Napoléon

« Napoléon » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Napoléon Bonaparte
Statue équestre, à Cherbourg
Statue équestre, à Cherbourg
Date et lieu de naissance 15 août 1769 à Ajaccio . Corse
Date et lieu de décès 5 mai 1821 dans l'île de Sainte-Hélène (Atlantique sud)
Fonction (s) militaire et chef d'État français
évènements (date et nature) *1784 sous-lieutenant d'artillerie
  • décembre 1793:Capitaine commandant l'artillerie au siège de Toulon. Nommé général de brigade
  • Octobre 1795 : réprime l'insurrection royaliste parisienne de vendémiaire an III
  • 9 mars 1796 : épouse Joséphine de Beauharnais
  • 1796-1797 : nombreuses victoires pendant la campagne d'Italie
  • été 1798-été 1799 : désastreuse campagne d'Égypte.
  • 9 novembre 1799 : nommé Premier Consul de la République française après le coup d'État du 18 brumaire an VIII
  • 2 août 1802: nommé Consul à vie
  • 18 mai 1804 : nommé Empereur des Français
  • 2 décembre 1804 : sacré empereur par le pape Pie VII
  • Mai 1805: roi d'Italie
  • 2 avril 1810: épouse Marie-Louise de Habsbourg-Lorraine, fille de l'empereur d'Autriche
  • 20 mars 1811 : naissance du roi de Rome, héritier du trône
  • 4 avril 1814 : première abdication après avoir été battu en Russie, Allemagne, Espagne et France. Exilé à l'île d'Elbe.
  • 1er mars 1815: Fuite de l'île d'Elbe, débarquement en Provence et début des Cent Jours
  • 22 juin 1815: seconde abdication après le désastre de Waterloo. Exil à Sainte-Hélène
voir modèle • modifier


Napoléon Bonaparte, de son nom italien Napoleone di Buonaparte, mais souvent juste appelé Napoléon, est né le 15 août 1769 à Ajaccio et mort le 5 mai 1821 sur l'île de Sainte-Hélène, où il était retenu prisonnier (exilé). De 1793 à 1799 il est général de la République française et s'illustre dans ses brillantes campagnes militaires en Italie et en Égypte. Par le coup d'État du 18 Brumaire (en novembre 1799), il renverse le gouvernement républicain du Directoire. Le Consulat est le nouveau régime qui succède au Directoire. Bonaparte est nommé Premier consul, et met en place une régime politique où il dispose de l'essentiel du pouvoir. Il réforme alors profondément la France, en assurant la domination de la bourgeoisie face aux revendications populaires. Nommé empereur des Français sous le nom de Napoléon Ier (1804-1815), il poursuit la guerre contre les autres pays européens qui veulent éliminer le danger représenté par la France révolutionnaire dont il est le continuateur.

Maitre de l'Europe en 1810, sa politique rencontre de nombreuses oppositions, surtout en Espagne, en Allemagne, en Autriche et en Russie sans compter l'hostilité constante du Royaume-Uni. La campagne de Russie de 1812, est un désastre et annonce la fin de l'aventure napoléonienne. Il doit abandonner l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie et doit, en 1814, défendre la France une nouvelle fois envahie. Vaincu il abdique en avril 1814. Exilé à l'île d'Elbe, il s'en échappe en mars 1815 et reprend la lutte. La défaite sans appel de Waterloo, le 18 juin 1815, le contraint à une seconde abdication. Les Britanniques l'exilent dans l'île de Sainte-Hélène, où il meurt en 1821.

Jeunesse de Napoléon Bonaparte[modifier]

Napoléon Bonaparte en 1785. Il a 16 ans

Napoléon Bonaparte est né en Corse, île devenue française en 1767. Il est le second fils de riches propriétaires terriens, Charles de Bonaparte et Lætizia Ramolino, dite la plus belle femme de Corse par Pascal Paoli. Sa famille paternelle est originaire de la Lombardie et s'est installée en Corse au XVIe siècle.

