Jules Barbey d'Aurevilly

« Jules Barbey d'Aurevilly » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Jules Barbey d'Aurevilly

Jules Barbey d’Aurevilly (né le 2 novembre 1808 à Saint-Sauveur-le-Vicomte, mort à Paris en 1889) est un écrivain français du XIXe siècle dont l'œuvre a pour principaux thèmes le morbide, l’anxiété, l’angoisse. Sa vie est notamment marquée par le fait qu'il s'est souvent éloigné de la religion avant d'y revenir.

Jeunesse[modifier]

Jules Barbey d’Aurevilly naît un 2 novembre, jour des morts. Issu d’une famille anoblie au XVIIe siècle il est élevé dans une certaine austérité. A 19 ans il part étudier à Paris au collège Stanislas où il rencontre le poète Maurice de Guérin. Après l’obtention du baccalauréat il poursuit des études supérieures de droit à Caen. En 1833, il retourne à Paris où il fréquente des salons mondains et littéraires. C’est à partir de là qu’il devient un dandy à la manière de Brummel.

Œuvre[modifier]

  • En 1832 il écrit des articles dans La revue de Caen, journal créé par son cousin Trébutier, bibliothécaire.
  • En 1833 sa première nouvelle, Le cachet d’Onyx, est publiée.
  • Il publie en 1844 une étude sur Brummel.
  • Il participe à des revues et journaux : Le nouvelliste du Globe, La revue du monde catholique.
  • Il publie L’ensorcelée, et le premier volume des Œuvres des hommes en 1852.
  • Il publie en 1864 Le Chevalier Des Touches suivi du Prêtre marié.
  • En 1874 sont édités Les Diaboliques.
  • En 1882 sont publiés une Histoire sans nom ainsi que la version définitive de Germaine dont l’écriture avait commencé en 1835.

Influence[modifier]

En vertu de son métier de critique littéraire, les oeuvres de Barbey d'Aurevilly n'ont pas fait l'unanimité chez ses contemporains. Ainsi Victor Hugo, Gustave Flaubert ou Emile Zola lui sont antipathiques. Il n'est pas reconnu comme écrivain de talent. Il trouve de la reconnaissance après sa mort surtout auprès des écrivains et poètes du mouvement symboliste : Anatole France, Mallarmé, Maurice Barrès ou André Gide.

Sources[modifier]

Lien externe[modifier]

Portail de la littérature- Les écrivains, les poètes, les romans, les bandes dessinées