Commune (France)

« Commune (France) » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
(Redirigé depuis Commune française)
Aller à : navigation, rechercher
Voir les articles homonymes Attention, à ne pas confondre ! Pour les sujets ou articles dits homonymes, voir : Commune (homonymie).
Une commune a souvent un centre avec une place et des commerces, ici Lannion

En France, la commune est la plus petite division administrative du territoire.

Une commune correspond généralement au territoire d'une ville ou d'un village. Créées en 1790, les communes prenaient la suite des paroisses qui étaient le mode de regroupement local de la population avant la Révolution française. Sa superficie et surtout sa population peuvent varier considérablement : la plus peuplée, Paris, possède plus de 2 millions d'habitants, les moins peuplées moins de 10.

Au 1er mars 2007, il existait 36 782 communes françaises (dont 214 en outre-mer). La France est ainsi le pays de l'Union européenne qui compte le plus de communes.

Communes de plus de 200 000 habitants[modifier]

Dans le tableau suivant, les communes sont classées par population décroissante. A noter que ce classement ne concerne que les limites communales, et non la taille de la ville banlieue comprise : dans la réalité Lille, de par sa vaste agglomération, est par exemple une ville plus "grande" que Nantes ou Bordeaux qui ont très peu de banlieues. Pour la même raison, on considère en général que Lyon est la 2e ville de France, et non Marseille, alors que la commune de Marseille est plus peuplée (mais Lyon est au centre d'une agglomération beaucoup plus vaste).

Commune Population
(1999)
Estimation
au 01/01/2005
1 Paris 2 125 246 2 153 600
2 Marseille 798 430 820 900
3 Lyon 445 452 466 400
4 Toulouse 390 350 435 000
5 Nice 342 738 347 900
6 Nantes 270 251 281 800
7 Strasbourg 264 115 272 700
8 Montpellier 225 392 244 300
9 Bordeaux 215 363 230 600
10 Lille 212 597 225 100
11 Rennes 206 229 209 900

Source : Insee

Rôle et administration[modifier]

Une commune est administrée par un conseil municipal, dont les membres sont élus au suffrage universel (suffrage direct) pour six ans. Le conseil municipal élit en son sein le maire, qui est chargé – entre autres choses – d'appliquer les décisions du conseil, et ses adjoints, qui peuvent recevoir certaines délégations.

Le nombre de conseillers municipaux est déterminé par la population de la commune, le minimum étant de 9.

Toutes les communes sont gérées de la même façon sauf Paris, Lyon et Marseille.

Les communes sont responsables d'un certain nombre de services que l'État leur confie :

  • l'État-Civil, les communes doivent tenir à jour les registres des naissances, des mariages et des décès qui ont eu lieu dans la commune
  • le cadastre, registre où sont recensées toutes les propriétés existantes dans la commune. C'est un document fiscal pour déterminer les taxes foncières et d'habitation.
  • le maire est également officier de police et peut prendre des mesures pour réglementer la circulation ou la sécurité dans la commune.
  • la commune doit créer et entretenir les écoles élémentaires (enseignement de 6 à 11 ans)
  • la commune doit créer et entretenir la voirie communale.
  • la commune doit créer et entretenir les cimetières
  • la commune doit entretenir les bâtiments du culte construits avant 1905

Selon leur importance, leur budget et l'orientation et les choix politiques de leur municipalité les communes peuvent offrir des services à la population : (liste non limitative)

  • crèches municipales, écoles maternelles
  • équipements sportifs (terrains de sport, gymnases, piscine, patinoire)
  • équipements culturels (bibliothèque-médiathèque, théâtre, école de musique)
  • équipements de santé (centre de soins ou dispensaires)
  • équipement de loisirs (squares, parcs, aires de jeux, salles des fêtes, maisons des jeunes et de la culture)
  • les communes subventionnent de nombreuses associations créées par les habitants


Superficie[modifier]

  • Les territoires communaux sont précisément délimités par le cadastre.
  • La taille moyenne d'une commune de France métropolitaine est de 14,88 km². La taille médiane des communes de France métropolitaine n'est que de 10,73 km², à cause du nombre élevé de communes de faible superficie (là encore, la France fait figure d'exception en Europe : en Allemagne, la taille médiane des communes de la plupart des Länder est supérieure à 15 km², en Italie elle est de 22 km², en Espagne 35 km², en Belgique 40 km²). Plus de 15 000 communes s'étendent sur 2,5 à 10 km².
  • Dans les départements d'outre-mer, les communes sont généralement plus grandes qu'en France métropolitaine et peuvent regrouper des villages relativement distants.
  • La commune la plus étendue est Maripasoula (Guyane, 3 710 habitants) avec 18 360 km². Sur le territoire métropolitain, Arles (758,93 km²) et les Saintes-Maries-de-la-Mer (374,45 km²), toutes les deux dans les Bouches-du-Rhône, sont les deux communes les plus étendues.
  • La plus petite commune est Castelmoron-d'Albret (Gironde, 62 habitants) avec 0,0376 km². Plessix-Balisson (0,08 km², Côtes-d'Armor, 83 habitants, entièrement enclavée dans Ploubalay) et Vaudherland (0,09 km², Val-d'Oise, 88 habitants) sont les deux autres communes les plus petites.

