la cabane  •  le Livre d'or  •  la boîte à idées

Cerisier du Japon Prunus serrulata.jpg Astuce du mois, interview... Venez lire le numéro 4 de la Gazette de Vikidia ! Moi, je suis une star, une vraie de vraie ...

Catastrophe de Challenger

« Catastrophe de Challenger » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : Navigation, rechercher
Drapeau des Etats-Unis.svg
Cet article est une ébauche concernant les États-Unis. Améliore-le !
Ébauche astronomie Cet article est une ébauche concernant l’astronomie. Améliore-le ! (Aide sur la syntaxeConseils de rédaction)

La catastrophe de Challenger ou l'accident de Challenger est un accident spatial survenu le 28 janvier 1986, qui a entraîné la perte de la navette spatiale Challenger et de son équipage constitué de sept membres, dont une enseignante du Teacher in Space Project.

STS-51-L[modifier]

Le dernier équipage de la navette spatiale Challenger. Smith, Scobee et McNair au premier rang, Onizuka, McAuliffe, Jarvis et Resnik au second. Ils sont tous décédés en conséquence de cet accident.

C'est au cours du lancement de la navette, lors du vol STS-51-L, que l'accident s'est produit. Les principaux objectifs de la mission étaient :

Vu que la catastrophe s'est déroulée au décollage, aucun de ces objectifs n'a pu être rempli. Dans l'accident, Christa McAuliffe est morte avec tout l'équipage et le satellite a été détruit.

Retardements[modifier]

Le décollage de cette mission, prévu à l'origine pour le 22 janvier, fut d'abord reporté au 23 pour le retard qu'avait eu le vol de la mission précédente, puis au 24 pour la même raison. Le lancement fut de nouveau reporté au 25 pour des problèmes de météo, puis au 27 pour cette même raison. Le matin du 27 janvier, au moment du lancement, une petite anomalie sur la trappe de la navette retarda de nouveau le vol, sans pour autant le reporter. Quand le problème fut réparé, le vent se leva. Il était trop fort pour permettre le lancement et la NASA attendit que le vent faiblisse, mais l'attente fut trop longue et le décollage fut finalement reporté au 28.

Le vol funeste...[modifier]

Le matin du lancement[modifier]

La nuit qui avait précédée le lancement, il avait fait -0,5°C. Il avait donc fait très froid. Plusieurs ingénieurs exprimèrent leur inquiétude que des blocs de glace formés durant la nuit ne se décrochent de la navette pendant le décollage, avec des risques élevés d'accident. Des inspections eurent lieu pour que les blocs de glace fondent. Challenger fut finalement autorisée à voler. Un groupe de spécialistes rappela cependant à la NASA la sensibilité au froid du joint situé entre les boosters et le réservoir externe. La NASA sous-estima le danger et décida de maintenir ce lancement déjà tant retardé.

Le décollage[modifier]

Après que les astronautes furent montés dans la navette, le décollage eut lieu sous les yeux de millions de spectateurs, en direct ou même réellement sur place, et sous des tonnerres d'applaudissements. Toutefois, au moment même du décollage survient un phénomène qui ne sera remarqué que plus tard au moment de l'enquête : un petit panache de fumée apparaît au niveau du joint d'un booster, sur la droite de la navette. Personne ne l'a remarqué sur le coup, mais c'était le signe d'un début de fuite...

Une quarantaine de secondes après le décollage, la fuite apparaît en traînée de feu et, juste après, le booster se met à trembler dangereusement sous l'effet de la fuite qui frappe une surface importante du réservoir. Malheureusement, le réservoir cède sous la chaleur et se désintègre, avec l'apparence d'une explosion, détruisant avec lui la navette spatiale, elle aussi totalement désintégrée.

Les boosters, qui continuaient de voler au moment de la désintégration, présentaient un danger pour le sol : ils sont donc auto-détruits à distance. Les débris du réservoir et de la navette retombent en laissant chacun une traînée de fumée derrière eux et percutent à vitesse supérieure à 300 km/h la surface de l'océan Atlantique. Un corps humain ne peut résister à un pareil choc : les astronautes, s'ils ont survécu à « l'explosion » sont forcément morts en touchant l'océan... Le vol est terminé. Le NASA part à la recherche de débris et enquête sur ce qui est arrivé.

Les résultats de l'enquête[modifier]

Les causes de la catastrophe[modifier]

La principale cause de l'accident aurait été le froid. Dans la nuit précédant le vol, il avait fait moins de 0 °C. Les joints faisant les liaisons entre les boosters et le réservoir externe étaient sensibles à ce froid. Cette nuit-là, un des deux joints avait été fragilisé. Par conséquent, au moment du décollage, une fuite est apparue au moment du vol. Mais ce qui a principalement provoqué le drame, c'est que la fuite tapait sur le réservoir externe. Pour que la catastrophe ne produise pas, il aurait fallu que le réservoir résiste jusqu'à la séparation des boosters, mais celui dont le joint s'était fragilisé, plus correctement attaché, s'est mis à trembler et la fuite a tapé une plus grande surface du réservoir, ce qui a accéléré sa destruction et provoqué le drame.

Les analyses de la catastrophe[modifier]

La navette a été totalement désintégrée lors de la destruction du réservoir, mais un gros débris de la navette a été identifié comme étant la cabine de pilotage. Au sol, il a pu être observé que des systèmes de secours (finalement inutiles pour sauver l'équipage) avaient été activés, ce qui prouve que l'équipage a survécu au premier choc.

Bouranelancementbout.jpg

États-Unis États-Unis : Navette spatiale américaine (terminée) - Enterprise OV-101 (démonstrateur) • Pathfinder OV-098 (maquette) • Columbia OV-102 (détruite) • Challenger OV-099 (détruite) • Discovery OV-103 (terminée) • Atlantis OV-104 (terminée) • Endeavour OV-105 (terminée)
Union soviétique Union soviétique : Bourane (annulée) - OK-M OK-0.01 (démonstrateur) • OK-GLI OK-0.02 (démonstrateur) • OK-KS OK-0.03 (démonstrateur) • OK-MT OK-0.04 (démonstrateur) • OK-TVA OK-0.05 (démonstrateur) • OK-TVI OK-0.06 (démonstrateur) • OK-0.08 (démonstrateur) • OK-ML1 OK-0.15 (démonstrateur) • Bourane OK-1.01 (détruite) • Ptichka OK-1.02 (inutilisée) • Baïkal OK-2.01 (inachevée) • OK-2.02 (abîmée) • OK-2.03 (désassemblée)
France France : Hermès (abandonnée)
Russie Russie : Kliper (avenir incertain)

Drapeau des États-Unis Portail des États-Unis - Tous les articles concernant les États-Unis.
Saturn.jpg Portail de l'astronomie - Accédez aux articles de Vikidia concernant l'astronomie.

28°38′24″N 80°16′48″O / 28.64, -80.28