Pyramides d'Égypte

« Pyramides d'Égypte » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Pyramides de Gizeh
Plan de Gizeh, site qui rassemble les pyramides des rois de la IVe dynastie : Chéops, Chéphren et Mykérinos

Les pyramides d'Égypte sont des tombeaux ayant la forme géométrique de pyramides, construits par les pharaons de l'Égypte ancienne. Elles sont l'une des Sept merveilles du monde antique, la plus ancienne et la seule qui ait résisté jusqu'à nous à l'action du temps et aux tremblements de Terre.

Napoléon Bonaparte, débarquant en Égypte, dit à ses troupes : « Soldats, du haut de ces pyramides, quarante siècles vous contemplent ».

Construction[modifier]

Les pierres étaient taillées dans les carrières environnantes et acheminées sur le chantier, le plus souvent par voie fluviale. Une foule d'ouvriers était nécessaire pour mener l'œuvre à son terme. On ne sait pas si les ouvriers étaient des esclaves ou des hommes libres. Les égyptologues modernes sont plutôt partisans de la seconde hypothèse.

Selon l'historien grec Hérodote, la construction de la pyramide de Chéops (ou Khéops) dura 20 ans.

L'orientation des pyramides, très rigoureuse, était déterminée par l'observation des étoiles. À l'intérieur, des galeries conduisent à la chambre funéraire où reposait le corps momifié du pharaon.

Principales pyramides d’Égypte, par ordre chronologique[modifier]

Le mastaba el-Faraoun, à Saqqarah.

Les pyramides de Gizeh sont les plus connues parce qu'elles sont les plus grandes, les plus achevées et les mieux conservées de nos jours, mais d'autres pyramides ont été construites avant et après elles.

On peut constater l'évolution technique de la construction des pyramides au cours des siècles : Mykérinos a 400 ans

  • Avant les pyramides, les sépultures des pharaons et des hauts personnages étaient des mastabas, grands tombeaux carrés recouvrant des puits et des chambres sépulcrales.
  • Les premières pyramides, celles de la IIIe dynastie, sont des pyramides à degrés, faites de plusieurs mastabas empilés, formant de gigantesques escaliers dressés vers le ciel.
  • Puis les rois de la IVe dynastie se font bâtir des pyramides à faces lisses, qui deviennent des objets de forme parfaitement géométrique, qui sont désormais et pour longtemps les constructions les plus hautes et les plus massives bâties par l'homme.

Les pyramides d’Égypte sont situées sur le long plateau calcaire désertique qui s'étire au-dessus de la rive gauche du Nil.

Pyramides de Saqqarah[modifier]

Pyramide à degrés de Djéser

Le site le plus ancien est celui de Saqqarah, qui domine l'ancienne cité de Memphis, capitale de la Basse-Égypte, un peu au sud de l'actuelle ville du Caire.

Pyramide de Djéser[modifier]

La première pyramide est celle du roi Djéser (ou Djoser), de la IIIe dynastie, qui régna avant -2800. D'abord simple mastaba, elle subit une succession d'agrandissements et de surélévations, jusqu'à devenir un immense monument de 109 x 121 m, d'une hauteur de 62 m.

Elle comporte un énorme puits central et un réseau de couloirs (certains décorés de carreaux de faïence verte), conduisant aux chambres et magasins funéraires.

Pyramide de Sékhemkhet[modifier]

Pyramide à degrés de Sékhemkhet

Sékhemkhet, successeur de Djéser, n'eut pas le temps d'achever sa propre pyramide à degrés, prévue pour s'élever à une hauteur de 70 m environ, au-dessus d'une base carrée de 120 x 120 m. Il en subsiste quelques portions d'assises, atteignant tout juste une dizaine de mètres. Un important complexe de couloirs et de magasins souterrains, bien conservé, conduit à une chambre funéraire centrale.

Pyramide de Meïdoum[modifier]

Pyramide de Meïdoum (des rois Houni et Snéfrou)

La pyramide située près de Meïdoum, à l'entrée de la grande plaine irriguée du Fayoum, ressemble de loin à une immense crème glacée à moitié fondue. Cette pyramide, par son état à moitié écroulé, nous révèle toute sa structure : il n'y a pas de doute, les pharaons et leurs architectes avaient un goût illimité pour l'expérimentation !

