Histoire de la Russie

« Histoire de la Russie » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

L'histoire de la Russie est riche en événements, particulièrement au cours de ce dernier millénaire. La Russie, à travers de nombreuses petites et grandes guerres, est passée de petite principauté au plus grand pays du monde.

Ivan IV, dit Ivan le Terrible (1530-1584)
Youri Gagarine, 1er homme dans l'espace, 1961.

Origine de l'Empire[modifier]

Les Varègues[modifier]

Les Varègues étaient des Vikings de l'Est. C'était des Scandinaves qui vivaient du commerce et parfois du pillage et de la piraterie. Au début des années 860, trois frères, Riourik, Sinéous et Trouvor, partirent fonder une ville chacun, le long de la Volga. L'aîné, Riourik, fonda Novgorod, et ses deux frères fondirent deux villes autour. Sinéous et Trouvor moururent deux ans plus tard, laissant Riourik maître des lieux. Ce dernier se proclama Prince de Novgorod. Avant de mourir en 879, il envoya deux chefs varègues fonder une autre ville plus au Sud. Ils choisirent de s'établir à Kiev, pour son avantage géographique. À la mort de Rourik en 879, son fils, Igor, hérita de Novgorod. Il était trop jeune et choisit comme régent Oleg, un parent de Rourik1.

La Rus' de Kiev[modifier]

Oleg, régent de l'héritier Igor 1er, partit pour Kiev vers 880 rejoindre les anciens compagnons de Riourik, Askold et Dir. Oleg les amena à l'extérieur de la cité, et les tua. Il réquisitionna Kiev et en devint le nouveau dirigeant. En 907, il décida d'attaquer les Grecs. Il réunit de nombreuses tribus varègues et partit piller. L'expédition fut un grand succès, les Grecs furent en grande difficulté. Une paix fut conclue en 911, qui permit aux Russes d'avoir des comptoirs commerciaux dans la capitale byzantine. Après ce traité de paix, la Rus' de Kiev apparaît sur les cartes européennes et s'élève au titre d'État à part entière. Oleg mourut un an après le traité, en 912. Sa mort permit au jeune Igor de montrer sur le trône de la Rus' de Kiev.

Le début du règne d'Igor fut marqué par l'apparition d'un peuple de pilleurs à chevals, les Petchenègues. Ils s'installent sur le rivage nord de la mer Noire, devenant des voisins directs des russes. Igor, conscient du danger, conclut plusieurs traités avec les Petchénègues. Désireux de faire comme Oleg, il partit tenter de piller Constantinople. Ce fut un grand échec pour les russes, leurs bateux furent incendiés par le feu grégois des byzantins. Igor rentrat bretouille et recommença à piller divers tribus au bord de la mer Caspienne. Igor mourrut en 945, tué par les Drevalines, outrés des impôts excessifs d'Igor.1.

L'invasion des Mongols[modifier]

En 1226, un peuple venu de Mongolie nommé Tataros-Mongols envahit les principautés. Les Tatars réduisent en cendre les principales villes comme Vladimir, Kiev, Rostov et Moscou. Les habitants sont tués ou réduits en esclavage. Seule Novgorod résiste à l'invasion.

Expansion de la Russie entre 1300 et 1796.

L'expansion de la principauté de Moscou[modifier]

De 1300 à 1500, la principauté de Moscou, ou Moscovie, envahit peu à peu toutes les autres principautés environnantes. En 1380, le prince Dimitri Donskoï vainc les Mongols à la bataille de Koulikovo. En raison de conflits entre les princes, une guerre civile éclate entre 1425 et 1453. En 1462, Ivan III devient roi. Il libère la principauté de Moscou et ses alentours des Mongols, puis annexe toutes les autres principautés.

Quand Vassili III (le fils de Ivan III) monte sur le trône en 1505, la principauté de Moscou est quatre fois plus grande. Ensuite, pendant environ 600 ans, la principauté ne cesse de s'agrandir, jusqu'à devenir le Tsarat de Russie en 1547.

Tsarat de Russie[modifier]

Les Cosaques[modifier]

Un jour, alors que la vie devenait trop dure, un groupe de paysans nommé Cosaques ("évadé" en turc) partirent s'installer vers l'Est de l'Empire former des républiques. Le tsar les laissa faire, car ils explorèrent l'Est de la Russie (La Sibérie).

De 1670 à 1671, une révolte cosaque menée par Stenka Razine enflamme le Tsarat. Des paysans restés en Russie se joignirent à Stenka. Après la prise de deux villes, Stenka fut exécuté sur la place Rouge de Moscou.