Il a aussi de nombreux frères et sœurs. Appartenant à la petite noblesse corse, il fait ses études au collège d'Autun grâce à une bourse obtenue du roi Louis XVI. De 1779 à 1784 il est élève de l'école militaire de Brienne. On raconte que lors d'une bataille de neige, il prit le commandement de quelques élèves pour triompher ensuite contre l'ennemi qui finit par s'enfuir, trempé. Il se spécialise dans l'artillerie1. Il en sort avec le grade de lieutenant en second. Son manque de fortune et de relations ne lui laisse pas espérer une bonne carrière militaire dans l'armée royale. Il mène alors et jusqu'en 1791, une vie de garnison marquée par la gène financière (il doit soutenir matériellement sa famille) et de nombreux voyages en Corse.

  1. L'artillerie demande des compétences en mathématiques. De plus contrairement à l'infanterie ou à la cavalerie pour devenir capitaine ou colonel, on n'avait pas besoin d'acheter sa compagnie ou son régiment, puisque c'était le roi qui fournissait le matériel

L'officier révolutionnaire[modifier]

Il tente une carrière politique en Corse où il est mêlé à un conflit entre les révolutionnaires, les nationalistes corses et les royalistes. Mal vu d'une partie de la population, en juin 1793, il doit partir sur le continent. Bonaparte se lie alors avec les milieux révolutionnaires montagnards. En décembre 1793, nommé chef de l'artillerie qui assiège Toulon (qui s'était livrée aux Britanniques), son brillant succès le fait remarquer par le frère de Robespierre qui favorise son avancement. Il est alors nommé général de brigade et commande l'artillerie de l'armée française qui opère en Italie. La chute des montagnards robespierristes en juillet 1794, lui vaut des ennuis, il est emprisonné quelques temps, puis relâché. Mais le nouveau gouvernement, plus modéré, le place en inactivité.

Désœuvré Napoléon Bonaparte fréquente l'entourage de Paul de Barras l'homme fort du nouveau régime républicain. Il s'éprend violemment de Joséphine de Beauharnais, l'ancienne maîtresse de Barras. Ce dernier charge Bonaparte de réprimer l'insurrection royaliste du 13 vendémiaire an IV (5 octobre 1795). Le succès de Bonaparte lui vaut le commandement de l'Armée de l'Intérieur.

Le 9 mars 1796, Napoléon épouse Joséphine et part en Italie pour prendre le commandement en chef des armées françaises qui y combattent les Autrichiens.

Le général indispensable mais gênant pour le gouvernement[modifier]

Bonaparte au pont d'Arcole, par Antoine-Jean Gros (1801)

Pendant la campagne d'Italie en 1796 et 1797, Bonaparte révèle ses talents de statège. Il parvient avec des forces inférieures en nombre et en mauvais état à vaincre les Autrichiens et les Piémontais par une série de victoires foudroyantes Montenote, Mondovo, Lodi, Lonato, Castiglione, Arcole, Rivoli. Puis Napoléon marche sur Vienne. L'Autriche vaincue demande la paix. Elle est signée à Campo-Formio.

Parallèlement à son action militaire Bonaparte, mène une activité politique. Sans demander l'avis du Directoire il crée dans le nord de l'Italie une république Cisalpine. C'est lui qui dicte le traité de Campo-Formio qui donne toute la rive gauche du Rhin à la France.

Les pillages opérés par l'armée française (en particulier les œuvres d'art) et les contributions de guerre demandées aux Italiens permettent de renflouer une partie des caisses de la République française qui sont en très mauvais état.

La popularité de Napoléon Bonaparte est immense. Le gouvernement tout en ayant besoin de lui, le craint. Aussi, pour l'éloigner de la France, on lui propose de diriger une expédition militaire contre l'Égypte (dépendant de l'empire turc ottoman), afin de couper la route directe des Britanniques vers les Indes (où ils sont fortement installés). Pendant l'été 1798, la campagne militaire commence bien, prise de Malte, bataille des Pyramides, entrée au Caire. Mais la destruction de la flotte française à bataille d'Aboukir, au début août 1798, par la flotte britannique de l'amiral Nelson enferme l'armée français en Égypte. Bonaparte échoue à prendre Saint-Jean-d'Acre en juin 1799. En août 1799, Napoléon abandonne son armée regagne la France. L'armée d'Égypte, sous le commandement du général Kléber sera progressivement détruite par les maladies et les Égyptiens.

