Garçon devant un ordinateur.jpg
LeSavant.svg

la cabane  •  le Savant  •  le Livre d'or

Participez ! Cet article, comme tous les articles de Vikidia, est peut-être incomplet et tu peux l'améliorer. Tu as des connaissances sûres sur le sujet (texte ou illustration) ? Alors n'hésite pas à les ajouter. Ta contribution est la bienvenue ! C'est à toi de jouer ! Clin d'œil

Jules César

« Jules César » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Caius Julius Cæsar

Jules César (Caius Julius Caesar IV) est un général, homme politique et écrivain romain, né à Rome le 12 juillet en 101 av. J.-C. et mort à Rome le 15 mars en -44 av. J.-C.. Il est donc mort à 56 ans.

Après une carrière politique classique, il forme avec Pompée et Crassus le premier triumvirat. Conquérant de la Gaule, il s'oppose à Pompée et au Sénat. Devenu seul maître de Rome, il y entreprend des réformes importantes, en grande partie favorables aux classes populaires. Il est assassiné en 44 av. J.-C. par des conspirateurs dont son fils adoptif, Brutus, alors qu'il s'apprête à rétablir la monarchie. Son petit-neveu et héritier, Octave sera le premier empereur romain.

Un politicien romain

La famille de César, les Iulii, prétendait descendre d'Iule, fils d'Énée, lui-même fils de Vénus. Iule était un des ancêtres de Rémus et Romulus, les fondateurs légendaires de Rome. Par son père César est donc d'origine patricienne. Mais par sa mère, qui est de la famille du général Marius, et par sa femme Cornélia, fille de Cinna, il peut se ranger dans le camp des plébéiens. La jeunesse de Jules César s'inscrit dans un contexte de violentes luttes politiques. Proscrit dans sa jeunesse par le dictateur Sylla, l'adversaire de Marius, il ne doit la vie qu'à de puissantes protections, et s'exile à la cour de Nicomède IV, roi de Bithynie.

En 78 av. J.-C., il revient à Rome après la mort de Sylla. Il se fait connaître en dénonçant publiquement les partisans de Sylla et gagne la faveur du peuple en rétablissant le pouvoir des tribuns de la plèbe et en relevant les statues de Marius. En 73 av. J.-C.il est nommé pontife (c'est-à-dire prêtre officiel de Rome). En 68 av. J.-C. il est élu questeur (fonction qu'il exerce en Espagne), puis en 65 av. J.-C. il devient édile. En 63 av. J.-C., il est nommé grand pontife (chef de la religion nationale romaine). En 62 av. J.-C., il est élu préteur et en 61 av. J.-C., il se fait envoyer comme propréteur en Bétique (Espagne), il y fait quelques conquêtes ; à son retour, il s'associe avec Pompée et Crassus, et forme avec eux le premier triumvirat secret. Grâce au financement de sa campagne électorale par Crassus, il est élu consul en 59 av. J.-C..Il a été nommé dictateur a vie.

Conquête de la Gaule

À l'issue de son consulat, en 58 av. J.-C., il se fait nommer proconsul (gouverneur) de la partie de la Gaule qui dépend déjà de Rome : la Gaule cisalpine et de la Narbonnaise. Il a ce poste pendant 10 ans. Il emploie ce temps à faire la conquête de la Gaule et débarque même en Bretagne (Angleterre actuelle). Ces guerres continuelles lui permettent de gagner la fidélité de ses soldats, d'acquérir une grande popularité à Rome grâce à une habile propagande et d'amasser un trésor de guerre destiné à financer ses ambitions politiques.

Article à lire Article à lire : Guerre des Gaules

La guerre civile

Utilisant son prestige acquis lors de la guerre des Gaules, César profite de la disparition de Crassus, tué par les Parthes en 53 av. J.-C.. Pompée, jaloux de ses succès, s'oppose à ce qu'il soit de nouveau prolongé dans son gouvernement en Gaule et fait prendre un décret du Sénat qui force César à se démettre de son commandement. En 50 av. J.-C., César, refusant l'ordre du sénat, à la tête de son armée victorieuse, passe les Alpes et marche sur Rome. Il décida en 49 av. J.-C. de franchir le Rubicon, rivière marquant la frontière entre l'Italie et les provinces que les consuls en fonction avaient interdiction de franchir accompagnés de leurs légions, pour s'approcher de Rome. On lui attribue à cette occasion la citation « Alea jacta est » « Le sort en est jeté. », signifiant qu'il prenait ainsi un risque politique qui relevait du hasard, et qui pourtant lui réussit.

