Garçon devant un ordinateur.jpg
LeSavant.svg

la cabane  •  le Savant  •  le Livre d'or

Participez ! Cet article, comme tous les articles de Vikidia, est peut-être incomplet et tu peux l'améliorer. Tu as des connaissances sûres sur le sujet (texte ou illustration) ? Alors n'hésite pas à les ajouter. Ta contribution est la bienvenue ! C'est à toi de jouer ! Clin d'œil

Coq domestique

« Coq domestique » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
(Redirigé depuis Coq)
Aller à : navigation, rechercher

Gallus gallus domesticus : Coq domestique, Poule, Poulet

Voir les articles homonymes Attention, à ne pas confondre ! Pour les sujets ou articles dits homonymes, voir : Coq (homonymie) et Poule (homonymie).
Poules en train de boire
Groupe d'un coq et de poules, peinture du XIXe siècle
Anatomie d'un œuf de poule

Le coq domestique, ou poulet (nom scientifique : Gallus gallus domesticus) est un oiseau domestique, qui est élevé pour sa chair et ses œufs. Il porte différents noms, selon le cas : le mâle s'appelle le coq, et la femelle la poule.

Les mots poule, poule domestique, poulet ou coq domestique peuvent servir à appeler l'espèce domestiquée globalement ou bien à décrire seulement l'un la femelle, l'autre l'animal prêt à être mangé, ou le mâle. Le nom scientifique des variétés domestiquées de l'espèce est Gallus gallus domesticus.

Les poules ont été domestiquées au moins environ 6000 av. J.-C. en Asie du Sud-Est. Leur ancêtre sauvage est le coq bankiva, une espèce qui existe toujours à l'état sauvage.

Nom[modifier]

Le nom scientifique de cet animal est Gallus gallus domesticus ; il n'a pas vraiment de nom commun officiel, il est appelé selon différents noms, selon les cas :

  • le coq est le nom donné au mâle, et la poule celui donné à la femelle.
  • le poulet est le nom que l'on donne à l'animal que l'on mange, que ce soit un mâle ou une femelle
  • le bébé s'appelle le poussin

Élevage[modifier]

Les hommes élèvent des poules dans un poulailler où elles pondent leurs œufs que l'on peut récolter tous les matins. On peut aussi élever les poules pour leur viande comestible et peu chère. Les poules sont assez faciles à élever. La base de leur alimentation en élevage est un général du grain (maïs), ou bien des aliments spécialement composés sous forme de granulés. Elles complètent leur alimentation avec des vers, des insectes et des plantes (herbes ou même feuilles) si l'espace où elles sont élevées le permet. Une astuce consiste à leur donner des débris de coquille d'œufs dans leurs grains, afin que leurs œufs soient plus solides.

Les races de poules des élevages modernes sont spécialisées pour la production de viande ou d'œufs. Dans le premier cas, on a sélectionné une croissance rapide, dans le second, des poules plus petites dont la période de ponte est plus longue.

Reproduction[modifier]

Une poule à qui on laisse ses œufs pourra après une certaine période de ponte se mettre à couver. Elle reste alors dans son nid sur ses œufs, et les garde ainsi à une température d'environ 38°C. Une fois par jour environ, elle sort un quart d'heure à une demi-heure pour se nourrir, boire et faire ses besoins.

En général, une poule se met à couver après avoir pondu un œuf par jour pendant 10 à 15 jours, si on ne les lui a pas enlevés. Certaines poules ne couvent jamais, d'autres se mettront à couver même si on leur a enlevé tous leurs œufs. Cela dépend notamment de la race de poule, les races pondeuses ayant été sélectionnées pour ne pas couver, parce que cela arrête la ponte et réduit la production d'œufs.

Les embryons se développent dans les œufs et éclosent au bout de 21 jours. Environ 24 heures après les premières éclosions, la poule sort de son nid suivie par ses poussins (l'espèce est dite nidifuge, c'est-à-dire que les petits quittent le nid très rapidement). Les poussins ont encore une réserve nutritive, et ont peu besoin de manger les premiers jours. Ils suivent leur mère et se reposent dans ses plumes. Ils ont le réflexe de manger ce que leur mère picore, celle-ci peut casser des grains qu'ils mangeront, mais ne les nourrit pas directement.

Les poules adoptent sans difficultés des oisillons d'œufs qu'elles ont couvés comme des canetons ou des poussins d'autres poules.

Les poules peuvent pondre lorsqu'il n'y a pas de coq, les œufs ne sont alors pas fécondés, et ne peuvent pas produire de poussins.

On fait naître la plupart des poussins grâce à une couveuse, une boîte chauffée qui imite le comportement de la poule (température précise, un retournement des œufs et même un léger refroidissement par jour). Après éclosion, les poussins doivent être élevés dans une atmosphère chaude les premières semaines, n'ayant pas leur mère pour les réchauffer. Cela permet de produire un grand nombre de poulets.