Le coup d'État du 18 brumaire an VIII et le Consulat[modifier]

Rentré en France Napoléon Bonaparte est contacté par des hommes politiques et des financiers qui souhaitent renverser le gouvernement jugé incapable de sauver les acquis de la révolution bourgeoise. Ils veulent le remplacer par un régime autoritaire qui ferait barrage aux tentatives de rétablissement d'une république égalitaire ou d'une monarchie absolue. Avec eux Bonaparte prépare un coup d'État. Ils bénéficient de la complicité d'une partie de l'armée, d'une partie du personnel politique, y compris des membres du gouvernement (dont Barras), le 18 brumaire an VIII (9 novembre 1799). Napoléon et ses amis renversent le Directoire et créent un nouveau régime, appelé le Consulat.

Bonaparte impose une nouvelle constitution qui lui donne tous les pouvoirs, il est nommé Premier consul pour 10 ans, puis à vie (à partir d'août 1802). Les Français consultés par un plébiscitePrécision acceptent massivement les changements.

Napoléon ramène la paix dans le pays après la Révolution. Il négocie avec les Vendéens et signe un Concordat (accord signé entre le pape et un État sur des questions religieuses) avec l'Église catholique en 1801. Surtout il crée de nombreuses institutions qui fondent une France dominée par la bourgeoisie : administration préfectorale qui centralisePrécision et quadrille le pays, banque de France, code civil, franc germinal, lycée, légion d'honneur. Il réorganise la justice et la perception des impôts.

Bonaparte intervient militairement en Italie et une nouvelle fois y montre ses talents. Il bat une armée autrichienne à Marengo (juin 1800), tandis que le général Moreau bat une autre armée à Hohenlinden. Bonaparte impose à l'Autriche la paix de Lunéville (en février 1801) qui lui enlève de nombreux territoires. Bonaparte arrive à s'entendre avec le Royaume-Uni qui par la Paix d'Amiens (mars 1801) arrête la guerre contre la France révolutionnaire. Mais cette accalmie est provisoire. Elle doit permettre aux deux pays de reprendre des forces pour se lancer dans de nouvelles hostilités.

A l'intérieur Bonaparte doit faire face à l'opposition des républicains que son ministre de la police Fouché élimine après l'attentat de la rue Saint-Nicaise (24 décembre 1800). En amnistiantPrécision une partie des royalistes ayantémigré depuis 1789, il obtient des soutiens dans ces milieux. Pourtant les royalistes les plus durs, comme Cadoudal ou Pichegru, complotent contre Bonaparte, mais ils sont eux-aussi éliminés.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Coup d'État du 18 brumaire.
Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Consulat (Révolution française).
Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Guerres pendant le Consulat.

Napoléon Ier[modifier]

Napoléon après son sacre

Le 18 mai 1804, le Sénat proclame Napoléon Bonaparte empereur des Français sous le nom de Napoléon Ier. La couronne impériale devient héréditaire dans la famille Bonaparte. Par un plébiscite les Français acceptent ce nouveau changement. Le 2 décembre 1804, dans la cathédrale Notre-Dame-de-Paris, Napoléon Ier est sacré empereur par le pape Pie VII.

Napoléon poursuit l'œuvre du Consulat. Il accentue le contrôle de la pensée en créant l'université impériale chargée de délivrer les diplômes et de contrôler les différents enseignements. Il limite fortement la liberté de la presse. Il impose que les prêtres catholiques enseignent le catéchisme impérial où il présente l'obéissance à l'empereur comme un devoir religieux.