  • Le roi Houni (IIIe dynastie, règne : vers -2600 à -2575) commence la construction par une désormais classique pyramide à degrés, l'achève, puis en accroît le volume par l'adjonction de « tranches » disposées obliquement sur les quatre faces.
  • Non content de l'exploit, son successeur Snéfrou (IVe dynastie, règne : à partir de -2575 environ) réalise une idée entièrement nouvelle : il habille la grande pyramide à degrés d'un chemisage aux parois soigneusement dressées, donnant au monument l'aspect d'une pyramide à faces lisses de 144 m de base et 92 m de hauteur. La pente de cette pyramide lisse est de 51 °, c'est-à-dire très raide.

L'hypothèse la plus probable est que cette pyramide s'est écroulée alors qu'elle était achevée ou sur le point de l'être. On peut distinguer, sur le schéma et sur la photo légendée, à quelles phases de la construction appartiennent les éléments visibles : les parties ravalées correspondent aux parois extérieures, tandis que les bandes rugueuses étaient à l'origine les parties dissimulées.

Une descenderie conduit à plusieurs chambres, dont deux ont été découvertes récemment, vers 2000, par l'architecte français Gilles Dormion1.

Pyramides de Dahchour[modifier]

Pyramide rhomboïdale[modifier]

Pyramide rhomboïdale (de Snéfrou)

La pyramide à double pente ou rhomboïdale de Dahchour (un peu au sud de Gizeh) est également due à Snéfrou. Elle marque une étape importante dans les progrès de l'architecture des pyramides. Cette fois, on a un revêtement de calcaire bien lisse, et deux chambres reliées entre elles par un étroit boyau, mais pourvues chacune d'un couloir descendant. La descenderie nord conduit à une chambre souterraine, tandis que l'autre descenderie, à l'ouest - configuration qu'on ne retrouve nulle part ailleurs - mène à l'autre chambre, aménagée plus haut que l'autre, dans la maçonnerie même.

Coin nord-est, dépouillé de son revêtement, montrant la maçonnerie interne.

Des récupérateurs ont commencé à déchausser les pierres d'un angle de la pyramide, montrant ainsi une maçonnerie interne grossière, réalisée à moindres frais. Extérieurement, cette pyramide apparaît comme la mieux conservée de toutes, mais intérieurement, les entrées, situées à des hauteurs vertigineuses, mènent à des couloirs descendants fissurés, affaissés, qui n'inspirent aucune confiance. Les chambres sont très endommagées, à moitié comblées et soutenues par des étais, sans doute depuis les origines.

Les dimensions sont ambitieuses : 189 m de base, 104 m de hauteur, avec des pentes de 54, puis 43 degrés.

Il est admis que le changement de pente a été décidé à la suite des affaissements internes des chambres et descenderies et qu'en fin de compte, la pyramide a été jugée inutilisable par le pharaon, qui en fit alors construire une troisième...

Pyramide rouge[modifier]

Pyramide rouge (de Snéfrou)

Au contraire des deux précédentes, les architectes de Snéfrou semblent avoir joué la sécurité pour cette troisième pyramide qui, probablement, lui apporta enfin satisfaction pour y établir sa sépulture. Pour l'ensemble de ses trois pyramides, Snéfrou n'a pas remué moins de 3 300 000 mètres cubes de pierre, ce qui représente très certainement le plus gros projet architectural de toute l'histoire de l'humanité.

Sur une base de 219 m, la pyramide rouge culmine à 109 m, avec une pente de 43°, semblable à celle de la partie supérieure de la rhomboïdale. La pyramide doit sa couleur rouge au calcaire local riche en oxyde de fer dont elle est constituée. Son revêtement de calcaire fin a été entièrement et méthodiquement récupéré, probablement au cours du Moyen Age.

Pyramides de Gizeh[modifier]

Le plateau de Gizeh, situé au nord des sites précédents, domine la ville moderne du Caire. Il reçoit les trois pyramides les plus accomplies de l’Égypte ancienne, au cours du -XXVIe siècle.

Pyramide de Chéops[modifier]

La pyramide de Chéops (Khoufou, dans la langue des Égyptiens), bâtie vers -2560, est la plus massive (base de 230 m) et la plus haute de toutes (146 m). Elle reprend la pente de 51° de la pyramide de Meïdoum, soit 14/11.

La Grande Pyramide était entièrement couverte d'un revêtement de calcaire fin poli, dont il ne reste que les premières assises inférieures. Le reste, déchaussé à l'aide de leviers et récupéré par des carriers, a servi, depuis le Moyen Âge, à la construction des monuments du Caire.

