la cabane  •  le Livre d'or  •  la boîte à idées

Cerisier du Japon Prunus serrulata.jpg Astuce du mois, interview... Venez lire le numéro 4 de la Gazette de Vikidia ! Moi, je suis une star, une vraie de vraie ...

Jacques Prévert

« Jacques Prévert » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : Navigation, rechercher
Jacques Prévert, en 1961, dans le film Mon frère Jacques, par Pierre Prévert.

Jacques Prévert est un poète français, né le 4 février 1900, mort le 11 avril 1977.

De nombreux poèmes de lui sont connus des jeunes (certains textes ont même été transformés plus tard par des dessinateurs en albums pour enfants) et sa renommée a fait attribuer son nom à de nombreux établissements scolaires. Il ne faudrait pourtant pas en déduire qu'il fut seulement un écrivain pour enfants.

Biographie[modifier]

Jacques Prévert est né le 4 février 1900 à Neuilly-sur-Seine. Il réside tantôt à Paris, tantôt en Provence, notamment à Saint-Paul de Vence. En 1971, il se retire dans sa maison d'Omonville-la-Petite, à la pointe du Cotentin, et il y meurt le 11 avril 1977 à l'âge de 77 ans.

Artiste engagé[modifier]

Tout jeune, il se passionne déjà pour la lecture et le spectacle. Dès l'âge de 20 ans, il se lie d'amitié avec des artistes, comme Yves Tanguy et Alexandre Duforestel, des amoureux de littérature, comme Marcel Duhamel et Raymond Queneau qui deviendront célèbres. A 25 ans, il rejoint avec eux le mouvement surréaliste qui a décidé de remettre en question toutes les habitudes littéraires et artistiques de l'époque. A 30 ans, il finira, avec d'autres adeptes, par contester l'esprit trop autoritaire de leur chef de file, André Breton, et se détachera du groupe.

Il n'abandonne pourtant pas la création contestataire et travaille activement, de 1932 à 1936, avec le groupe Octobre qui veut rapprocher le théâtre du monde ouvrier. Il écrit des spectacles très satiriques et amusants. Défenseur des plus faibles, il refuse néanmoins de se laisser accaparer par un mouvement politique, comme le Parti Communiste.

Scénariste et dialoguiste de films[modifier]

Son imagination a rapidement attiré l'attention des créateurs de films, d'autant plus que son frère Pierre Prévert est lui-même jeune réalisateur de cinéma.

Il participe à une quarantaine de films dont les plus connus sont : Quai des brumes (1935), Drôle de drame (1937), Le jour se lève (1939), Les Visiteurs du soir (1941), Les Enfants du paradis (1944), Les Portes de la nuit (1946). La Bergère et le Ramoneur, en 1953, qui sera repris par Paul Grimault pour créer, en 1979, à un dessin animé intitulé Le Roi et l'Oiseau.

Ce n'est pas toujours lui qui a inventé l'histoire de départ. Souvent on lui a demandé de la transformer ; de l'adapter pour le cinéma, de créer des personnages originaux et d'écrire leurs dialogues dont certaines phrases resteront dans la mémoire de tous les spectateurs. Les critiques de cinéma, parfois déconcertés par l'originalité de ces films, les qualifieront de « réalisme poétique ».

Poète, devenu auteur de chansons[modifier]

Sauf pour certains de ses films, Jacques Prévert n'écrit pas spécialement des chansons, mais l'extrême poésie de certains de ses textes incite des musiciens, notamment son ami Joseph Kosma, à les mettre en musique. De nombreux chanteurs, comme Juliette Gréco, les Frères Jacques, Yves Montand, interprètent ses chansons et personne n'oubliera : Les feuilles mortes ou Rappelle-toi, Barbara.

Certaines de ces chansons passionnent particulièrement les enfants qui aiment chanter l'histoire du bonhomme de neige qui, pour se réchauffer ; s'assoit sur le poêle rouge ou celle des escargots qui arrivent trop tard à l'enterrement d'une feuille morte.

Succès imprévu de ses livres de poèmes[modifier]

Jusqu'en 1946, à part certains textes publiés dans des revues, les poèmes de Jacques Prévert, tapés à la machine, circulent de main en main. L'auteur n'est pas prétentieux au point de vouloir écrire un livre. Un éditeur le persuade enfin de réunir une partie de ses poèmes dans un recueil qu'il appelle Paroles, en réaction à la phrase prétendant que les paroles s'envolent, alors que les écrits restent. Ses paroles à lui s'envoleront très loin, mais ne disparaîtront pas. Le livre obtient un succès incroyable et, à plusieurs reprises, Prévert réunira des textes dans d'autres livres au titre toujours apparemment banal : Histoires, Spectacle, La pluie et le beau temps, Lumière d'homme, Soleil de nuit, Imaginaires, Choses et autres.

Création de collages[modifier]

Jacques Prévert n'a jamais été peintre, mais il se passionne pour ce qu'il appelle des images en découpant et collant des morceaux de photos, de gravures ou de reproduction de tableaux, pour en faire quelque chose de totalement nouveau, souvent étrange, toujours poétique. Par exemple, il crée des petites filles à tête de chat, un gamin jouant à saute-mouton par dessus un squelette, symbole de la mort. Certains de ces collages seront reproduits dans son recueil de poèmes Fatras. Son ami Picasso disait de lui que, sans avoir fait de peinture, il était un peintre.

Raisons de sa popularité[modifier]

Lui qui avait tellement hésité à publier des livres, aurait été très surpris d'apprendre qu'après sa mort, on réunirait ses textes dans la collection La Pléiade, réservée aux écrivains les plus connus au monde. Ses amis, devenus célèbres, voulaient rendre hommage à ce créateur inoubliable et l'éditeur savait que les livres ne resteraient pas longtemps sur les rayons des librairies, car des lecteurs de tous âges auraient envie de les lire et de les relire.

Pourquoi cette popularité ? D'abord, parce que Prévert a voulu faire simple, tout en déconcertant le lecteur par des jeux de mots, des situations imprévues. Impossible de s'endormir en le lisant.

Sa générosité ne laisse personne indifférent. Il prend toujours la défense des faibles, des enfants et même des animaux. Par exemple, il condamne la corrida et la pêche à la baleine (à une époque où on ne se préoccupe pas de préserver cette espèce). Pourtant, il ne fait pas de discours ennuyeux, mais termine chaque fois par un imprévu. Ainsi la baleine qui vient de tuer le pêcheur avec le couteau destiné à la dépecer, s'en va en disant à la veuve :

Madame, si quelqu'un vient me demander,
Soyez aimable et répondez :
La baleine est sortie,
Asseyez-vous
Attendez là
Dans une quinzaine d'années, sans doute elle reviendra

Mais le lecteur, quel que soit son âge, n'attendra pas longtemps avant de lire d'autres poèmes de Prévert.

Sources[modifier]

Icone Livres.png Portail de la littérature- Les écrivains, les poètes, les romans, les bandes dessinées