Oasis

« Oasis » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Une oasis liée à un cours d'au. Tinherir au Maroc


Une oasis c’est un endroit dans un désert où l'agriculture est possible car on y dispose d'eau douce. L'apport d'eau douce est artificiel grâce à des aménagements faits par l'homme. Il s'agit de régions irriguées.

Trouver l'eau nécessaire[modifier]

L'eau peut être fournie par un cours d'eau[modifier]

Celui-ci peut provenir d'une région montagneuse, quelquefois très éloignée, il peut être alimenté après la saison des pluies, c'est le cas de l'oasis de la vallée du Nil, qui n'existe que par les pluies tombées plus au sud. Si une montagne proche assez élevée recueille de la neige en hiver, au moment de la fonte le cours d'eau se remplit (souvent temporairement). C'est le cas des oasis qui jalonnent le piémontPrécision méridionalPrécision des montagnes d'Afrique du Nord. C'est aussi le cas dans la cuvette de la mer d'Aral en Asie centrale.

L'eau peut exister dans une nappe souterraine contenue dans une roche réservoir.[modifier]

Schéma d'un qanat

Elle provient de l'eau de pluie tombée sur la région et qui s'est infiltrée. L'alimentation de cette nappe peut être actuelle, l'eau provient alors d'une région proche plus arrosée, généralement montagneuse. Dans ce cas le sous-sol imperméable oblige l'eau infiltrée à descendre par gravité vers les régions plus basses où elle s'accumule dans le « réservoir ». Quelquefois il s'agit d'une nappe fossile alimentée lorsque la région connaissait un climat plus humide mais qui ne reçoivent plus d'eau du fait de la sécheresse actuelle.

Il est alors nécessaire d'extraire l'eau de la roche-réservoir.

On peut creuser un puits et y adapter un mécanisme qui permet de faire remonter l'eau en surface (comme le puits délou par exemple). Mais la profondeur possible de creusement est médiocre car elle est limitée par le problème de la remontée du récipient contenant l'eau puisée.

On peut également creuser des galeries souterraines qui sur leur passage à travers la roche gorgée d'eau, vont faciliter le suintement sur leurs parois et créer ainsi un ruisselet souterrain (c'est le cas dans les aménagements des foggaras du Sahara, des rhettaras du Maroc ou des qanats d'Iran). La quantité d'eau disponible est médiocre. Elle est limitée par la longueur « utile » des galeries mais elle peut être augmentée en multipliant le nombre de galeries. Cela demande cependant un gros investissement en travail de creusement et d'entretien.

Aujourd'hui, on peut attendre des nappes profondes grâce aux techniques de forage et de pompage (le procédé est très utilisé dans les pays qui en ont les moyens financiers, comme la Libye ou les États-Unis)

Utiliser l'eau[modifier]

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Irrigation.

Les cultures dans une oasis[modifier]

Vue aérienne de l'oasis de Kuffra en Libye (les ronds correspondent à la partie irriguée grâce à la rotation d'une rampe d'arrosage autour d'un point de forage).
Chams céréaliers et palmiers-dattiers dans une oasis traditionnelle du sud marocain
.

Dans les oasis traditionnelles on utilise l'espace horizontalement mais aussi verticalement. Les grands arbres font de l'ombre pour protéger les cultures délicates qu'on installe en dessous : les palmiers, figuiers, amandiers, abricotiers et des orangers surplombent de petits champs de maïs et d'orge, des jardins potagers (carottes, tomates, piments...). Il n'y a pas d'élevage bovin faute d'herbe. Mais on peut trouver des chèvres (pour le lait) et des ânes ou des mulets pour le transport.

Dans les oasis modernes, la culture se fait en pleins champs sans ombrage.


Portail de la géographie - Tout sur les continents, le climat, la météo...