la cabane  •  le Livre d'or  •  la boîte à idées

Riftia

« Riftia » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : Navigation, rechercher
Ébauche zoologie Cet article est une ébauche concernant les animaux. Améliore-le ! (Aide sur la syntaxeConseils de rédaction)
Ver tubicole géant
Des riftias, près d'un fumeur noir. On voit leurs branchies dépasser des tubes.
Des riftias, près d'un fumeur noir. On voit leurs branchies dépasser des tubes.
Nom(s) commun(s) Riftia, Ver tubicole géant
Nom scientifique Riftia pachyptila
Classification Ver Annélide
Milieu de vie Fumeurs noirs
Taille Jusqu'à 2 mètres de long
Régime alimentaire Le riftia ne mange rien, mais il se nourrit grâce à la symbiose
voir modèle • modifier


Le ver tubicole géant (nom scientifique : Riftia pachyptila), plus souvent appelé riftia, est une espèce de ver annélide vivant au fond des océans, à proximité des fumeurs noirs.

Description[modifier]

Une colonie de riftias.

Ce ver est assez long, il peut mesurer jusqu'à 2 mètres. son corps, marron, mesure 4 à 5 centimètres de diamètre. Il possède, à une extrémité, des branchies, ressemblant un peu à des sortes de plumes, de couleur pourpre.

Ce ver vit dans un tube, de couleur blanche, qu'il sécrètePrécision lui-même, et d'où dépassent seulement ses deux branchies. En cas de danger, il peut rentrer entièrement à l'intérieur de son tube.

Ces vers vivent parfois en groupe très nombreux, leurs tubes collés les uns aux autres.

Classification[modifier]

Ce ver fait partie de l'embranchement des Annélides ; plus particulièrement, il fait partie du groupe des pogonophores.

Mode de vie[modifier]

Image au microscope électronique, à différents grossissements, de bactéries mangeuses de soufre, comme celles qui vivent en symbiose avec le riftia.

Comme tous les pogonophores, le riftia n'a pas de tube digestif : pas de bouche, ni d'estomac! A la place, on trouve un organe spécial, le trophosome, où vivent des bactéries. Grâce à ses branchies, le ver capte le sulfure d'hydrogène qui est émis par le fumeur noir, et l'amène aux bactéries, qui s'en nourrissent. A leur tour, les bactéries fabriquent des substances qui nourrissent le ver. C'est un échange : le ver nourrit les bactéries, et les bactéries nourrissent le ver. C'est ce que l'on appelle une symbiose : ni les bactéries (qui n'ont pas de branchies), ni le ver (qui ne peut pas se nourrir de soufre) ne pourraient survivre seuls dans les fumeurs noirs, mais, ensemble, ils en sont capables.

Ainsi, le riftia est capable de survivre dans un milieu très difficile, où la plupart des autres animaux mourraient : c'est ce que l'on appelle un animal extrêmophile.