Garçon devant un ordinateur.jpg
LeSavant.svg

la cabane  •  le Savant  •  le Livre d'or

Participez ! Cet article, comme tous les articles de Vikidia, est peut-être incomplet et tu peux l'améliorer. Tu as des connaissances sûres sur le sujet (texte ou illustration) ? Alors n'hésite pas à les ajouter. Ta contribution est la bienvenue ! C'est à toi de jouer ! Clin d'œil

Route de la soie

« Route de la soie » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

La route de la soie est un ancien réseau de routes commerciales entre l'Asie et l'Europe, allant de Chang'an (actuelle Xi'an) en Chine jusqu’à Antioche, en Syrie médiévale. Elle doit son nom à la plus précieuse marchandise qui y transitait : la soie, dont seuls les Chinois connaissaient le secret de fabrication.

En 2011, la nouvelle route de la soie est un projet de connexion routier et ferroviaire entre la Chine et l'Europe.

Les principales routes de la soie entre -500 et +500 (toponymes en latin)

Histoire[modifier]

Cette route est évoquée dans des chroniques chinoises à partir du IIe siècle av. J.-C.. Les Grecs, puis les Romains commencent à parler du « pays des Sères » à partir du IVe siècle av. J.-C. pour désigner la Chine.

Les marchandises[modifier]

Les Romains devinrent de grands amateurs de soie après qu'ils en eurent acquis auprès des Parthes, vers le début de l'ère chrétienne. De nombreux autres produits voyageaient sur les mêmes routes : pierres, porcelaine, étoffes de laine ou de lin, ambre, ivoire, laque, épices, verre, corail, métaux précieux et armes dans le sens inverse ouest-est.

Le trajet[modifier]

Xi'an est l'extrémité est de la route de la soie considérée comme ayant été ouverte par le général chinois Zhang Qian au IIe siècle av. J.-C.. Les empereurs Han assiégés par des barbares nomades (les Xiongnu) ont en effet besoin d'alliés et de chevaux.

Les convois de caravanes partaient de Xi'an, Lanzhou ou Xining et empruntaient le corridor du Gansu puis contournaient par le nord ou le sud le désert du Taklamakan, l'un des plus arides du monde. Ces deux branches principales étaient jalonnées de villes et caravansérails.

À partir de Kachgar et Yarkand, les pistes rejoignaient la Perse ou l'Inde à travers les hautes montagnes de l'Asie centrale (Pamir, Hindū-Kūsh et Karakoram), puis par la Sogdiane (Samarcande, Boukhara, Merv), la Bactriane (Balkh) ou le Cachemire (Srinagar). En fait, très peu de marchands ou de voyageurs parcouraient la totalité du trajet. Marco Polo, son père et son oncle figurent parmi eux.

Les marchandises venues d'Orient ou d'Occident s'échangeaient dans les oasis.

Abandon à la fin du Moyen Âge[modifier]

Les nombreux intermédiaires et les multiples dangers encourus rendaient très chers les produits qui transitaient sur ce long parcours. Ce fut une des raisons qui incitèrent les Européens à rechercher des routes maritimes (routes des épices) vers les pays d'Orient. La Route de la soie fut progressivement abandonnée au XVe siècle, avec la fabrication de la soie en différentes régions d'Europe.

Techniques et cultures[modifier]

Cette route fut aussi la voie de diffusion des découvertes chinoises : la boussole, la poudre à canon, le papier-monnaie ou l'imprimerie.

Elle fut également la voie par laquelle plusieurs religions pénétrèrent en Chine : le bouddhisme, le nestorianisme, le judaïsme, le manichéisme et l'islam.

L'art bouddhique fut de la sorte influencé par l'art grec qui était parvenu jusque dans la vallée de l'Indus à la suite des conquêtes d'Alexandre le Grand.

L'apogée de la Route de la soie correspond à l'époque de l'Empire byzantin. Elle maintenait une culture internationale qui liait des peuples aussi divers que les Turcs, les Tokhariens, les Sogdiens, les Perses, les Byzantins et les Chinois.

Nouvelle route de la soie[modifier]

Liaison routière[modifier]

En 2011, un projet de route partant de Chine est projeté pour rejoindre l'Europe via le Kirghizistan, l'Ouzbékistan, le Tadjikistan, le Turkménistan, l'Iran et la Turquie.

Deux autres routes sont envisagées pour rejoindre l'Europe, l'une par le Kazakhstan et la Russie, l'autre traversant le Kazakhstan via la mer Caspienne.

Cette route permettra notamment de faciliter le commerce entre la Chine populaire et les pays d'Asie centrale, dont les échanges s'élevaient à 25,2 milliards de dollars américains en 2008.

Chemin de fer[modifier]

Une liaison ferroviaire allant de la Région Autonome Ouighour à l'Iran et desservant le Tadjikistan, le Kirghizistan et l'Afghanistan est également envisagée.



Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Route de la soie de Wikipédia.
Portail de l'Asie - Tous les articles concernant l'Asie.