De nombreuses guerres vont avoir lieu sous son règne, les guerres napoléoniennes. Napoléon est pour les autres souverains européens le continuateur de la Révolution française dont ils détestent et craignent l'influence des idées sur leurs peuples. Les souverains continuent donc la guerre pour tenter de se débarrasser du danger français. Après avoir vaincu la Russie et l'Autriche à la bataille d'Austerlitz en décembre 1805, Napoléon réduit l'Autriche à un empire continental. Napoléon remodèle en la simplifiant la carte des états allemands. Il confie la direction de certains de ceux-ci à des membres de sa famille (son beau-frère Murat puis son frère Jérôme Bonaparte. Une partie des souverains allemands comme le roi de Saxe ou le roi de Bavière sont ses vassaux. La Prusse qui tente de résister à la domination française, est sévèrement battue en 1806 à Iéna et à Auerstaedt. La Russie est vaincue, mais difficilement aux Eylau et Friedland en 1807 et doit signer la paix à Tilsit en juillet 1807. La Hollande devient un royaume confié à Louis Bonaparte avant d'être transformée en départements français (comme l'Allemagne du nord également). L'Empire français n'a jamais été si grand : la France compte alors 113 départements et s'étend du Portugal à la Pologne (recréée sous le nom de Grand-duché de Varsovie).

Cependant deux pays résistent. Le Royaume-Uni qui a repris les hostilités contre la France dès 1803, ne peut être envahi après le désastre naval de Trafalgar en 1805, ce qui prive Napoléon d'une flotte de guerre. En 1806, Napoléon tente d'asphyxier le commerce britannique en décrétant le blocus continental. Mais l'interdiction de commercer avec les Britanniques nuit à de nombreux intérêts en Europe (y compris en France). Le mécontentement contre Napoléon s'amplifie. Mais le Royaume-Uni qui connait alors des difficultés considérables ne cède pas. Napoléon doit alors contrôler toutes les côtes maritimes de l'Europe, celles de la mer du Nord, celles de l'océan Atlantique et celles de la mer Méditerranée.

Après avoir remplacé les rois d'Espagne Charles IV et son fils Ferdinand VII, par son propre frère Joseph Bonaparte, Napoléon se heurte à la résistance acharnée des Espagnols. Ceux-ci vont immobiliser en Espagne une partie importante de l'armée française qui doit faire une guerre très difficile. En 1809, profitant des difficultés de Napoléon en Espagne, l'Autriche lui déclare la guerre. Elle est, difficilement, battue à Wagram et est encore amputée de territoires.

En 1809, Napoléon divorce de l'impératrice Joséphine avec laquelle il n'a pas d'enfant. Le 2 avril 1810, il épouse l'archiduchesse autrichienne Marie-Louise de Habsbourg fille de l'empereur d'Autriche. En mars 1811, leur nait un fils immédiatement titré comme roi de Rome.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Premier Empire.

Pour en savoir plus sur les guerre du Premier Empire : catégorie:guerre napoléonienne

Le déclin[modifier]

Mais les Espagnols qui reçoivent une aide militaire des Britanniques résistent toujours. L'application du blocus continental destiné à asphyxier l'économie du Royaume-Uni provoque le mécontentement des Russes qui ont alors du mal à écouler leur blé. Napoléon doit envahir la Russie. Ce sera la désastreuse campagne de Russie de 1812, qui va être sa première défaite et coûter la vie à plus de 400 000 soldats. Le mécontentement est vif en France (où la guerre coûte cher et demande de plus en plus de jeunes gens).

Profitant des difficultés de Napoléon les princes allemands se rebellent (en particulier le roi de Prusse et le roi de Suède, l'ancien maréchal Bernadotte). Napoléon doit affronter, en octobre 1813, une armée européenne à la bataille de Leipzig qu'il perd. L'Espagne rejette les troupes françaises, et les anglo-espagnols envahissent le sud ouest de la France. Autrichiens, Russes, Allemands envahissent la France de l'Est et malgré une remarquable série de victoires Napoléon ne parvient pas à les vaincre définitivement. Abandonné par une partie de ses généraux il abdique le 4 avril 1814. Il est exilé à l'île d'Elbe (au large de la Toscane) dont il devient le souverain.

