Garçon devant un ordinateur.jpg
LeSavant.svg

la cabane  •  le Savant  •  le Livre d'or

Participez ! Cet article, comme tous les articles de Vikidia, est peut-être incomplet et tu peux l'améliorer. Tu as des connaissances sûres sur le sujet (texte ou illustration) ? Alors n'hésite pas à les ajouter. Ta contribution est la bienvenue ! C'est à toi de jouer ! Clin d'œil

Persécution des chrétiens dans la Rome antique

« Persécution des chrétiens dans la Rome antique » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

Les chrétiens étaient des croyants d'une religion créée dans la première moitié du Ier siècle par les disciples de Jésus. Les chrétiens ne voulaient pas faire certaines choses de la religion romaine, ce qui mécontentent et inquiètent les Romains et aboutira à des persécutions.

Les persécutions des chrétiens[modifier]

Portrait de Néron. Marbre, œuvre romaine, Ier siècle ap. J.-C. Provenance : zone de l'époque d'Auguste, Palatin. Antiquarium du Palatin

Du Ier au IIIe siècle, les Romains ne comprenaient pas les chrétiens car ces derniers ne participaient pas au culte de leurs dieux (par exemple, jeter de l'encens sur le foyer de l'autel de Rome et d'Auguste). Pour cela, le peuple disait que les défaites de guerre étaient de leur faute. Des rumeurs disaient que les chrétiens tuaient des enfants et mangeaient de la chair humaine.

Cependant une grande partie des Romains acceptaient les dieux étrangers et en pratiquaient le culte. Par exemple, Isis est à la base une déesse égyptienne et Mithra un dieu de Mésopotamie.

Par contre, si des personnes étaient contre le culte de base, c'est-à-dire contre la religion romaine, ils pouvaient être punis. À partir du IIe siècle, un magistrat (sorte de juge) agit plusieurs fois contre les chrétiens pour calmer le peuple qui n'avait pas très confiance en cette religion car il la trouvait mystérieuse.

Une loi était écrite ainsi : christianos esse non licet en latin, ce qui veut dire : « il n'est pas permis d'être chrétien ».

C'est Néron, empereur de Rome, qui, en 64, fit un acte aux conséquences sanglantes pour les chrétiens. Il les accusa d'avoir provoqué le grand incendie de Rome alors qu'il en était l'auteur. Cet incendie, provoqué afin de faire de la place pour une extension des palais impériaux, n'était pas de la faute des chrétiens, mais Néron savait qu'il serait accusé, alors il préféra que les chrétiens soient punis à sa place. Plus tard, les cruautés de Néron envers les chrétiens seront plus ou moins sévères.

Il y avait toutes sortes de supplices très durs : les chrétiens pouvaient être livrés aux fauves, crucifiés ou encore torturés en public.

En 177, à Lyon, des centaines de chrétiens furent massacrés. Pourtant, la mort de beaucoup de martyrsPrécision impressionna le peuple.

Trajan, qui était empereur romain, expliqua un jour à son ami l'historien Pline le Jeune que si une personne accusait une autre d'être chrétien et que cela était faux, la personne qui accusait pouvait être condamnée.

À partir du IIIe siècle, on créa à Rome des lois interdisant la religion chrétienne, ce qui fit beaucoup de victimes. Les autorités n'acceptait pas du tout cette religion, disant que les chrétiens étaient des hors-la-loi car ils n'acceptaient pas le culte de l'Empereur (les chrétiens ne croient qu'en un seul dieu). Durant ce IIIe siècle, les victimes ont été beaucoup plus nombreuses que du Ier au IIIe siècle.

Autres persécutions[modifier]

L'empereur Dioclétien
  • 250 : persécution de Dèce (que certains appellent aussi « persécution générale ») : Dèce, empereur romain, obligea tous les Romains à offrir un sacrifice (une sorte de cadeau) aux dieux tutélaires, qui sont par exemple ceux représentant une ville ou un travail, sous risque de peine de mort. Les chrétiens qui n'ont pas voulu faire cette offrande ont été persécutés.

La prise au pouvoir du christianisme[modifier]

Buste du Christ, peinture murale provenant des catacombes de Commodilla, IVe siècle

Malgré toutes ces persécutions, le christianisme influença les Romains. Cette religion commençait à prendre le pouvoir. Par exemple, Sévère Alexandre, Philippe l'Arabe ou Gallien (qui étaient tous empereurs romains) ont eu le pouvoir alors qu'ils étaient chrétiens.

C'est Constantin, quand il est devenu empereur, qui fit de la religion chrétienne la religion que l'on disait « principale ». Elle est devenue la religion officielle de l'Empire.

Portail Rome antique - Histoire romaine, langues et civilisations italiques.