Byzance

« Byzance » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
(Redirigé depuis Constantinople)
Aller à : navigation, rechercher
Sainte-Sophie, côté sud

Byzance est une ancienne cité grecque, fondée au milieu du VIIe siècle av. J.-C., capitale de la Thrace, située à l’entrée du détroit du Bosphore.

En 330 apr. J.-C., la cité, reconstruite par l'empereur Constantin, prend le nom de Constantinople.

En 395, l'Empire romain se divise en deux entités : un Empire romain d'Occident et un Empire romain d'Orient, dit aussi Empire byzantin. À la fin du Ve siècle, l'Empire d'Occident disparaît et Constantinople devient la capitale de l’Empire romain.

L'Empire byzantin est l'héritier de l'Empire romain, dont il conserve une partie des territoires, la forme de gouvernement et un certain nombre de symboles, comme l'aigle impérial.

Le nom de Byzance continuera à être utilisé tout au long de l’existence de l’Empire byzantin et même au-delà. Byzance résiste à de nombreuses attaques des armées musulmanes, mais tombe aux mains des Turcs Ottomans en 1453.

Cette ville s'appelle de nos jours Istanbul : c'est la plus grande ville de Turquie, même si la capitale est Ankara. Elle est la seule ville à être construite sur deux continents, l'Europe et l'Asie.

Eugène Delacroix, Prise de Constantinople par les Croisés, lors de la IVe croisade en 1204, musée du Louvre, huile sur toile, 81 x 99 cm, 1840

Histoire[modifier]

Fondation de la ville[modifier]

Dès 324, l'empereur Constantin décide de déplacer le siège du gouvernement de Rome vers Byzance. Ce site est choisi pour défendre les frontières de l'Empire, menacées par les Goths et les Perses sassanides. De plus, la ville est entourée de provinces très riches. Des travaux gigantesques agrandissent la ville, en grande partie grâce à la main d'œuvre fournie par des peuples germaniques, les Goths. Pour gagner du temps dans la décoration de la ville, on dépouille les villes existantes d'une partie de leurs ornements : statues, colonnes...

Pour peupler Byzance, Constantin reprend une politique sociale qui avait fait ses preuves à Rome, entre autres des distributions gratuites de nourriture par le service de l'Annone. Des affranchissements d'esclaves attirèrent de nouvelles populations, tandis que l'attribution de palais devait y fixer des Romains de haut rang. La ville échappe au droit particulier des villes de province et reçoit le droit italique, beaucoup plus favorable par les exemptions d'impôts.

En 395, à la suite du partage de l'Empire romain, Constantinople devient la capitale de l'Empire romain d'Orient. En 476, après la prise de Rome par les peuples germaniques et la disparition de l'Empire romain d'Occident, Constantinople reste la seule capitale du monde romain.

Le temps des invasions[modifier]

L'empire byzantin qui a la plus forte armée du monde. Son marché, situé à la croisée entre Asie et Europe, en fait dès le XIe, le plus important au monde. Pourtant, la ville subit beaucoup d'invasions. Le mardi 29 mai 1453, les Turcs réussissent à envahir Constantinople. L'empereur meurt en bataillant et Constantinople devient Istanbul.

Vivre à Byzance[modifier]

L'enfance et l'éducation[modifier]

Les élèves commencent l'école primaire entre 6 et 9 ans. Les élèves apprennent les lettres et les rudiments de grammaire. L'enseignement secondaire, qui se concentre sur Constantinople, forme les futurs fonctionnaires. Les enseignements sont privés et payants. Une université, créée en 863, enseigne la philosophie, l'astronomie, la géométrie et la grammaire.

Manger et s'habiller[modifier]

Les Byzantins, hommes et femmes, sont habillés de tuniques qui ne diffèrent d'une classe à l'autre, elles que par la qualité des étoffes. Seuls les riches peuvent acheter de la soie. Les hommes comme les femmes attachent une grande importance à leur chevelure. Le maquillage est très répandu chez les femmes.

Les Byzantins aiment les mets généralement épicés. Ils consomment entre autres du thon, des grenouilles, des tripes au fromage. Ils mangent couchés sur le côté, à la manière romaine, jusqu'au Xe siècle.