Le Tsarat en guerre[modifier]

Dans l'Est, la Russie eut de nombreux conflits avec le Chine. Ces conflits cessèrent grâce au traité de Nertchinsk. En signant ce traité, la Russie devait renoncer à son accès à la mer du Japon, mais ce fut le début de nombreux échanges commerciaux avec la Chine.

Dans l'Ouest, des Mongols habitant en Crimée attaquèrent sans cesse la frontière. En 1571, ils entrèrent même dans Moscou, mais furent repoussés l'année suivante à la bataille de Molodi. En 1605, la Russie se fit attaquer par les Polonais.

Portrait de Catherine II la Grande, 1762.
Statue équestre de Pierre le Grand à Saint-Pétersbourg, appelée « Le Cavalier de bronze »

L'empire de Russie[modifier]

Le 7 mai 1682, Pierre Ier de Russie ou Pierre le Grand monta sur le trône. Il entra en guerre contre la Suède et réussit finalement à avoir un débouché sur la mer Baltique. Il fit construire Saint-Pétersbourg qui devint en 1712 la capitale. Le 2 novembre 1712, il se proclama "Empereur" et non Tsar. Au début des années 1800, l'Empire Russe joue un grand rôle dans les Guerres napoléoniennes.

L'empire Russe en 1866. En vert foncé : l'Empire, en vert clair, les territoires sous influence Russe

L'Empire entreprend une nouvelle fois de grandes colonisations. Il annexe l'Arménie et les pays avoisinants. Il entra en guerre contre l'empire Perse en 1813 et remporta la guerre. En 1867, l'Empire Russe vendit l'Alaska aux États-Unis. Le Royaume-Uni n'aimait pas l'énorme influence de l'Empire Russe sur le monde. L'empire russe accueillait de nombreuses nationalités comme des Turcs, des Allemands, des juifs, des Ukrainiens, des Polonais et même des Iraniens ! Nicolas II monta sur le trône le 11 novembre 1864. En 1904, l'Empire entre en guerre contre l'Empire du Japon pour le territoire de la Mandchourie (au Nord de la Corée). La guerre se finit par le traité de Portsmouth. Il y était écrit que la Russie et le Japon acceptaient de rendre la Mandchourie à la Chine, très faible à ce moment.

L'empire pendant la Première guerre mondiale[modifier]

Portrait photographique du tsar Nicolas II

L'empire russe entra en guerre pour défendre son alliée, la Serbie, contre l'Allemagne et l'empire d'Autriche-Hongrie. L'empire russe subit de nombreuses défaites (Voir : Première guerre mondiale à l'est). Elle se retira du conflit en 1917 à cause de la Révolution russe (voir plus bas). Le 3 mars 1918, le traité de Brest-Litvosk est signé. Ce traité implique que la Russie doit laisser un énorme territoire à l'Empire allemand, dont l'Ukraine et la Biélorussie, et que le gouvernement bolchevik doit verser 94 tonnes d'or à l'Allemagne.

Révolution russe de 1917[modifier]

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Révolution russe de 1917.

En 1917, vivre en Russie était très dur. La pauvreté n'était pas rare et le peuple en avait assez. En 1905, une révolution avait eu lieu, mais elle avait échoué.

Révolution de Février[modifier]

À Petrograd (actuellement Saint-Petersbourg), des manifestations débutèrent. Le peuple était fatigué des tsars qui s'opposaient à tout changement. Le tsar Nicolas II voulut envoyer des soldats, mais ils refusèrent d'y aller. Sans peuple pour le soutenir ni de soldats, il dut abdiquer. Alors se mit en place le gouvernement provisoire. Il commença à faire quelques réformes, mais, au grand déplaisir du peuple, il continua la guerre.

Révolution d'Octobre[modifier]

La propagande des bolcheviks accusa de nombreuses fois le Gouvernement provisoire de continuer la guerre. Ils prirent facilement le palais d'Hiver et s'emparèrent du pouvoir. Les bolcheviks prirent très vite des mesures pour satisfaire le peuple. Ils firent signer le traité de Brest-Litovsk, mais certains Russes sont mécontents du communisme et veulent le retour des tsars.

Guerre civile russe[modifier]

La guerre civile russe est un conflit qui commence en 1917 et se termine six ans plus tard, en 1923. Elle opposait l'Armée blanche à l'Armée rouge. La guerre civile a eu lieu dans l'ancien Empire russe, mais aussi en Finlande et en Mongolie.

