Inégalités entre les hommes et les femmes

« Inégalités entre les hommes et les femmes » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

Dans le monde entier, des inégalités entre les hommes et les femmes sont constatées, notamment dans les domaines juridiques et sociaux.

Inégalité dans l'éducation des filles et des garçons[modifier]

Dans beaucoup de civilisations, on préfère avoir un garçon qu'une fille : l'homme a, pense-t-on, plus de force que la femme, il peut donc travailler la terre, aider et défendre sa famille.

Inégalités à l'école[modifier]

Filles et garçons à l'école[modifier]

Les garçons ont souvent de moins bons résultats à l'école, vers la puberté : sur les 150 000 jeunes sortant sans aucune qualification du système éducatif, 100 000 sont des garçons.

Les filles et l'école dans le monde[modifier]

Dans les pays en vie de développement, les filles de familles pauvres ne vont pas à l'école, parce qu'on a besoin d'elles à la maison, pour les tâches ménagères et la garde des plus jeunes.

Les femmes représentent près des deux tiers des adultes analphabètes dans le monde, mais la scolarisation des filles a tendance à s'améliorer. En 2008, 35.5 millions des filles dans le monde n'allaient pas à l'école selon l'UNICEF.

La scolarisation a des conséquences directes sur l'amélioration des conditions de vie et l'espérance de vie ; la croissance économique est largement renforcée par l'éducation des filles.

L'UNICEF (United Nations International Children Emergency) se préoccupe de ce problème.

Inégalités au travail[modifier]

Des inégalités de revenus ou de traitement entre les hommes et les femmes sont constatées dans le monde entier, pour des raisons diverses et complexes (économiques, sociologiques, parfois sexistes) qui font l'objet de débats.

Inégalité des salaires entre hommes et femmes dans le monde[modifier]

Selon un rapport des Nations Unies1, les femmes travaillant dans le secteur industriel ont, presque partout dans le monde et à responsabilité égale, un salaire inférieur à celui des hommes.

En 2004, le salaire moyen des femmes était, au Royaume-Uni, de 79 % de celui des ouvriers, en France de 78 %, en Allemagne de 74 %. Au Japon, il n'était que de 60 %.

Les inégalités les moins marquées ont été relevées en Scandinavie, où le salaire des ouvrières était de 87 % de celui des hommes au Danemark, et de 91 % en Suède.

Beaucoup de régions moins prospères connaissent des inégalités plus marquées : au Botswana et au Paraguay, le salaire des femmes n'est en moyenne que de 53 % de celui des hommes.

Mais il existe des pays où l'inégalité est inversée : en Suisse, les femmes touchent plus que leurs homologues masculins (133 %), ainsi qu'au Qatar (194 %), la différence étant sans doute due, dans ce riche pays pétrolier, à ce que les travailleuses locales sont mieux traitées que leurs homologues masculins, le plus souvent immigrés Indiens ou Pakistanais.

Inégalités en France[modifier]

En France (hors fonction publique, où une loi de 1975 interdit toute discrimination), hommes et femmes, souvent, ne sont pas égaux face au travail, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas traités de la même façon : pour un même travail, le salaire d’une femme est souvent inférieur à celui d’un homme ; les femmes travaillent plus souvent que les hommes à temps partiel et en CDD (contrat à durée déterminée) ; les femmes interrompent plus souvent leur carrière professionnelle que les hommes.

Inégalités des salaires[modifier]

Dans les années 1970 et 1980, l'écart des salaires entre hommes et femmes s'est réduit, mais depuis 1990 la réduction de cet écart a cessé 2.

En 2006, la rémunérationPrécision des femmes qui n'avaient jamais interrompu leur carrière était en moyenne inférieure de 17 % à celle des hommes 3.

On peut plus précisément constater qu'en 2008, en moyenne2 :

  • parmi les cadres, le salaire annuel d'une femme était annuellement de 39 944 euros, alors que pour le même travail un homme percevait 50 290 euros ;
  • parmi les professions intermédiaires, le salaire annuel d'une femme était de 23 566 euros, alors que celui d'un homme pour le même travail était de 26 502 euros ;
  • parmi les employés, le salaire annuel d'une femme était de 17 358 euros, alors que celui d'un homme était de 18 193 euros.
  • parmi les ouvriers, le salaire d'une femme était de 15 499 euros, alors que celui d'un homme était de 18 765 euros.

Par ailleurs, les postes à temps partiel, qui représentent 80 % des emplois à bas salaire, sont la plupart du temps occupés par des femmes.

Contrats à durée déterminée (CDD) et travail à temps partiel[modifier]

L'évolution du marché du travail a créé une nouvelle forme d'inégalité entre les hommes et les femmes : les femmes qui aujourd'hui travaillent plus dans le secteur tertiaire n'ont pas été vraiment touchées par les suppressions d'emplois car la crise n'a pas totalement touché ce secteur mais la durée du travail des femmes a diminué et a donné place aux contrats de courte durée2.

En France, en 2005 4 :

  • 60 % des contrats à durée déterminée (CDD) étaient occupés par des femmes dont 46 % travaillaient à temps partiel tandis que 40 % des CDD étaient occupés par des hommes et que 16 % seulement de ceux-ci travaillaient à temps partiel.
  • 41 % des contrats à durée indéterminée (CDI) étaient occupés par des femmes dont 31 % travaillaient à temps partiel tandis que 59 % des contrats à durée indéterminée étaient occupés par des hommes dont seulement 6 % travaillaient à temps partiel.