La monarchie est rétablie et Louis XVIII, frère de Louis XVI, monte sur le trône. Persuadé que les français rejettent la monarchie des Bourbons, le 1er mars 1815, Napoléon s'évade de l'île d'Elbe et revient en France. Soutenu par son armée, il reprend le pouvoir pendant ce qu'on appelle les Cent-jours. Les princes européens lui déclarent la guerre et Napoléon est définitivement battu à la Waterloo, le 18 juin 1815. Il abdique à nouveau.

L'exil sur l’île d’Elbe et Sainte-Hélène[modifier]

Le 2 avril 1814, le sénat français destitue l’empereur Napoléon. Bonaparte est envoyé en exil sur l’île d’Elbe en Méditerranée.

En mars 1815, Bonaparte la quitte, revient sur le continent et établit de nouveau le pouvoir des Cent Jours. Lors du congrès de Vienne, l’Autriche, la Russie, l’Angleterre et la Prusse décident l’intervention militaire. Après un début couronné de succès, Bonaparte est vaincu par l’armée alliée pendant la bataille de Waterloo en Belgique le 18 juin 1815. Bonaparte est banni sur l’île britannique de Sainte-Hélène dans le sud de l’océan atlantique. Napoléon Bonaparte y meurt le 5 mai 1821, sans doute d'un cancer de l'estomac. Certaines personnes parlent d'un empoisonnement à l'arsenic. D'autres pensent qu'il est mort d'une crise cardiaque. Ces trois solutions sont possibles. Il avait 51 ans.

Vingt ans après sa mort, son corps est exhumé le 15 octobre 1840 et ramené en France. Il est alors placé solennellement dans un sarcophage quintuple au Dôme des Invalides.

De nombreuses réalisations[modifier]

De nombreuses réalisations politiques, économiques et sociales majeures sont mises en place sous le règne de Napoléon Ier. Parmi celles-ci, on peut citer : la Banque de France, le baccalauréat, les départements, les lycées, le Code civil

Héritage artistique de cette période[modifier]

Sous Napoléon Ier, un peintre devint l'artiste officiel de l'empereur:Jacques-Louis David. Il réalisa pour lui le monumental Sacre de Napoléon (conservé au Louvre), qui célèbre toute la grandeur de l'empereur (petite anecdote, la mère de Napoléon n'était pas présente réellement au sacre, ce serait Napoléon qui aurait demandé au peintre de la rajouter !).

Peintre également de cette période, Goya a peint un tableau très connu qui dénonce la cruauté de Napoléon: Tres de Mayo (le trois mars). Cela commence quand les troupes de Joseph Bonaparte (son frère) rentrent dans Madrid, les rues sont vides quand tout à coup des espagnols se jettent sur eux et les taillent en pièces. En représailles, des groupes entiers de madrilènes sont exécutés.

Voir aussi[modifier]

Pour compléter sur Napoléon Ier[modifier]


précédé par Napoléon Ier (de France) suivi par
Directoire Premier Consul de la République Française Lui-même

(Empereur des Français)

Lui-même

(1er consul)

Empereur des Français Napoléon II de France
Louis XVIII de France

(Roi de France et de Navarre)

Empereur des Français

(pour la deuxième fois)

Napoléon II de France
République cisalpine Président de la République Italienne Lui-même

(Roi d'Italie)

Lui-même

(Président de la République)

Roi d'Italie Victor-Emmanuel II

(Indirectement)

François II du Saint-Empire

(Saint Empereur Germanique)

Protecteur de la Confédération du Rhin François Ier d'Autiche (François II)

(Président de la Confédération Germanique)

République Helvétique Médiateur de la Confédération Helvétique Confédération des XXII cantons
Icone chateau.png Portail de l'histoire - De la préhistoire et l'Antiquité jusqu'à l'époque contemporaine
Le portail de la Monarchie française - De Clovis à Napoléon III. Les rois, les reines, les institutions royales.