Les deux camps[modifier]

L'armée blanche[modifier]

L'armée blanche était composée de monarchistes voulant le retour des tsars. Leurs chefs militaires étaient composés d'anciens haut-gradés de l'Armée impériale russe. Certains Russes blancs étaient aussi anticommunistes. L'armée était soutenue par des pays comme le Japon, la France, les États-Unis et le Royaume-Uni. Ils étaient aussi pour le gouvernement provisoire.

L'armée rouge[modifier]

L'armée rouge était composée de bolcheviks (communistes) ayant pour but de renverser complètement les tsars. Ils pouvaient compter sur certains Mongols communistes, sur la République socialiste fédérative sovétique de Russie, sur la République socialiste soviétique d'Ukraine et sur la République socialiste soviétique de Biélorussie. La guerre civile poussa les Rouges à établir le communisme de guerre.

Les principales caractéristiques du communisme de guerre sont :

  • Réquisition des produits venant de la ferme pour les redistribuer : ce fut le début de grandes famines, car ils ne laissaient pas assez de nourriture pour les paysans ;
  • Les travailleurs en usine ou partout ailleurs doivent travailler dans des conditions très strictes : ceux qui faisaient la grève pouvaient être fusillés, par exemple ;
  • La nourriture était distribuée en rations égales pour tout le monde ;
  • Les paysans sont obligés de travailler.

Des choses qui se sont gardées dans l'URSS se sont mises en place à cette époque comme la censure des médias et c'est à ce moment-là que le parti communiste devient un parti unique.

Le règne de la terreur[modifier]

En Finlande, qui venait d'avoir son indépendance, une guerre civile éclate en 1917. Là aussi, les Rouges affrontent les Blancs. L'armée blanche de Russie fit des massacres en Finlande. Plus de 35 000 finlandais communistes ont été abattus avec l'aide de l'Allemagne. On compte 64 camps de concentration en Finlande qui contiennent environ 6 % de la population adulte finlandaise. Six mois plus tard, plus de la moitié des camps sont démantelés. Partout en Russie, de nombreuses personnes des deux camps sont fusillées. Comme si ce n'était pas assez, les Rouges entrèrent en guerre contre la deuxième république de Pologne en 1919. Ces deux États qui venaient de se créer ne s'accordaient pas sur les frontières. Le conflit se termina en 1921 par un traité de paix.

Fin du conflit[modifier]

Vers fin 1922, les bolcheviks avaient reconquis la grande majorité du territoire qui allait devenir l'URSS. Ils reconquirent quelques pays qui avaient été momentanément indépendants, comme l'Arménie, le Kazakhstan, la Géorgie. Vers 1921, les Blancs gagnèrent la guerre civile finlandaise.

Union des républiques socialistes soviétiques (URSS)[modifier]

Après la révolution d’octobre en 1917 en Russie, il fallait reconstruire un grand État rassemblant toutes les anciennes régions de la Russie. Ainsi, un traité fut signé le 30 décembre 1922. Il unissait la RSFSR (République socialiste fédérative soviétique de Russie), la République socialiste fédérative soviétique de Transcaucasie et les République socialiste soviétique Biélorusse et Ukrainienne. Une constitution rédigée en 1924 donnait à toutes les républiques les mêmes droits.

La NEP[modifier]

La nouvelle URSS avait eu bien du mal côté économique, à la suite de la Première guerre mondiale. Lénine instaura alors la NEP (Nouvelle politique économique) visant à aider l'Union soviétique à remonter la pente. La NEP autorisa une propriété privée et des entreprises privées, ce qui allait au contraire du communisme. Lénine affirma cependant que l'URSS était trop faible économiquement pour instaurer le communisme. Lénine mourut début 1924, et ce fut le début d'une lutte entre Staline et Trotski, ministre de Lénine. Trotski fut finalement banni de l'URSS en 1927. Le pays passe sous la dictature de Staline en 1929. Dès son arrivée, il arrête la NEP pour retourner au communisme.

L'URSS pendant la deuxième guerre mondiale[modifier]

Avant la guerre, le 23 août 1939, Staline avait signé avec Hitler un pacte de non-agression. Ce pacte définissait aussi une répartition des territoires entre l'URSS et l'Allemagne nazie. Il fut rompu le 22 juin 1941 par l'invasion nazie en Union soviétique. Cette invasion fut nommée opération Barbarossa. Au début, l'armée soviétique, non prête, recula causant de nombreux morts chez l'armée rouge. Ils se reprirent finalement devant Stalingrad, où commença la longue bataille de Stalingrad. Les soviétiques gagnèrent et ce fut un grand tournant. L'armée rouge regagna le terrain perdu, puis continua en libérant des pays d'Europe de l'Est. Ils arrivèrent finalement à Berlin. Pendant cette guerre, 20 à 30 millions de personnes sont mortes, dont presque la moitié de civils. Dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, les pays d'Europe orientale, ainsi que l'Allemagne de l'Est, deviennent des régimes socialistes.

