la cabaneparticiper

Livre d'or
Que pensez-vous de Vikidia ? Venez mettre un message sur le Livre d'or !
Livre d'or

Empire byzantin

« Empire byzantin » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
(Redirigé depuis Empire romain d'Orient)
Aller à : navigation, rechercher

L'Empire byzantin ou Empire romain d'Orient est un empire qui a existé pendant plus d'un millénaire : de 395, à la mort de l'empereur Théodose Ier (l'Empire romain est alors partagé en deux parties entre les fils de Théodose : l'Empire romain d'Occident, qui disparaît en 476, et l'Empire romain d'Orient) à 1453 (prise de Constantinople par l'Empire ottoman).

Le mot « byzantin » vient de Byzance qui est l'ancien nom de la capitale de l'Empire, rebaptisée Constantinople en 330 et est actuellement appelée Istanbul1.

L'Empire byzantin fut un empire chrétien, et plus précisément, avec le schisme de l'Église romaine de 1054 (séparation religieuse entre les chrétiens d'Orient et d'Occident), de confession orthodoxe (par opposition au catholicisme). Soumis à la pression de nombreux peuples extérieurs, les Perses Sassanides, les Bulgares, les Arabes, les Turcs Seldjoukides puis les Turcs Ottomans, sans compter les chrétiens d'Occident, l'empire a eu une extension variable. Par deux fois au VIe siècle avec Justinien et au XIe siècle avec Basile II, l'empire atteint son maximum d'extension. Pendant plusieurs siècles il a possédé les Balkans, en Europe, sur lesquels il a exercé une influence considérable.

De Rome à Byzance[modifier]

Dès 282 apr. J.-C., conscient que l'immensité de l'Empire romain rendait sa défense difficile face aux attaques des peuples germaniques et des Perses sassanides, l'empereur Dioclétien, divise l'empire. Il se réserve la partie orientale (avec pour capitale Nicomédie) et confie la partie occidentale à un collègue Maximien. Si l'empereur Constantin Ier rétablit l'unité impériale en 325, il décide de quitter Rome et transporte, en 330, la capitale de l'empire à Byzance (qui devient alors Constantinople). En 395, à la suite d'un nouveau et définitif partage de l'Empire romain, Constantinople devient la capitale de l'Empire romain d'Orient (ou Empire byzantin).

L'Empire byzantin au VI siècle; en orange clair, les conquêtes de Justinien

Au Ve siècle l'Empire byzantin s'étend sur les Balkans au sud du Danube, l'Asie mineure, le Nord de la Mésopotamie, la Syrie, la Palestine, l'Égypte et la côte de la Libye. Par des concessions financières l'empire parvient à détourner les migrations des Goths vers l'occident et évite ainsi la submersion. Il en est de même au milieu du Ve siècle avec les attaques des Huns commandés par Attila. Depuis 392 le christianisme est la seule religion autorisée dans l'Empire romain. L'Empire byzantin est alors en proie à des division religieuses entre chrétiens. Les ariens, les nestoriens et les monophysites contestent la doctrine chrétienne officielle. Bien que condamnés par différents conciles, ces mouvements religieux gardent des adeptes et cela accentue la séparation entre chrétiens d'Orient (encadrés par un clergé soumis à l'empereur par l'intermédiaire du Patriarche de Constantinople) et chrétiens d'Occident (où le clergé est progressivement soumis à l'autorité du pape-évêque de Rome).

Au VIe siècle, l'empereur Justinien Ier tente de reconstituer l'Empire romain tel qu'il était quatre siècles auparavant. Il parvient à conquérir, l'Italie, l'Afrique du Nord, le sud de l'Espagne (mais la plus grande partie de l'Espagne, la Gaule et le nord de l'Italie lui échappent). Les interventions de l'empereur dans le domaine religieux (ce que l'on appelle le césaropapisme) créent des conflits avec la papauté.

Rapidement une partie des conquêtes sont perdues. L'Italie est conquise par les Lombards un peuple germanique. Puis au début du VIIe siècle les Avars menacent la frontière du Danube. Des tribus slaves s'introduisent dans les Balkans. De 610 à 641, l'empire est dirigé par Héraclius. Il parvient à reprendre aux Perses sassanides la Syrie et la Palestine. Mais, cette reconquête est rapidement perdue par l'invasion arabe qui de 632 à 646 submerge la Syrie, la Palestine, l'Arménie, la Mésopotamie, l'Égypte. En 671/674 les Arabes assiègent sans succès Constantinople. C'est à cette époque que l'Empire byzantin abandonne une partie de son héritage romain. Le grec devient la langue administrative en évinçant le latin. L'empereur (Imperator) prend le titre grec de roi (basileus). Occupés à défendre l'Orient où ils sont menacés les Byzantins renoncent à reconstituer l'Empire romain.

De la crise iconoclaste à la puissance macédonienne[modifier]

Art religieux byzantin avant la crise iconoclaste

En 717, un général d'origine syrienne, Léon s'empare du pouvoir (Léon III). Il met ainsi fin à vingt années de troubles politiques (il y eut 6 empereurs détrônés entre 695 et 716). En 717/178, il bat les Arabes qui sont une nouvelle fois parvenus aux portes de Constantinople et leur reprend la partie occidentale de l'Asie mineure.