Interruptions de carrière[modifier]

En France, en 2006 3, 61% des salariés avaient déjà eu une interruption de carrière depuis leur premier emploi. Parmi ces salariés 49 % avaient connu le chômage et beaucoup étaient des femmes qui avaient interrompu leur carrière professionnelle pour élever leurs enfants.

Les interruptions de carrière des femmes sont en effet principalement dues aux enfants. Le taux d’activité des femmes de 25 à 49 ans varie d’ailleurs selon le nombre de ceux-ci 2 : sans enfant : 90 % ; avec 1 enfant : 83 % ; avec 2 enfants : 64 % ; avec 3 enfants : 43 %.

Violences faites aux filles et aux femmes[modifier]

Les femmes sont souvent victimes de violences physiques, parfois extrêmes, mais aussi de violence psychologiques et morales, incluant les insultes, les humiliations et les menaces.

Les femmes continuent à souffrir malgré les lois et les efforts des associations de soutien, comme le Collectif national des droits des femmes (CNDF). La Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes a lieu chaque année le 25 novembre.

Mariages forcés[modifier]

Le mariage forcé a pour but de marier une personne contre sa volonté. La femme ne choisit pas son mari, c'est sa famille qui le choisit pour elle. Tout est organisé par les famille. Ces mariages ont lieu un peu partout dans le monde, mais surtout en Afrique et en Asie, à cause des traditions et des intérêts économiques.

La lutte pour l'égalité[modifier]

La place des femmes dans l'histoire[modifier]

Les femmes ont été longtemps étrangement absentes des livres d'histoire. Aujourd'hui encore, des études montrent que les manuels privilégient systématiquement les personnages masculins. Pourtant, malgré leur statut inférieur, bien des femmes se sont distinguées au cours du temps.

La conquête des droits politiques en France et dans le monde[modifier]

La politique pour les femmes commence très tard. C'est en 1944 que les femmes obtiennent le droit de vote en France et seulement en 1974 que le premier secrétariat d’État à la condition féminine est créé. L’œuvre et l'action de Simone de Beauvoir et notamment son livre Le deuxième sexe, vont beaucoup compter pour la prise de conscience collective.

La politique en faveur des droits pour les femmes s'impose en France comme une politique de l'égalité entre les sexes et couvre plusieurs domaines : la sphère privée (à la maison), la lutte contre les violences faites aux femmes, l'égalité professionnelle,

La parité en politique[modifier]

Le 6 juin 2000, la première loi dite sur la « parité » est promulguée. Elle oblige les partis politiques à présenter un nombre égal d'hommes et de femmes aux élections. Les femmes de gouvernement sont très rares. En 2007, il y a seulement 11 femmes chefs d’État, c'est à peu près 5 pays sur 100. Dans le monde, il y a environs 17 % de femmes élues parlementaires (ceux qui votent les lois, comme en France, les députés et les sénateurs). Cela dépend des pays et des cultures.

En 2008, l'article 1 de la constitution est modifié : "la loi favorise l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et aux fonctions électives".

Sources
  • Vie-publique.fr
  • Atlas des inégalités de Stéphanie Ledu et Stéphane Frattini,Milan jeunesse.
  • Hommes et femmes, la parité à petit pas de Carina Louart, Actes Sud Junior.

La maîtrise de la fécondité en France[modifier]

La contraception (moyen pour ne pas avoir d'enfant)[modifier]

Au milieu des années 60, malgré des évolutions sur le plan de la contraception, la France vit encore à l'heure de la loi de 1920 qui interdit tout recours à la contraception et à l'avortement.

Lucien Neuwirth se fait porte-parole de revendications sociales anciennes. La loi du code de la santé publique est votée le 28 décembre 1967. Acte fondateur de la libération de la contraception en France, elle ouvre aux femmes de France, la possibilité de maîtriser leur fécondité, tout en l'encadrant de manière très rigoureuse.

L'avortement (moyen pour interrompre la grossesse)[modifier]

Simone Veil, ministre de la santé sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing, propose le texte de la loi sur l'avortement : il est voté par 284 voix contre 189 sur 479 votants, le 20 décembre 1974.

Source
  • Carina Louart et Pénélope Paicheler, Filles et garçons, la parité à petits pas.

Notes et références[modifier]

  1. Statistiques et indicateurs sur les hommes et les femmes (Women's wages relative to men's), United Nations Statistics Division, 22 avril 2005
  2. 2,0, 2,1, 2,2 et 2,3 Anne Chemin, Être une femme : un handicap pour les salaires, Le Monde, 19 août 2010 , n° 20394, p. 7.
  3. 3,0 et 3,1 Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (DARES). Interruptions de carrière professionnelle et salaires des hommes et des femmes en 2006. 26 février 2010. in Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé. Disponible sur : http://www.travail-emploi-sante.gouv.fr/etudes-recherche-statistiques-de,76/etudes-et-recherche,77/publications-dares,98/dares-analyses-dares-indicateurs,102/2010-011-interruptions-de-carriere,12790.html
  4. Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (DARES). Hommes et femmes recrutés en 2005 : les préférences des employeurs. in Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé. Disponible sur : http://www.travail-emploi-sante.gouv.fr/IMG/pdf/2009.07-31.3.pdf


Portail de la société - Accédez aux articles de Vikidia concernant la société.
Portail de l'économie - Tous les articles sur l'économie.

Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Inégalités de revenus entre hommes et femmes de Wikipédia.