Économie[modifier]

Le grand commerce[modifier]

Constantinople est un grand centre commercial. Les fabriques exportent des mosaïques. La ville rassemble aussi des marchands de tous les pays (Russes, Égyptiens, Italiens). Ils se trouvent dans le quartier de Galata, face à Constantinople. Les Italiens ont une situation privilégiée, car ils peuvent s'installer à l'intérieur de la ville.

Des campagnes rudes au service de la ville[modifier]

Les paysans approvisionnent la ville. Leurs principales cultures sont : les céréales, le blé, l'orge, les lentilles, les pois et les fèves. Leur agriculture est fragile à cause de la sécheresse et des inondations. C'est pour cela qu'ils pratiquent la jachère, consistant à laisser une terre au repos pendant quelque années. Leur outil essentiel est une paire de bœufs. À la campagne, leur seule source de sucre est le miel. Les olives fournissent l'huile.

Arts[modifier]

Les principes fondamentaux de l'art byzantin[modifier]

L'art byzantin a comme principe d'amener les gens à la foi et d'instruire les illettrés. Les images doivent paraître divines. Les peintres byzantins rendent leurs dessins irréels et peignent sur fond doré pour montrer une émanation divine. Les peintres n'ont droit à aucune originalité, afin de ne pas modifier la foi byzantine.

Les mosaïques et les icônes[modifier]

Les mosaïques représentent des personnages immobiles, sans volume, sur fond d'or. Elles se trouvent dans des palais impériaux ou des églises. Jusqu'à la fin du XIe siècle, on utilise la technologie romaine, avec des tesselles multicolores. Les icônes sont des images religieuses peintes sur panneau de bois qui ont une fonction bienfaitrice : elles permettent, pense-t-on, de guérir les malades et les blessés.

Politique[modifier]

Les pouvoirs de l'empereur[modifier]

L'empereur (le basileus) est choisi par l'armée ; ce choix est approuvé par le Sénat et le peuple. Il doit conserver les biens qu'il possède et conquérir de nouveaux territoires, faire appliquer les lois à tous et veiller sur la religion. Mais l'empereur peut aussi être renversé de manière violente (assassinats, empoisonnements).

Quartiers et monuments[modifier]

Hippodrome[modifier]

L'empereur Constantin construit l'hippodrome en 330 : il ressemble au grand cirque de Rome. Il peut contenir de 30 000 à 50 000 spectateurs. On y organisait de grandes courses de chars, des jeux de cirque et de théâtre, des exhibitions d'animaux. L'hippodrome communique avec le Grand Palais.

Mur de Théodose[modifier]

Le mur de Théodose, construit au Ve siècle par Théodose II, mesure 21 km de long, pour une hauteur de 12 à 15 mètres. Il couvre une surface de 750 hectares.

Basilique Sainte-Sophie[modifier]

La basilique Sainte-Sophie est une grande église, construite de 532 à 537 par l'empereur Justinien. Sainte-Sophie bénéficia d'une décoration très soignée : au fil des siècles ont été ajoutés des marbres et des mosaïques.

Palais impérial[modifier]

Le Grand Palais est entouré d'une enceinte du Xe siècle. Il était décoré de mosaïques et d'une grande profusion de dorures. Il abritait l'empereur et son administration.

Galata[modifier]

Ce quartier commerçant a été fortifié à l'époque gréco-latine. Il est dominé par une tour de 35 mètres qui servait à protéger les habitants lors des attaques.

Voir aussi[modifier]

Hérodote - buste.jpg

Historiens grecs - HérodoteThucydide
Personnalités - SolonClisthèneThémistoclePériclèsAlcibiadeDémosthèneAlexandre le Grand
Grèce archaïque - Guerre de Troie
Grèce classique - Guerres médiquesGuerre du PéloponnèseCité d'AthènesLa démocratie athénienneSparteLigue de Délos
Grèce romaine et byzantine - Constantinople


Icone chateau.png Portail de l'histoire - De la préhistoire et l'Antiquité jusqu'à l'époque contemporaine