Discrimination positive

« Discrimination positive » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

La discrimination positive est le fait d’aider ceux qui subissent des discriminations pour rétablir une situation d’égalité. Une personne est victime de discrimination lorsqu’elle est moins bien traitée ou que des choses lui sont refusées parce qu’elle est d’origine étrangère, parce qu’elle est une femme, parce qu’elle est homosexuelle ou parce qu’elle est handicapée… La discrimination positive peut favoriser au niveau professionnel, social ou encore scolaire.

La discrimination positive en France[modifier]

La discrimination positive n’existe pas dans le droit français, mais elle est pratiquée : par exemple, on a choisi de pratiquer une discrimination positive en créant en 1981 les zones d’éducation prioritaire (ZEP) puisqu’on voulait ainsi « faire plus pour ceux qui ont moins ».

Arguments en faveur de la discrimination positive[modifier]

Elle peut faciliter les chances de réussite scolaire des minorités victimes de discrimination : aux États-Unis, par exemple, des places sont réservées aux Afro-Américains dans des universités. La discrimination positive a fonctionné puisque le pourcentage des diplômés noirs a augmenté de 10 % en 35 ans.

En France, la discrimination positive pourrait être bénéfique pour les jeunes des quartiers défavorisés. Beaucoup d’entre eux sont au chômage à cause de la discrimination raciale pratiquée par certaines entreprises. Une discrimination positive qui les favoriserait à l’embauche réparerait cette injustice.

Arguments défavorables à la discrimination positive[modifier]

La discrimination positive peut servir des catégories de personnes très déterminées, mais elle ne résout pas les problèmes de fond, c'est-à-dire les questions fondamentales d’inégalités.

On n’a pas pu prouver l’efficacité des zones d’éducation prioritaire (ZEP). Au contraire, d’après une étude de l’INSEE parue en septembre 2005, étude consacrée aux ZEP de 1982 à 1992, leur existence n’aurait eu aucun effet sur la réussite des élèves.

En France, la discrimination positive se heurte au principe constitutionnel de l'égalité entre les hommes qui est l'un des fondements de la République française.

Sources[modifier]

  • Van Eeckhout, Leaticia. La discrimination positive, défi au modèle républicain. Le Monde : Dossiers & Documents 2, décembre 2005, n° 348, p. 1.
  • Renaut, Alain. Promouvoir une réelle égalité des chances. Sciences Humaines, décembre 2007, n° 188, p. 24-27.
  • Jardinaud, Manuel. Discrimination positive : peut-on imposer l’égalité des chances ? Phosphore, février 2006, n° 296, p. 48-49.
  • Maurin, Louis. La discrimination positive peut-elle réduire les inégalités ? Alternatives économiques, 2e trimestre 2006, n° 68, p. 56-57.