En 726, l'empereur Léon III déclenche la querelle des images (la crise iconoclaste). Cette grave crise religieuse va durer un siècle (règnes de Constantin Copronyme, de Léon IV, de l'impératrice Irène, de Léon V l'Arménien, de Michel le Bègue et de Théophile). Les moines chrétiens de l'empire sont partisans du culte des images saintes (icônes) qui leur procure une grande influence sur les fidèles et leur apporte des richesses. Inquiets de la puissance des moines les empereurs décident de lutter contre l'idolâtrie. Ils prennent des mesures iconoclastes (destruction des images et interdiction de leur culte). Les persécutions sont violentes contre leurs adversaires (les iconodules). La crise prend fin en 843, avec le concile de Nicée qui autorise le culte des images. Cette crise religieuse interne aux chrétiens d'Orient éloigna ceux-ci des chrétiens d'Occident qui condamnent les iconoclastes.

Au VIIIe siècle et au IXe siècle, la menace des arabo-musulmans se fait moins forte, bien qu'ils s'emparent de la Crète et de la Sicile jusque là territoires byzantins. Part contre au Nord, les Bulgares deviennent hostiles (l'empereur Nicéphore Ier meurt en les combattant en 811). Mais vers 860 les Bulgares se convertissent au christianisme dans sa version byzantine.

En 800, à Rome, le pape couronne Charlemagne comme empereur d'Occident. C'est la fin de l'espoir, devenu bien mince au cours des derniers siècles, de la réunification politique du monde chrétien. Désormais Occident et Orient sont bien séparés. L'Empire byzantin se débat d'ailleurs dans des querelles politiques. De nombreux coups d'État renversent les empereurs. En 797, l'impératrice Irène qui gouverne depuis 780, renverse et fait mutiler son fils Constantin VI devenu majeur. Elle est elle même renversée en 802, par Nicéphore Ier. En 813 puis en 820 il y a de nouveaux renversements d'empereur. De 820 à 867, trois empereurs de la dynastie amorienne se succèdent. Mais en 867, Basile, un soldat né en Macédoine, renverse la dynastie et prend le pouvoir (Basile Ier).

L'Empire byzantin en 1025 à la mort de Basile II

Basile fonde la dynastie macédonienne. La stabilité du pouvoir est alors assurée pour près de deux cent ans (elle sera renversée en 1057 par Isaac Commène. Byzance connaît alors une nouvelle puissance. L'empire profite des difficultés survenues dans le monde musulman. En effet, les califes abbassides perdent l'Afrique du Nord et l'Égypte (qui passent sous l'autorité de la dynastie Fatimide) et doivent affronter les envahisseurs Turcs Seldjoukides. Basile Ier reprend pied en Italie du Sud. Ses successeurs reprennent la Mésopotamie, l'Arménie, la Cilicie, la Syrie et échouent de peu à conquérir Jérusalem en 975. Mais c'est Basile II, qui règne de 976 à 1025, qui va porter la puissance de l'empire à son plus haut niveau. Il lutte efficacement contre les Bulgares, qui, vaincus cruellement en 1014, sont incorporés à l'Empire byzantin. L'influence byzantine s'étend à la Russie de Kiev, jusque là hostile, dont le prince Vladimir se convertit au christianisme en 988.

En 1054, a lieu la rupture religieuse entre les chrétiens d'Orient et ceux d'Occident. C'est le schisme qui donne officiellement naissance à l'Église orthodoxe. Les divergences religieuses étaient anciennes (voir plus haut), et s'envenimaient continuellement, mais c'est l'affrontement de deux personnalités, le représentant du pape Léon IX et Michel Cerulaire le patriarche de Constantinople qui provoque la rupture définitive par une excommunication respective. Désormais la plus grande partie des chrétiens orientaux (ceux de l'Empire byzantin) refusent de reconnaitre l'autorité du pape et se rangent sous celle du patriarche de Constantinople.

Difficultés du XIe au XIIIe siècles[modifier]

En 1057, la dynastie des Comnènes arrive au pouvoir. Mais la Cour impériale et l'armée se disputent la direction des affaires. Cette querelle provoque de nombreux coups d'État (il y aura neuf empereurs entre 1057 et 1081). Pendant cette période, les Turcs Seldjoukides, qui s'imposent au calife de Bagdad, s'emparent de la plus grande partie de l'Asie mineure. Les Normands, qui progressent en mer Méditerranée, s'installent dans le sud de l'Italie et menacent l'Épire territoire byzantin dans les Balkans.

