Inégalités au travail entre hommes et femmes

« Inégalités au travail entre hommes et femmes » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

Des inégalités de revenus ou de traitement entre les hommes et les femmes sont constatées dans le monde entier, pour des raisons diverses et complexes (économiques, sociologiques, parfois sexistes) qui font l'objet de débats.

Inégalité des salaires entre hommes et femmes dans le monde[modifier]

Selon un rapport des Nations Unies1, les femmes travaillant dans le secteur industriel ont, presque partout dans le monde et à responsabilité égale, un salaire inférieur à celui des hommes.

En 2004, le salaire moyen des femmes était, au Royaume-Uni, de 79 % de celui des ouvriers, en France de 78 %, en Allemagne de 74 %. Au Japon, il n'était que de 60 %.

Les inégalités les moins marquées ont été relevées en Scandinavie, où le salaire des ouvrières était de 87 % de celui des hommes au Danemark, et de 91 % en Suède.

Beaucoup de régions moins prospères connaissent des inégalités plus marquées : au Botswana et au Paraguay, le salaire des femmes n'est en moyenne que de 53 % de celui des hommes.

Mais il existe des pays où l'inégalité est inversée : en Suisse, les femmes touchent plus que leurs homologues masculins (133 %), ainsi qu'au Qatar (194 %), la différence étant sans doute due, dans ce riche pays pétrolier, à ce que les travailleuses locales sont mieux traitées que leurs homologues masculins, le plus souvent immigrés Indiens ou Pakistanais.

Inégalités en France[modifier]

En France (hors fonction publique, où une loi de 1975 interdit toute discrimination), hommes et femmes, souvent, ne sont pas égaux face au travail, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas traités de la même façon : pour un même travail, le salaire d’une femme est souvent inférieur à celui d’un homme ; les femmes travaillent plus souvent que les hommes à temps partiel et en CDD (contrat à durée déterminée) ; les femmes interrompent plus souvent leur carrière professionnelle que les hommes.

Inégalités des salaires[modifier]

Dans les années 1970 et 1980, l'écart des salaires entre hommes et femmes s'est réduit, mais depuis 1990 la réduction de cet écart a cessé 2.

En 2006, la rémunérationPrécision des femmes qui n'avaient jamais interrompu leur carrière était en moyenne inférieure de 17 % à celle des hommes 3.

On peut plus précisément constater qu'en 2008, en moyenne2 :

  • parmi les cadres, le salaire annuel d'une femme était annuellement de 39 944 euros, alors que pour le même travail un homme percevait 50 290 euros ;
  • parmi les professions intermédiaires, le salaire annuel d'une femme était de 23 566 euros, alors que celui d'un homme pour le même travail était de 26 502 euros ;
  • parmi les employés, le salaire annuel d'une femme était de 17 358 euros, alors que celui d'un homme était de 18 193 euros.
  • parmi les ouvriers, le salaire d'une femme était de 15 499 euros, alors que celui d'un homme était de 18 765 euros.

Par ailleurs, les postes à temps partiel, qui représentent 80 % des emplois à bas salaire, sont la plupart du temps occupés par des femmes.

Contrats à durée déterminée (CDD) et travail à temps partiel[modifier]

L'évolution du marché du travail a créé une nouvelle forme d'inégalité entre les hommes et les femmes : les femmes qui aujourd'hui travaillent plus dans le secteur tertiaire n'ont pas été vraiment touchées par les suppressions d'emplois car la crise n'a pas totalement touché ce secteur mais la durée du travail des femmes a diminué et a donné place aux contrats de courte durée2.

En France, en 2005 4 :

  • 60 % des contrats à durée déterminée (CDD) étaient occupés par des femmes dont 46 % travaillaient à temps partiel tandis que 40 % des CDD étaient occupés par des hommes et que 16 % seulement de ceux-ci travaillaient à temps partiel.
  • 41 % des contrats à durée indéterminée (CDI) étaient occupés par des femmes dont 31 % travaillaient à temps partiel tandis que 59 % des contrats à durée indéterminée étaient occupés par des hommes dont seulement 6 % travaillaient à temps partiel.

Interruptions de carrière[modifier]

En France, en 2006 3, 61% des salariés avaient déjà eu une interruption de carrière depuis leur premier emploi. Parmi ces salariés 49 % avaient connu le chômage et beaucoup étaient des femmes qui avaient interrompu leur carrière professionnelle pour élever leurs enfants.

Les interruptions de carrière des femmes sont en effet principalement dues aux enfants. Le taux d’activité des femmes de 25 à 49 ans varie d’ailleurs selon le nombre de ceux-ci 2 : sans enfant : 90 % ; avec 1 enfant : 83 % ; avec 2 enfants : 64 % ; avec 3 enfants : 43 %.

Notes et références[modifier]

  1. Statistiques et indicateurs sur les hommes et les femmes (Women's wages relative to men's), United Nations Statistics Division, 22 avril 2005
  2. 2,0, 2,1, 2,2 et 2,3 Anne Chemin, Être une femme : un handicap pour les salaires, Le Monde, 19 août 2010 , n° 20394, p. 7.
  3. 3,0 et 3,1 Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (DARES). Interruptions de carrière professionnelle et salaires des hommes et des femmes en 2006. 26 février 2010. in Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé. Disponible sur : http://www.travail-emploi-sante.gouv.fr/etudes-recherche-statistiques-de,76/etudes-et-recherche,77/publications-dares,98/dares-analyses-dares-indicateurs,102/2010-011-interruptions-de-carriere,12790.html
  4. Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (DARES). Hommes et femmes recrutés en 2005 : les préférences des employeurs. in Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé. Disponible sur : http://www.travail-emploi-sante.gouv.fr/IMG/pdf/2009.07-31.3.pdf

Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Inégalités de revenus entre hommes et femmes de Wikipédia.
Portail de la société - Accédez aux articles de Vikidia concernant la société.
Portail de l'économie - Tous les articles sur l'économie.