Extrêmes géographiques[modifier]

  • Les communes françaises possédant l'altitude maximale la plus haute sont Chamonix-Mont-Blanc (Haute-Savoie, 9 830 habitants) et Saint-Gervais-les-Bains (Haute-Savoie, 5 276 habitants), qui culminent au sommet du mont Blanc à 4 807 m (en prenant en compte, bien sûr, la position française sur la frontière franco-italienne dans la région). La commune dont les zones habitées sont les plus élevées est Saint-Véran (Hautes-Alpes, 267 habitants), dont le territoire s'étend entre 1 756 et 3 175 m d'altitude ; le village est étagé de 1 950 m à 2 040 m.
  • La commune française la plus basse est Les Moëres (Nord, 670 habitants), dont une partie du territoire est située au-dessous du niveau de la mer, jusqu'à -4 m.
  • La commune française la plus éloignée de Paris est l'île des Pins (1 671 habitants) en Nouvelle-Calédonie, à 16 841 km de la capitale. Sur le territoire métropolitain continental, il s'agit de Coustouges (Costoja en catalan) (134 habitants) et Lamanère (44 habitants), toutes les deux dans les Pyrénées-Orientales et distantes de Paris de 721 km. Si l'on inclut la Corse, il s'agit de Bonifacio, située à 986 km
  • La commune la plus au nord est Bray-Dunes (Nord).
  • Les communes les plus à l'ouest sont :
    • Sur le territoire continental : Le Conquet (Finistère)
    • En France métropolitaine : Ouessant (Finistère)
    • Sur la totalité du territoire : Rimatara (Polynésie française)
  • Les communes les plus à l'est sont :
    • Sur le territoire continental : Lauterbourg (Bas-Rhin)
    • En France métropolitaine : Aléria (Haute-Corse)
    • Sur la totalité du territoire : île des Pins (Nouvelle-Calédonie)
  • Les communes les plus au sud sont :
    • Sur le territoire continental : Lamanère (Pyrénées-Orientales)
    • En France métropolitaine : Bonifacio (Corse-du-Sud)

Noms[modifier]

Particularités[modifier]

  • Les communes françaises possédant le nom le plus long sont Saint-Remy-en-Bouzemont-Saint-Genest-et-Isson (Marne (département), 592 habitants, 45 signes), Saint-Germain-de-Tallevende-la-Lande-Vaumont (Calvados, 1 731 habitants, 44 signes) et Beaujeu-Saint-Vallier-Pierrejux-et-Quitteur (Haute-Saône, 739 habitants, 43 signes) et possèdent toutes les trois 38 lettres.
  • À l'inverse, la commune française avec le nom le plus court est Y (Somme, 89 habitants). 15 communes possèdent un nom de deux lettres (Ay, Bû, By, Eu, Fa, Gy, Oô, Oz, Py, Ri, Ry, Sy, Ur, Us et Uz).
  • La première commune par ordre alphabétique est Aast (Pyrénées-Atlantiques, 190 habitants). La dernière commune par ordre alphabétique est Zuytpeene (Nord, 469 habitants).
  • 3 927 communes commencent par « Saint » (10,7 % des communes françaises), y compris Le Saint. Le saint le plus courant est Saint-Martin (222 communes), suivi de Saint-Jean (170 communes) et Saint-Pierre (155 communes). 471 autres communes possèdent le terme « Saint » à l'intérieur de leur nom.
  • 334 communes commencent par « Sainte » (0,9 % des communes françaises), y compris Saintes. La sainte la plus courante est Sainte-Marie (40 communes, y compris Saintes-Maries-de-la-Mer), suivie de Sainte-Colombe (27 communes) et Sainte-Croix (25 communes). 62 autres communes possèdent le terme « Sainte » à l'intérieur de leur nom.
  • Les noms des communes sont généralement d'origine française ou ont été francisés (comme Toulouse de l'occitan Tolosa, Strasbourg de l'alsacien Straßburg ou Perpignan du catalan Perpinyà). Certaines communes conservent cependant le nom de leur langue d'origine, comme par exemple :
    • Alsacien : Mittelhausbergen (Bas-Rhin, 1 680 habitants)
    • Basque : Ainhoa (Pyrénées-Atlantiques, 599 habitants)
    • Breton : Kermoroc'h (Côtes-d'Armor, 324 habitants)
    • Catalan : Banyuls-dels-Aspres (Pyrénées-Orientales, 1 007 habitants)
    • Comorien : M'tsangamouji (Mayotte, 5 382 habitants)
    • Corse : San-Gavino-di-Carbini (Corse-du-Sud, 738 habitants)
    • Flamand : Steenvoorde (Nord, 4 024 habitants)
    • Langues amérindiennes : Kourou (Guyane, 19 107 habitants)
    • Langues austronésiennes : Kouaoua (Nouvelle-Calédonie, 1 524 habitants)
    • Langues polynésiennes : Hitiaa O Te Ra (Polynésie française, 8 286 habitants)
    • Occitan : Belcastel (Aveyron, 251 habitants)

Nom des habitants[modifier]

Le gentilé est le nom donné aux habitants d'une commune.

Beaucoup de gentilés sont formés en ajoutant au nom de la commune, les suffixes « ais », « ois », « iens » ou « ains ».

Certains gentilés sont plus difficiles à mettre en relation avec la commune correspondante. Ainsi:

Voir aussi[modifier]

Articles liés[modifier]

Source[modifier]


Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Commune française de Wikipédia.
Consultée les 5 et 6 juillet 2007.
Drapeau de la France Portail France - Accédez au portail sur la France.