Orque

« Orque » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Orque
Orques sautant hors de l’eau
Orques sautant hors de l’eau
Nom(s) commun(s) Orque ou épaulard
Nom scientifique Orcinus orca
Classification Cétacé de la famille des delphinidés
Longévité 30 (mâle) à 50 (femelle) ans
voir modèle • modifier


L’orque (nom scientifique : Orcinus orca), ou épaulard, est une espèce de mammifère marin ; plus précisément, un cétacé à dents (odontocète) de la famille des delphinidés, dont il constitue la plus grande espèce.

Étymologie[modifier]

Le premier nom, Delphinus Orca, fut proposé par Linné. Pour certains, Orca se référerait à la divinité Orcus qui avait trait à la mort. Pour d’autres, il proviendrait du grec orkunos signifiant « thon de la plus grosse espèce ». Léopold Fitzinger créa en 1860 le genre Orcinus pour démarquer l’espèce des autres delphinidés.

Caractéristiques physiques[modifier]

L'orque est facilement reconnaissable à sa ligne noire et blanche et à la taille de sa nageoire dorsale qui peut atteindre 2 m de hauteur chez les mâles alors qu’elle ne dépasse pas 90 cm chez les femelles (la différence de taille de cette nageoire entre les mâles et les femelles constitue ce qu'on appelle le dimorphisme sexuel). Les nageoires sont grandes, larges et arrondies en forme de raquette. La tête est volumineuse avec un melon bien développé et des mâchoires très puissantes portant chacune entre 10 et 20 dents coniques, longues de 4 à 8 cm.

Écologie et comportement[modifier]

Lieu de vie[modifier]

De nature très résistante, l'orque vit de la banquise aux eaux tropicales, mais surtout dans les eaux froides (Antarctique, nord-ouest canadien, Islande…) situées à moins de 800 km des côtes. L’espèce peut également s’observer en méditerranée mais de façon très occasionnelle et en petit groupe généralement.

Régime alimentaire[modifier]

Bien qu’il s’agisse d’un prédateur, faisant preuve d’une grande adaptabilité et d’une intelligence troublante, et malgré son surnom anglais de killer whale (« baleine tueuse »), l’orque en liberté ne s’attaque pas à l’humain (mais elle peut attaquer les dresseurs en captivité, environnement particulièrement stressant pour une orque). Son régime alimentaire se compose de tous les poissons de taille moyenne ou grande (thon, saumon ou encore requin…) mais aussi de mammifères marins tels que les otaries, les phoques ou encore des dauphins et des baleines. Les mises à mort de baleineau sont d’ailleurs des scènes terribles : les orques pourchassent le jeune pendant des heures en essayant de le séparer de sa mère et de le noyer à répétition jusqu’à ce qu’il soit complètement épuisé. Plus rarement les orques peuvent aussi consommer des calmars ou des oiseaux marins. Les proies sont partagées par tous les membres du groupe.

Mode de vie[modifier]

La sociabilité joue un rôle important chez la plupart des groupes d’orques. Ces clans se composent le plus souvent d’un nombre restreint d'individus (moins de quinze), de tous les âges et des deux sexes. Cette structure représente l’ensemble de la descendance de la plus vieille femelle du groupe.

La communication joue aussi un rôle essentiel chez ces animaux. Comme tous les odontocètes, ils émettent des sons très variés, certains servant à l’écholocation (utilisée pour se repérer et chasser) et d’autres, que les scientifiques tentent de décrypter, ont une fonction de langage.

Classification[modifier]

Deux espèces partageant le nom d'« orque » en sont proches, mais appartiennent à des genres différents :

  • la fausse orque (Pseudorca crassidens), plus petite et présente dans tous les océans, en particulier dans les eaux profondes tempérées et tropicales ;
  • l'orque naine (Feresa attenuata), ou orque pygmée, encore plus petite que la précédente et vivant dans les eaux tropicales.

Sources[modifier]