La guerre civile commence entre les partisans de César et les partisans de Pompée et du Sénat, qui abandonnent Rome puis sont chassés d'Italie. César poursuit et bat en Espagne les lieutenants de Pompée. Puis César remporte sur Pompée une victoire décisive à Pharsale (en Thessalie) en 48 av. J.-C.. Pompée doit fuir en Égypte où il est assassiné sur ordre du pharaon le jeune Ptolémée XIII. César, arrivé en Égypte venge Pompée. Il détrône Ptolémée XIII et donne la couronne d'Égypte à Cléopâtre.

D'Égypte, César passe en Asie en 47 av. J.-C., bat et détrône en trois jours le roi de Pont, Pharnace, fils de Mithridate, qui s'était révolté (c'est à cette occasion qu'il écrivit au Sénat ces mots célèbres : Veni vidi vici) ; puis il se rend en Afrique, où il détruit à la bataille de Thapsus l'armée républicaine que commandaient Metellus Scipion et Caton d'Utique en 46 av. J.-C.. De là César se rend en Espagne où il bat le jeune Pompée à la bataille de Munda et ce qui achève d'anéantir le parti pompéien.

César dictateur de Rome

Pendant la guerre civile, bien qu'éloigné de Rome, César correspond avec ses partisans et fait entreprendre des réformes. Revenu à Rome, César y reçoit plusieurs triomphes et se fait décerner la dictature pour dix ans en 45 av. J.-C.. Maître enfin du pouvoir absolu, il pardonne à ses ennemis. Pour donner du travail aux Romains il embellit Rome, fait creuser un port à l'embouchure du Tibre, il accorde des terres à ses soldats vétérans et aux pauvres de Rome. César relève de leur ruine Corinthe et Carthage, réforme les lois, fait adopter un nouveau calendrier.

Assassinat

Cependant, les civils l'accusent de vouloir se faire roi ; ils forment une conspiration contre lui, et ils l'assassinent au milieu du Sénat aux Ides de mars (15 mars de l'an 44 av. J.-C.). Il tombe percé de 23 coups de poignard. Parmi les principaux conjurés était Marcus Junius Brutus, qu'il avait comblé de bienfaits, c'est lui qui donna le coup ultime.

Le complot n'atteignit cependant pas ses objectifs. Brutus fut assassiné en 42. Après la mort de Jules César, il y eut encore quinze ans de guerre civile. Octavien, petit-neveu et fils adoptif de Jules César finit par devenir, en 31 av. J.-C. le premier empereur.

Jules César fut divinisé après sa mort. Déjà de son vivant son nom avait été donné à un mois du calendrier grégorien, « juillet » (comme les dieux seuls en avaient eu le droit avant lui). Les empereurs romains portèrent le titre de « César ». Ce titre fut aussi à l'origine du titre des anciens empereurs allemands (Kaiser) et des anciens souverains de la Bulgarie (de 893 à 1422 et de 1908 à 1946), de la Serbie (de 1346 à 1371) et de la Russie (de 1472 à 1917) (tsar).

César avait été marié quatre fois : de Cornelie, sa deuxième femme, il avait eu une fille Julie, qu'il maria à Pompée. Elle mourut en accouchant, ce qui facilita la rupture de l'alliance entre César et Pompée. Il eut aussi avec Cléopâtre VII un fils illégitime, Ptolémée XV, dit « Césarion ». Cette absence de descendant mâle légitime lui fit adopter son petit-neveu Octave.

Publications de César

César n'était pas seulement grand général et grand homme d'État ; c'était aussi un excellent orateur et un écrivain élégant. Des divers écrits qu'il avait composés, il ne nous reste que ses Commentaires (Commentarii rerum gestarum) :

qui sont le modèle du genre des mémoires historiques. César s'y montre un habile défenseur de son action, et y choisit les éléments qu'il pense être utiles à sa gloire. Il écrivit aussi d'autres livres qui ne nous sont pas parvenus.

Citations

Plusieurs phrases attribuées à Jules César sont passées à la postérité :

  • « Les hommes croient en ce qu’ils désirent. »
  • « Le danger que l'on pressent, mais que l'on ne voit pas, est celui qui trouble le plus ».
  • « Je poursuivrais ma chance jusqu’au fond de l’eau. »
  • « J'aimerais mieux être le premier dans un modeste village que le second à Rome ».
  • « La femme de César ne doit pas être soupçonnée. »
  • « Alea jacta est » (Les dés sont jetés.)
  • « Veni, vidi, vici. » (Je suis venu, j'ai vu, j'ai vaincu.)
  • « Tu quoque mi fili. » (Toi aussi mon fils.) Il faut savoir que César s'exprimait volontiers en grec ancien : il a donc en réalité dit : « Καὶ σὺ τέκνον/ Kai su téknon ».)
Icone chateau.png Portail de l'histoire - De la préhistoire et l'Antiquité jusqu'à l'époque contemporaine
Portail Rome antique - Histoire romaine, langues et civilisations italiques.
Portail de l'Antiquité - Tous les articles sur l'Antiquité.