la cabane  •  le Livre d'or  •  la boîte à idées

Cerisier du Japon Prunus serrulata.jpg Astuce du mois, interview... Venez lire le numéro 4 de la Gazette de Vikidia ! Moi, je suis une star, une vraie de vraie ...

Chêne-liège

« Chêne-liège » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : Navigation, rechercher
Chêne-liège
Quercus suber g1.jpg
Nom commun Chêne-liège
Nom scientifique Quercus suber
Classification Famille des Fagacées
Port arbuste, arbre
Taille 12 à 15 m
voir modèle • modifier
Écorces de chênes-lièges, à partir desquelles sont fabriqués des bouchons en liège (Portugal)

Le chêne-liège est un arbre de la forêt méditerranéenne. Son nom scientifique est Quercus suber. Comme tous les chênes, son fruit est le gland.

Description[modifier]

Impossible de manquer le chêne-liège ! Cet arbre est en effet si caractéristique qu'on ne peut le confondre avec aucun autre. Il se reconnaît surtout à son écorce, couverte de liège particulièrement épais.

Le liège est la partie molle et élastique, à la surface de l'écorce. Beaucoup d'arbres en possèdent, mais seul le chêne-liège possède un liège aussi épais, pouvant atteindre trois centimètres d'épaisseur.

Le chêne-liège est un des rares chênes à ne pas avoir de feuilles pédonculées (lobées) : il possède de petites feuilles entières, persistantes, vert foncé, assez semblables à celles du chêne vert.

Biologie[modifier]

Le chêne-liège apprécie les climats chauds et secs. Il vit en climat méditerranéen. On en rencontre dans le sud de la France. Cependant, il n'aime pas les sols calcaires : on n'en trouvera jamais dans la garrigue, mais plutôt associé au maquis. En Provence, il se cantonne aux massifs rocheux des Maures, de l'Esterel et du Tanneron. On trouve également beaucoup de chênes-lièges en Corse. On le rencontre également dans les Landes.

Dans la nature, la spectaculaire écorce du chêne-liège lui est très utile : elle lui permet de résister aux incendies, fréquents dans le sud de la France : lors d'un incendie, le chêne-liège perd toutes ses feuilles et la plupart de ses branches, mais son tronc, bien protégé par le liège, est seulement un peu noirci. Quelques semaines plus tard, alors que tous les autres arbres ont brûlé, les chênes-lièges ont survécu et commencent à repousser.

Intérêt pour l'Homme, culture[modifier]

Un chêne-liège, dont on a récolté le liège

Le chêne-liège est un arbre très utile pour l'activité humaine, puisque c'est à partir de lui qu'on fabrique le liège, qui sert, notamment, à fabriquer des bouchons pour les bouteilles de vin, mais aussi bien d'autres choses, comme les panneaux en liège pour l'affichage, des dessous de plat...

Le liège est un matériau naturel très intéressant, car il est étanche, tendre, et résiste bien au feu. Au contact d'une flamme, le liège noircit, voire devient un peu charbonneux, mais ne brûle jamais véritablement.

Il existe quelques plantations de chênes-lièges, mais, la plupart du temps, on récolte le liège des arbres sauvages, dans le maquis ou la forêt. Pour cela, on enlève de l'arbre tout le liège du bas du tronc. Cela permet de laisser l'arbre en vie. Cependant, une fois le liège arraché, l'arbre ne le reconstitue pas, et l'écorce reste exposée. L'arbre ainsi dénudé n'est plus d'aucune utilité, et devient vulnérable au feu.

Depuis quelque temps, on a mis au point des matières synthétiques qui peuvent remplacer le liège pour la fabrication des bouchons de bouteilles de vin.

Les plantations de chênes-lièges étaient autrefois exploitées pour les glands, afin de nourrir les porcs : c'est la glandée. Aujourd'hui, les porcs sont élevés différemment, mais les sangliers continuent de se régaler des glands de chêne.

Fraise.jpg Portail de la Biologie - Tous les articles sur les plantes et les animaux.