Fortification

« Fortification » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Ébauche vik.svg
Cet article est une ébauche. Améliore-le !
La forteresse de Suomelinna sur une île en protection d’Helsinki (voir la forme en étoile)

Une fortification désigne à la fois le fait de fortifier une ville ou un endroit et les éléments d’architecture qui forment la forteresse (tour, rempart…).

Le but de la fortification est de rendre plus difficile le passage d’une armée ennemie à un endroit précis, en favorisant les positions de défense. Il s’agit de ralentir le mouvement de l’ennemi, qui ne peut laisser derrière lui une position adverse d’où une troupe pourrait agir sur ses arrières. Cela ainsi laisse le temps à l’armée amie de se porter en direction du point où l’ennemi est retenu. Ainsi :

  • les remparts permettent d’empêcher le passage, grâce à une muraille (ou courtine) ou bien une levée de terre ;
  • les tours permettent de voir venir de plus loin, et si elles débordent du rempart elles permettent d’attaquer sur le côté les assaillants qui tentent d’approcher la base de la muraille ;
  • les merlons permettent de se cacher rapidement sur les remparts ;
  • les créneaux sont les creux entre deux merlons successifs, ils permettent, en prenant des précautions, de lancer des projectiles divers sur les assaillants ;
  • les meurtrières permettent de tirer à l’arc ou au fusil sans se faire voir…
  • les mâchicoulis sont des trous en surplomb créés au sommet de la muraille afin de déverser sur l’ennemi qui atteint le pied du rempart divers matériaux mortels (grosses pierres, poix fondue…)

. Il existe des villes fortifiées, des châteaux forts

La construction des fortifications a évolué au cours des siècles. Au Moyen Âge, c’était la hauteur et l’épaisseur de la muraille qui était un obstacle difficile à faire tomber. Avec l’utilisation de l’artillerie, les murailles anciennes devenaient vulnérables. Aussi se mit-on à construire des fortifications rasantes sortant peu de terre (technique développée par l’ingénieur militaire Vauban ; voir la photographie).