Guerre froide[modifier]

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Guerre froide.

En 1946, alors que les anciennes grandes puissances européennes se sont écroulées, il ne reste plus que deux superpuissances : l'URSS et les États-Unis. Les deux pays sont radicalement différents d'un point de vue politique, économique et culturel. L'Union soviétique est une dictature communiste, alors que les États-Unis sont une démocratie capitaliste. En 1949, les États-Unis s'entourent de tous leurs alliés pour former une alliance militaire, l'OTAN. Six ans plus tard, l'URSS forme à son tour une alliance avec tous les autres pays communistes d'Europe de l'Est, le Pacte de Varsovie. Les États-Unis et l'URSS se livrent à une course aux armements, course aux vecteursPrécision, mais également à la puissance nucléaire.

Les deux grandes puissances ne s'affrontent pas directement à cause de la peur d'une guerre nucléaire, mais par pays interposés, comme en Afghanistan ou au Viêt-Nam.

Les principales crises sont:

Cependant, à partir de 1963, les relations internationales se détendent. Chaque bloc conserve et renforce sa zone d'influence. Des négociations ont lieu dans les années 1970 pour réduire l'arsenal nucléaire. La Guerre froide ne se termine réellement qu'en 1991, lors de la chute de l'URSS.

Fin de l'URSS[modifier]

Mikhail Gorbatchev en 1987.

Le 11 mars 1985, Mikhaïl Gorbatchev se fait nommer Secrétaire général du Parti communiste de l'Union soviétique, devenant ainsi l'homme dirigeant de l'URSS. Gorbatchev était un réformateur, et il instaura deux programmes visant à faire de l'URSS un pays plus libre et démocratique : la Perestroïka, qui signifie « reconstruction » en russe, et la « Glasnost », signifiant transparence.

Mais les nouvelles libertés réveillèrent un sentiment nationaliste dans les autres républiques socialistes soviétiques. Ce sentiment fut encore renforcé par la Chute du mur de Berlin en 1989, la réunification allemande en 1990, et la chute des États communistes d'Europe de l'Est.

En août 1991, des troupes militaires de l'Armée rouge entrèrent dans Moscou pour tenter de renverser le gouvernement de Gorbatchev, le jugeant trop réformiste. Cette tentative de coup d'État fut appelée le putsch de Moscou. Le putsch échoua grâce à l’intervention de Boris Eltsine, président de la République socialiste soviétique de Russie. Le 21 décembre 1991, 11 des 15 présidents des républiques autonomes soviétiques se rejoignent à Almaty, au Kazakhstan, pour confirmer la décision de dissoudre l'URSS en 15 républiques démocratiques libres. Gorbatchev démissionna le 25 décembre et, le 26 décembre 1991, l'URSS était officiellement dissoute.

Russie actuelle[modifier]

Les débuts de la Fédération de Russie furent plutôt désastreux. Boris Eltsine fut réélu en 1996, battant le parti communiste à 10 %, soit 10 millions de voix. Les années 1990 en Russie furent marquées par une forte crise économique, et la guerre contre les Tchétchènes. Le 31 décembre 1999, alors que la Russie est au plus bas économiquement, Eltsine démissionne pour raison de santé. Il nomme Vladimir Poutine, alors chef du gouvernement2, président jusqu'à de nouvelles élections. Ces élections, Poutine les emporte haut la main. S'ensuit une période de redressement économique orchestrée par Vladimir Poutine, utilisant le pétrole et le gaz naturel du pays comme ressource principale d'exportation, et aussi comme arme diplomatique. En 2014, la Russie a accueilli les Jeux olympiques d'hiver, à Sotchi.

Notes et références[modifier]

  1. 1,0 et 1,1 Source partielle : Chronique des temps passés (wp).
  2. C'est-à-dire premier ministre.

Articles connexes[modifier]

Liens externes[modifier]

Icone chateau.png Portail de l'histoire - De la préhistoire et l'Antiquité jusqu'à l'époque contemporaine
Portail de la Russie - Tous les articles concernant la Russie.