Le réseau intérieur des couloirs et des salles est complexe et mystérieux, avec son couloir descendant et sa chambre souterraine inachevée, et son couloir ascendant qui mène d'une part à la « chambre de la reine » via un couloir horizontal, d'autre part à la « chambre du roi », par la « grande galerie » au vaste plafond en encorbellement.

Cependant, on émet quelques doutes sur le succès architectural de cet ensemble, si l'on considère que la chambre funéraire du roi, but final de l'opération, s'est gravement et irrémédiablement fissurée sous le poids, très probablement dès la phase d'achèvement du monument.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Pyramide de Chéops.

Pyramide de Chéphren[modifier]

La seconde pyramide, bâtie vers -2540, est celle de Chéphren (Khafrê, dans la langue des Égyptiens). Elle est presque aussi grande que la précédente : sur une base de 215 m, elle atteint une hauteur de 143 m, avec une pente très accentuée de 53°, dans le rapport 4/3.

Elle conserve, à son sommet, une bonne partie de son revêtement de calcaire poli, montrant clairement comment les pierres de parement, suspendues en surplomb, sont verrouillées sur la masse de la maçonnerie.

Les dispositions intérieures comprennent une chambre affleurant le niveau du sol, et une autre en sous-sol. Elles sont si modestes d'aspect, correspondant si peu à la magnificence pharaonique, que l'on a toujours soupçonné l'existence d'autres salles, sans jamais les découvrir. Des galeries, percées profondément dans la masse de la pyramide, témoignent de cette très ancienne conviction.

Le Sphinx de Gizeh semble veiller sur l'ensemble funéraire de Chéphren. Mais il peut tout aussi bien voir son origine remonter aux travaux de Chéops, ou même à une époque antérieure.

Pyramide de Mykérinos[modifier]

Le sarcophage perdu de Mykérinos

La pyramide de Mykérinos (Menkaourê, dans la langue des Égyptiens), date de -2520 environ. Elle est la plus petite des trois grandes pyramides de Gizeh, avec des dimensions moitié moins importantes que les deux précédentes : 105 m de base, 65 m de hauteur. La pente est de 51°, selon le rapport 14/11. On dit que le volume de cette pyramide représente à peine 1/10 de celui de ses voisines : un bon exercice est de le vérifier !

La pyramide a conservé, à la base, quelques assises d'un revêtement de granite d'Assouan non ravalé. On sait aussi que la partie haute du monument était plus simplement revêtue de calcaire fin. On peut penser que cet inachèvement est dû à la mort prématurée du roi.

La pyramide de Mykérinos renferme un réseau complexe de couloirs et de salles, sur plusieurs niveaux. La chambre funéraire du roi renfermait un magnifique sarcophage en forme de palais à redans. En 1838, l'on décida de transporter cette merveille unique jusqu'au British Museum de Londres. Hélas, le navire chargé de le transporter sombra au cours d'une tempête, quelque part entre Malte et Carthagène. Jusqu'à présent, on n'a pas réussi à le retrouver !

Après Gizeh, d'autres pyramides d'Égypte[modifier]

On a répertorié au long de la rive gauche du Nil environ 80 pyramides, qui sont toutes des tombeaux de rois et de dignitaires de l'Égypte ancienne. Les maîtres de l'Égypte ont continué à construire des pyramides durant des siècles, après celles de Gizeh ! Mais ces pyramides plus récentes, même si leur distribution et leur décoration intérieures sont du plus haut intérêt, ressemblent toutes à des collines informes ou à des monticules en ruine, ou même, le plus souvent, à des tas de sable et de cailloux. Sans doute les successeurs des rois de la IVe dynastie n'avaient-ils plus les moyens, en main-d’œuvre ou en matériaux, de faire aussi bien que leurs glorieux ancêtres...

Voir aussi[modifier]

Autres pyramides, ailleurs dans le monde[modifier]

D'autres peuples ont construit des pyramides :

Sources[modifier]

  1. Gilles Dormion et Jean-Yves Verd'hurt, The pyramid of Meidum, architectural study of the inner arrangement, 2000, dossier et pdf>


Portail de l’Égypte ancienne - Tous les articles sur l’Égypte ancienne.
Portail des techniques - Tous les articles sur les moyens de transport, l'informatique, les outils et les matériaux.

29°58′34″N 31°07′52″E / 29.97611, 31.13111