758).

Musée de la Sarre[modifier]

L'église Saint-Arnual de Sarrebruck.

En lisièrePrécision de la Sarre se trouve le musée de la Sarre (Saarland Museum), divisée en deux entités, la collection ancienne (Alte Sammlung) et la galerie moderne (Moderne Galerie). La première abrite des collections d'art d'Allemagne du Sud et de Lorraine datant du Moyen Âge aux Temps modernes (peintures, céramiques,...). La seconde abrite de l'art du XXe siècle (peintures, sculptures, dessins), notamment des œuvres d'impressionnistes et d'expressionnistes allemands.

Église-collégiale Saint-Arnual[modifier]

Un peu excentrée, l'église-collégiale Saint-Arnual (Stiftskirche St. Arnual), de style gothique, érigée aux XIIIe et XIVe siècles, est coiffée d'une coupole baroque conçue par Stengel en 1746. Il s'agit d'un des plus beaux édifices sacrés du sud-ouest de l'Allemagne. Elle renferme près de cinquante magnifiques tombeaux du XIIIe au XVIIIe siècle, rehaussés de couleurs, notamment d'Élisabeth de Lorraine, célèbre traductrice et prosatrice du Moyen-Âge, du comte Philippe de Nassau-Sarrebruck et du comte Jean III. L'église abrite également des fonds baptismaux octogonaux en grès rouge (XVe siècle).

Autre curiosité, le jardin franco-allemand (Deutsch-französischer Garten), parc de 50 hectares à la frontière française, invite à la promenade.

Sarrebruck possède une université, fondée en 1948.


Portail de l'Allemagne - Tous les articles sur l'Allemagne.