Haut-Rhin-Niedermorschwihr.jpg
Kitesurf près de Rabat - Maroc.jpg

la cabane • le Livre d'or

Bonnes vacances ! Ramenez des photos !

Histoire de la Belgique

« Histoire de la Belgique » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

La Belgique a pris son indépendance du royaume des Pays-Bas en 1830. Le 25 août 1830, le roi des Pays-Bas, Guillaume d'Orange, accepta que l'on organise une représentation d'un opéra, la Muette de Portici, à Bruxelles. Cette œuvre qui parle de révolution et d'indépendance des pays poussa les Belges à se révolter contre les Pays-Bas qui ne voulaient pas leur donner plus de droit chez eux. Une révolution éclata et les troupes de Guillaume d'Orange quittèrent le pays le 27 septembre 1830 et l'indépendance du pays est proclamée le 4 octobre 1830. Mais bien avant cela, comment la Belgique a-t-elle été créée ?

Avant l'indépendance[modifier]

Entre 1482 et 1701, la Belgique (ainsi que le Luxembourg, les Pays-Bas et le nord de la France) est sous domination espagnole. En 1648,les Pays-Bas deviennent indépendants et, en 1659, les régions de Lille et Dunkerque sont cédées à la France. En 1701, les territoire restants (alors dénommés Pays-Bas espagnols) passent sous la domination de l'Autriche. Pendant la Révolution française, la Belgique est envahie par la France. À la chute de Napoléon Ier, la Belgique est intégrée aux Pays-Bas dont elle devient indépendante en 1830. Elle se sépare du Luxembourg en 1839.

La création[modifier]

Révolte de Bruxelles en août 1830

La création de la Belgique est due à l'opposition du Royaume-Uni à voir la France annexer ces territoires, comme elle l'avait fait pendant la révolution française de 1789. Les Anglais ne voulaient pas que le port d'Anvers — qui, sur le continent, fait face au port de Londres — puisse concurrencer celui-ci. Anvers, devenu français, aurait pu servir de port pour tout le nord industriel de la France. De plus, les puissances européennes ne veulent pas d'un accroissement du territoire français. Elles veulent également le maintien d'un État-tampon au nord de la France (c'est pour cette raison qu'avait été créé, en 1815, le royaume des Pays-Bas). Le roi Louis-Philippe Ier, qui venait de s'installer sur le trône de France après la révolution de juillet 1830, ne voulait pas heurter le Royaume-Uni. Aussi on établit un compromis. On créerait le royaume indépendant de Belgique, son roi serait un Allemand, Léopold de Saxe-Cobourg, et la reine serait la fille de Louis-Philippe. De plus, le Royaume-Uni et la France garantissaient la neutralité de la Belgique.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Révolution belge.

La Belgique pendant la Première Guerre mondiale[modifier]

Le roi Albert Ier (personnage penché) inspectant un champ de bataille pendant la Première Guerre mondiale

En janvier 1831, au moment de la proclamation de l'indépendance de la Belgique, les puissances européennes avaient garanti la neutralité de la Belgique. La Prusse, pays d'origine des empereurs allemands, était parmi les signataires. Or au début du XXe siècle, dans ses plans de guerre contre la France, l'État-Major impérial allemand a mis au point l'invasion de la Belgique afin de surprendre par un mouvement tournant l'armée française. Celle-ci, en toute logique devrait être massée sur le Rhin face à l'Allemagne et non le long de la frontière franco-belge. La Belgique elle-même comptant sur sa neutralité n'avait pris que tardivement des mesures de précautions militaires pour faire face à une attaque allemande. Ce n'est qu'en 1913 que le service militaire devient obligatoire..

Dès le 4 août 1914, les meilleures armées allemandes attaquent le grand-duché de Luxembourg, vite occupé vu la petitesse de son territoire, en même temps elles entrent en Belgique. Les Allemands escomptent que les Belges les laisseraient passer en direction de la France. Or le roi Albert Ier ordonne la résistance de l'armée belge face à l'invasion du pays. Le plan d'attaque surprise allemand se trouve alors en difficulté, d'autant que les Belges s'accrochent au terrain en particulier dans la défense de Liège. La résistance des Belges donne du temps aux Français. Elle permet à l'État-Major français de freiner les combats en Alsace et en Lorraine, d'y retirer des troupes et de les envoyer à marche forcée vers la Belgique afin de faire face au gros de l'armée allemande.

Submergée par le nombre, lâchée par l'armée française qui alors bat en retraite vers Paris, l'armée belge abandonne du terrain mais se replie vers la côte de la Mer du Nord. Elle parvient à garder le contrôle d'une partie du territoire belge sur l'Yser autour de Nieuport et Dixmude. Là les Belges mènent, en octobre 1914, la bataille de l'Yser, qui fait échouer la « course à la mer » imaginée par les Allemands pour s'emparer des ports afin d'interdire le débarquement facile des troupes britanniques. Le reste de la Belgique est occupé par l'armée allemande. Pour leur ravitaillement les Allemands organisent le pillage du pays et pour garantir la sécurité de leurs soldats ils mettent en place un régime militaire destiné à lutter contre les résistants et les sabotages. L'Allemagne tente également d'attiser les querelles linguistiques entre les Flamands, qu'elle favorise, et les Wallons.

Les dégâts subis par la Belgique pendant les quatre années d'occupation et de combats, sont importants : 70 000 morts, 30 milliards de francs-or de dommages matériels et 3 milliards de contributions de guerre à verser à l'Allemagne.

Le traité de Versailles avec l'Allemagne abolit la neutralité belge; la Belgique annexe les régions d'Eupen et Malmédy (territoires jusque là allemands); la Belgique reçoit un mandat de la SDN pour le Rwanda et le Burundi colonies allemandes d'Afrique à l'est du Congo belge. La Belgique devait de plus recevoir une partie des réparations de guerre que l'Allemagne devait verser à ses vainqueurs.

La Belgique pendant la Seconde Guerre mondiale[modifier]

À compléter Cette section est vide, pas assez détaillée ou incomplète. N'hésite pas à l'améliorer  !


Problèmes politiques de la Belgique aujourd'hui[modifier]

À compléter Cette section est vide, pas assez détaillée ou incomplète. N'hésite pas à l'améliorer  !



Icone chateau.png Portail de l'histoire - De la préhistoire et l'Antiquité jusqu'à l'époque contemporaine
Portail Belgique - Accédez au portail sur la Belgique.