Pluviométrie

« Pluviométrie » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
La pluviométrie peut être mesurée par un pluviomètre.

La pluviométrie désigne à la fois la pluviosité elle-même, c'est-à-dire la quantité d'eau de pluie tombée sur une région donnée, pendant une durée déterminée et aussi la fréquence de ces précipitations ; mais elle désigne aussi la mesure de la pluviosité.

Autrefois, mais ces termes sont maintenant vieillis, on parlait d’ombrémétrie et plus rarement, d’udrométrie.

Histoire de la pluviométrie[modifier]

Les plus vieux rapports de pluviométrie que l'on a trouvés datent de la Grèce antique, autour du Ve siècle av. J.-C.. Un siècle plus tard, ils sont suivis par les indiens qui utilisaient des bols pour récupérer et mesurer l'eau de pluie. Un livre, appelé l’Arthashastra, qui traite de la gestion de la société, précise des normes en matière de production de grains. Chaque entrepôt devait être muni d'un pluviomètre afin de classifier les terrains selon ce critère, pour que l'administration indienne taxe plus ou moins lourdement certains terrains par rapport à d'autres.

Mais les Chinois, très en avance par rapport à l'Europe, seraient les premiers à créer les premiers réseaux de mesure, en 1425, avant la Corée en 1442. En Europe, le premier pluviomètre n'est apparu qu'en 1639, grâce au mathématicien italien, Benedetto Castelli1, qui était également le disciple (l'élève) de Galilée.

En France, ce n'est qu'en 1670 qu'on commença à s'intéresser à la pluviométrie. En effet, un docteur du nom de « Marin » eut l'envie de mesurer, après chaque passage pluvieux, la hauteur des pluies. Puis, en 1674, la région parisienne fut équipée de pluviomètres et on commença à mesurer la moyenne de la hauteur des pluies1.

Intérêt de la pluviométrie[modifier]

La pluviométrie est un facteur écologique essentiel, c'est-à-dire qu'il est un élément d'un milieu naturel, capable d'influencer directement sur les êtres vivants. Il est donc utile de connaître la pluviométrie puisqu'elle permet, en plus de ses températures, de déterminer pour une région, le climat, la nature, la biodiversité, le fonctionnement des écosystèmes, etc.

C'est aussi un enjeu politique (et plus précisément géopolitique) puisque c'est elle qui influence le développement des sociétés humaines. Par exemple, les régions au climat désertique ont une pluviométrie très faible et ne sont pas favorables au développement.

Mesure de la pluviométrie[modifier]

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire les articles : Pluviomètre et Pluviographe.

Pour mesurer la pluviométrie, on utilise des instruments spécifiques, comme le pluviomètre ou le pluviographe, gradués en millimètres (mm). Un millimètre équivaut à un litre dans un espace d'1 ; on utilise cette unité parce qu'elle permet de mesurer la pluviométrie dans n'importe quelle surface.

Différences de pluviométrie dans le monde[modifier]

« Le lieu le plus humide de la planète Terre, Cherrapunjee » décrit le panneau.

La pluviométrie peut être très différente d'une région à une autre et cela s'explique, entre autres, par des climats différents. Par exemple, certaines régions très arides, comme le désert d'Atacama (au Chili), reçoivent très peu de précipitations (inférieures à 50 mm/an), malgré la présence de brouillards fréquents qui n'influent pas sur la pluviométrie2.

L'endroit le plus pluvieux de la planète serait localisé au nord-est de l'Inde, dans la chaîne de l'Himalaya, dans une ville appelée Cherrapunji. Cette ville bat des records de pluviométrie. En effet, entre le 1er août 1860 et le 31 juillet 1861, elle s'élevait à 26 461 mm et durant ce mois de juillet 1861, elle a aussi battu le record de la plus forte pluviométrie en un seul mois, avec 9 299,96 mm d'eau tombés. On peut citer une autre ville d'Inde, Mawsynram, mais en l'absence de bureaux métrologiques, les scientifiques préfèrent retenir Cherrapunji, d'autant plus que la pluviométrie à Mawsynram est principalement concentrée sur la période de la mousson, qui touche l'Asie.

En revanche, le Mont Waialeale, situé sur l'archipel de Hawaï, un autre endroit connu pour sa forte pluviométrie, connaît des précipitations tout au long de l'année avec une moyenne de 11 680 mm/an sur 32 ans avec un record de 17 340 mm durant l'année 1982.

Sur une période plus courte, on a relevé un record de pluviométrie pour une averse le 22 juin 1947. En effet, la ville de Holt, dans le Missouri (États-Unis) a subi une averse très importante. En seulement 42 minutes, elle a reçu 305 mm d'eau, c'est-à-dire qu'en un jour, elle a reçu presque le tiers de la moyenne annuelle des précipitations dans cet État34.

Voir aussi[modifier]

Notes et références[modifier]

  1. 1,0 et 1,1 (fr) Histoire de la pluviométrie
  2. (fr) Définition, répartition et mesure de la pluviométrie.
  3. (fr) Missouri - General Informations USA-Découverte : Sud-Ouest - Missouri
  4. En moyenne, l'État du Missouri reçoit 1 027 mm d'eau par an, dont 432 mm sous forme de neige.

Sources[modifier]

Liens internes[modifier]

  • L'hygrométrie, qui permet de mesurer la quantité de vapeur d'eau contenue dans un gaz.
  • Le nivomètre, qui permet de mesurer la hauteur de la neige pour désigner la pluviométrie.


Portail de la géographie - Tout sur les continents, le climat, la météo...