En 1081, le parti militaire l'emporte avec Alexis Ier Comnène. Il oblige les Normands à renoncer à l'Épire, il bat en 1091 les Petchenègues qui menaçaient la frontière danubienne et il tente de reprendre la conquête de l'Asie mineure. Cependant, en 1097, les chevaliers venus de l'Occident chrétien traversent l'Empire byzantin. Ils sont mobilisés dans la première croisade et sont en marche pour délivrer Jérusalem qui depuis depuis quatre siècles est en territoire musulman. Les relations sont très difficiles entre Byzantins et Occidentaux. Les Byzantins avaient espoir de récupérer des territoires qui leur avaient appartenu. Mais les Croisés ne font la guerre que propre leurs propres intérêts (ils se partageront les territoires conquis sur les musulmans). Les Occidentaux occupant provisoirement les Turcs, les Byzantins rétablissent leur autorité dans les Balkans. Les Petchenègues sont définitivement battus et les Serbes doivent accepter la suzeraineté byzantine. En Asie, les Byzantins s'emparent du royaume chrétien de Petite Arménie (1137). Cependant, en 1176, les Turcs battent les Byzantins qui doivent renoncer définitivement à l'Asie mineure.

L'éclatement de l'Empire byzantin après la quatrième croisade

Après la mort de Manuel Ier Commène en 1180, les luttes politiques reprennent à Constantinople. Les membres de la famille Comnène se disputent le pouvoir. Celui-ci est aussi revendiqué par des cousins, la famille Ange (dynastie qui règne sur l'empire de 1185 à 1204). Profitant de l'instabilité politique, les Serbes des Balkans et les Bulgares constituent des principautés indépendantes des Byzantins. Les Vénitiens (dont les marchands installés à Constantinople ont été massacrés en 1182) souhaitent s'emparer du pouvoir afin de protéger leurs intérêts commerciaux.

En 1203, malgré les protestations du pape Innocent III, les Vénitiens forcent les grands seigneurs occidentaux, chefs de la quatrième croisade à intervenir dans les querelles familiales de la dynastie des Anges. La ville est prise par les Croisés en juillet 1203. Mais la population se révolte contre l'empereur protégé des Latins (Occidentaux). Les Croisés doivent de nouveau intervenir en avril 1204. La ville est livrée aux massacres et au pillage. Les Latins se partagent l'Empire byzantin. Un empire latin de Constantinople est créé, mais aussi le royaume de Thessalonique, le duché d'Athènes, la principauté de Morée nouveaux états dirigés par des Occidentaux. Les Byzantins arrivent cependant à se maintenir en Asie dans l'empire de Nicée, dans l'empire de Trébizonde et en Europe dans le despotat d'Épire. La quatrième croisade porte ainsi un coup mortel à l'Empire byzantin.

À partir de l'empire de Nicée, la famille Ducas parvient rapidement à reconquérir les territoires en Europe et en Asie. En 1261, Michel VIII Paléologue reprend Constantinople. Il fonde alors la dernière dynastie impériale.

La fin de l'Empire byzantin[modifier]

En 1261, l'Empire byzantin est réduit au Nord-Ouest de l'Asie mineure, à la Thrace, à une partie de la Macédoine, à l'Épire et à quelques villes du Péloponnèse. L'empire est ruiné. L'armée composée de nombreux mercenaires mal payés est peu sûre. Les empereurs Paléologues tentent à plusieurs reprises de se rapprocher de l'Occident. Ils proposent l'union des deux chrétientés. Mais la population byzantine et le clergé orthodoxe refusent violemment cette politique. Les empereurs tentent de tirer profit des rivalités entre Occidentaux ; ils favorisent les Génois aux dépens des Vénitiens ; en Italie du Sud, ils soutiennent la main mise des Aragonais alliés de pape contre les tentatives françaises de Charles d'Anjou pour s'emparer de Naples.

L'extension de l'Empire byzantin en 1400

L'empire est progressivement amputé de nombreux territoires. Au début du XIVe siècle les Serbes constituent un vaste état aux dépens des Byzantins. Le danger le plus grave est cependant en Asie. Les Turcs ottomans, récemment convertis à l'Islam, commencent un vaste mouvement d'expansion territoriale. En 1326, ils s'installent à Brousse en Asie mineure ; en 1331, ils s'emparent de Nicée. En 1353, ils prennent pieds en Europe et en 1389, ils écrasent les Serbes à la bataille de Kossovo. En 1396, une armée occidentale de secours est battue par les Turcs. Ceux-ci en 1422, assiègent Constantinople et en 1430 s'emparent de Thessalonique.

L'empereur Jean VIII Paléologue (1425-1448) tente vainement d'obtenir un secours efficace des Occidentaux. Il ne fait qu'attiser la fureur des Byzantins. En 1444, une timide tentative occidentale de secours échoue. Ce sera la dernière. Le 29 mai 1453, Constantin IX, le dernier empereur byzantin, meurt en défendant Constantinople contre l'assaut final des Turcs du sultan Méhémet II. Les Turcs s'emparent des restes de l'Empire byzantin vers 1460/1461.

Pour compléter sur les Byzantins[modifier]

Note et références[modifier]

  1. Cette ville, nommée Constantinople en hommage à l'empereur romain Constantin Ier, fait partie de l'actuelle Turquie et s'appelle Istanbul depuis 1928
Icone chateau.png Portail de l'histoire - De la préhistoire et l'Antiquité jusqu'à l'époque contemporaine