Élevage en batterie[modifier]

Les deux jours après l'éclosion, pendant lesquels les poussins n'ont pas besoin de manger, peuvent permettre de les transporter depuis le couvoir jusqu'aux élevages où on les fera grandir, lorsque ceux-ci sont éloignés.

À présent, les poules sont souvent élevées dans des batteries, c'est-à-dire des séries de casiers où elles ne peuvent pas beaucoup bouger. Elles passent leur vie à pondre, puis sont tuées pour être vendues dans les boucheries. Les batteries permettent d'élever beaucoup de poules dans un espace assez petit.

Le coq[modifier]

Un coq australien

Le coq est le mâle de la poule. Dans les fermes, c'est le chant du coq qui réveille les habitants à l'aube. En plus de son rôle de reproducteur, le coq est aussi un animal symbolique.

Le symbolisme du coq[modifier]

Un symbole religieux[modifier]

Un coq-girouette (église de Saint-Suliac en Ille-et-Vilaine

Dans les civilisations perse et grecque, le coq blanc (dû à une mutation) est l'incarnation de la lumière. Le coq est l'oiseau dédié à Apollon, souvent confondu avec Phœbus le dieu solaire.

Le coq est lié à la religion chrétienne. Le coq représenterait Jésus ressuscité au matin de Pâques. D'après les Évangiles, le jeudi précédent sa crucifixion Jésus prédit à Pierre que celui-ci le reniera pendant la nuit "avant que le coq ai chanté trois fois". Le coq est perché sur une grande partie des clochers des églises en Europe occidentale où il sert de girouette. Le coq symboliserait alors le clergé guidant les fidèles.Le coq aurait été introduit sur les églises par les moines irlandais lorsqu'ils évangélisent la Gaule entre les VI° et IXe siècles. On sait que la cathédrale de Brescia en Italie est surmontée d'un coq depuis le IXe siècle.

Le coq gaulois, l'emblème de la France ?[modifier]

Le coq est aussi l'emblème non officiel de la France et de la Wallonie, en Belgique.

« Gaule », qui vient du latin Gallia, signifie en effet « coq » ou « poule ». On le retrouve dans le nom d'une famille d'oiseaux : les gallinacés. Ce sont les Romains qui ont attribué le caractère du coq aux Gaulois. Le coq passe pour être un animal belliqueux et vaniteux, défauts dont les Romains affublaient les Gaulois.

Au Moyen Âge dans les querelles et guerres interminables qui les opposent aux Français, les Anglais se moquent des Gaulois toujours identifiés au coq ; pourtant les rois de France ont pour emblème la fleur de lys. Le coq retrouve la faveur des rois de France avec François Ier ou Henri IV qui fait frapper une médaille, ornée d'un coq à l'occasion du baptême de son fils ainé. Louis XIV demande que l'on utilise le coq dans le décor du château de Versailles.

Une assiette de l'époque révolutionnaire
Le coq gaulois plumant l'aigle allemand. Première page du Rire Rouge du 19 décembre 1914

Pendant la Révolution française, le coq est annexé par les Sans-Culottes. Le caractère fier et batailleur du coq est mis en avant comme modèle à suivre pour renverser les rois et repousser l'invasion étrangère. Le coq sert à la décoration des assiettes, des médailles... Pendant l'Empire le coq dot s'effacer devant l'aigle et la Restauration ne le laisse dans l'oubli. Cependant pendant la Monarchie de Juillet le roi Louis-Philippe Ier, le fait figurer sur les boutons des uniformes de la Garde nationale bourgeoise, le pilier de son régime. De nouveau pendant le Second Empire, le coq disparait au profit de l'aigle impérial.

Pendant la Troisième République, le coq réapparait. Le coq sera magnifié pendant la Première Guerre mondiale. Le coq affrontera sans crainte, et toujours dans une position avantageuse voire victorieuse, l'aigle allemand (le symbole de l'ennemi germanique). L'État français du maréchal Pétain pour effacer les traces de la république, le remplace par la francisque. À l'opposé les résistants conservent le coq symbole de la République et de la France refusant la domination étrangère.

Le coq est réapparu au début des années soixante sur les timbres-poste.

Notons que le coq n'est pas le symbole officiel de la France (qui est par ailleurs un des rares pays a ne pas avoir de symbole officiel).

Anecdote[modifier]

Si un jour vous mangez une poule rôtie avec son squelette complet, cherchez dans sa carcasse un os ressemblant à un diapason. Vous pouvez alors jouer avec quelqu'un d'autre à ce jeu : chacun tient une des branches de cet os avec le petit doigt. Tirez alors chacun doucement sur cette extrémité : le gagnant est celui qui a l'os le plus grand dans sa main. Cet os est appelé wishbone en anglais : le gagnant a droit en effet à faire un vœu.

Argot[modifier]

Un poulet peut aussi désigner un policier.

Lien externe[modifier]