Garçon devant un ordinateur.jpg
LeSavant.svg

la cabane  •  le Savant  •  le Livre d'or

Participez ! Cet article, comme tous les articles de Vikidia, est peut-être incomplet et tu peux l'améliorer. Tu as des connaissances sûres sur le sujet (texte ou illustration) ? Alors n'hésite pas à les ajouter. Ta contribution est la bienvenue ! C'est à toi de jouer ! Clin d'œil

Jacques Chaban-Delmas

« Jacques Chaban-Delmas » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Jacques Chaban-Delmas en 1986

Jacques Chaban-Delmas, né le 7 mars 1915 à Paris et mort le 10 novembre 2000, a été, durant l'Occupation, un grand Résistant français. Après la Seconde Guerre mondiale, il se lança dans une carrière politique et fut Premier ministre, de 1969 à 1972, sous la présidence de Georges Pompidou. En 1974, il fut candidat pour les élections présidentielles françaises, mais il fut battu par Valéry Giscard d'Estaing.

Son vrai nom est Jacques Delmas. Résistant, il prit le pseudo Chaban. A la fin de la guerre, il modifia son nom.

Le résistant[modifier]

En septembre 1939, la France et la Grande-Bretagne déclarent la guerre à l'Allemagne nazie. Jacques Delmas, comme des miliers de Français, fut immédiatement mobilisé. Cependant, devant l'avancée des troupes allemandes en mai-juin 1940, le gouvernement de la Troisième République démissionna. Le maréchal Pétain appela à l'arrêt des combats le 17 juin ; et il signa le Second armistice de Rethondes le 22. Pétain organisa le régime de Vichy (un régime de collaboration avec l'occupant).

De nombreux militaires démobilisés réagirent. Beaucoup tentèrent de gagner Londres : ils espéraient continuer les combats aux côtés des Britanniques. Jacques Delmas n'y parvint pas. En décembre 1940, il se retrouva à Paris (en zone occupée). Il intégra un réseau de renseignement : le réseau Hector. Le régime de Vichy mettait les usines à la disposition du Troisième Reich. Le réseau Hector devait récupérer des informations sur l'industrie française, et les transmettre à Londres. En juin 1941, Jacques Delmas intégra le gouvernement de Vichy : comme haut-fonctionnaire, il obtint un poste dans le Ministère de la Production Industrielle. Il était alors bien placé pour obtenir ce genre d'informations.

Vers 1942, Jacques Delmas intégra un important mouvement de résistance : l'Organisation civile et militaire (OCM). Les militaires français partis pour Londres s'étaient regroupés autour du général de Gaulle ; ils avaient formé la France libre. La France libre et les Alliés prévoyaient le débarquement de troupes sur le continent. En mai 1944, Jacques Delmas fut chargé de préparer l'action de certains mouvements de résistance après le Débarquement, et pendant la Libération. En juillet, il partit pour Londres, afin d'en informer de Gaulle ; puis revint en août pour participer à la Libération de Paris.

L'homme politique[modifier]

Après la Seconde Guerre mondiale, Jacques Chaban-Delmas se lança dans une carrière politique. Ce fut le cas de beaucoup d'anciens Résistants qui étaient en contact direct avec Londres.

Débuts[modifier]

Premier ministre[modifier]

Il fut le Premier ministre de Georges Pompidou de 1969 à 1972.

« On ne tire pas sur une ambulance »[modifier]

En 1974, le président de la République Georges Pompidou décéda. Il y eut donc des élections présidentielles avancées en France. Jacques Chaban Delmas se présenta comme candidat. Il annonça sa candidature juste après les funérailles de Pompidou. Ce fut mal vu par l'opinion publique. En 1970, la première femme de Jacques Chaban-Delmas décéda dans un accident de voiture. Des journalistes lancèrent des rumeurs sur les causes de l'accident.

Jacques Chirac soutenait dans un premier temps Chaban-Delmas. Mais, au cours de la campagne électorale, il le trahit, et soutint Valéry Giscard d'Estaing (le candidat de centre-droite).

Les sondages annoncèrent la défaite de Chaban-Delmas. François Mitterrand était aussi candidat à ces élections présidentielles. Françoise Giroud, proche de Mitterrand, dit alors : « On ne tire pas sur une ambulance ». Cela voulait dire : Chaban-Delmas avait perdu d'avance, et ce n'était pas la peine d'en rajouter. Toutefois, Jacques Chaban-Delmas obtint au premier tour 13%.

Icone chateau.png Portail de l'histoire - De la préhistoire et l'Antiquité jusqu'à l'époque contemporaine