Boulevard périphérique de Paris

« Boulevard périphérique de Paris » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Le boulevard périphérique dans la traversée du bois de Boulogne.
Plan du boulevard périphérique de Paris.

Le boulevard périphérique de Paris est une route communale (elle ne possède pas les normes d'une autoroute) longue de 35 km et qui fait le tour de Paris. Son nom est souvent abrégé en périph ou BP.

En général, cette route possède 4 voies de circulation dans chaque sens (2 entre l'A6a et l'A6b et 5 entre l'A3 et la N302). La vitesse y est limitée à 70 km/h et les véhicules venant de la droite sont prioritaires (ce qui est spécial à cette voie).

Ce projet est inscrit au plan d'urbanisme directeur de Paris en 1959. Le périphérique est construit de 1966 à 1973 sur l'emplacement des anciennes fortifications et de l'enceinte de Thiers. Il est inauguré par le Premier ministre Pierre Messmer le 25 avril 1973.

La circulation sur cette route est très dense (270 000 véhicules par jour), il y a aussi beaucoup de bruit et de pollution.

Périodes de construction du boulevard périphérique.

Histoire[modifier]

Tout commence en 1840, le roi Louis-Philippe Ier voudrait construire des fortifications afin de protéger Paris des attaques extérieures. Ceci s'appelle l'enceinte de Thiers.

Cette enceinte a servi pendant la guerre franco-allemande de 1870 mais le siège des armées allemandes a transformé Paris en une prison géante. L'enceinte de Thiers fut détruite en 1919.

En 1954, le plan d'aménagement de Paris crée un projet d'autoroute pour contourner Paris, projet qui deviendra le boulevard périphérique.

Caractéristiques[modifier]

Réseau régional[modifier]

Les contournements de Paris : la Francilienne (en vert), l'A86 (en bleu) et le périphérique (en orange au centre).

Le boulevard périphérique est l'une des quatre grandes rocades ceinturant la capitale française. À l'intérieur de Paris, il y a les boulevards des Maréchaux qui se trouvent à une distance de 100 à 250 mètres du périphérique. La vitesse sur ces boulevards est limitée à 50 km/h.

À l'extérieur de Paris, il y a l'autoroute A86 qui est située entre 3 et 7 km de Paris. La vitesse est limitée à 90 km/h en général, à 70 km/h dans le duplex A86 et dans certains tunnels, et à 110 km/h entre Versailles et la N118.

Encore plus loin, entre 20 et 40 km de Paris, il y a la Francilienne, l'ensemble de la N104 et de l'A104. De nos jours, le tronçon nord-ouest (N184-A13/A14) est en cours d'étude de construction ; mais le tronçon sud-ouest (A13-A14/A10) n'est pas réalisable : il y a des zones protégées.

Beaucoup plus loin, il y a le grand contournement de Paris, qui est composé des autoroutes A29, A26, A5, A19, A10 et A28.

Tracé, longueur, bornes[modifier]

Point kilométrique 6.7 sur le boulevard périphérique, situé dans le 14e arrondissement de Paris, proche de la porte de Vanves.

Sur tout son parcours, le boulevard périphérique suit les limites de Paris. Il s'en écarte à trois endroits, dans les secteurs du bois de Boulogne, du bois de Vincennes et de l'héliport de Paris.

Certaines parties sont en tranchées couvertes, particulièrement au niveau du bois de Vincennes et du bois de Boulogne. La plus grande pente de cette route atteint 4 % d'inclinaison. La Seine est franchie à l'aide de deux ponts : le pont amont (porte de Bercy) et le pont aval (porte de Saint-Cloud).

Le boulevard périphérique permet le passage des convois les plus lourds autorisés par les règlements. Les véhicules doivent avoir une hauteur maximale de 4,75 mètres. La longueur totale de l'ouvrage est de 35 040 mètres, soit 35 04 km. Il chevauche ou franchit la limite de Paris au droit des communes de Charenton-le-Pont, du Kremlin-Bicêtre et de Gentilly.

Comme les autres routes importantes, le système des bornes kilométriques du boulevard périphérique est constitué de points kilométriques (PK) distants d'un kilomètre, mesuré dans l'axe du terre-plein centralPrécision. Le point 0 est situé sur le joint de chaussée de la porte de Bercy, en rive gauche de la Seine. Les points kilométriques sont croissants dans le sens des aiguilles d'une montre. Ce bornage est fait par des panneaux de signalisation. Le point kilométrique inscrit sur le panneau est souligné d'un trait rouge lorsqu'il est vu du périphérique intérieur et bleu du périphérique extérieur.

Tronçons du périphérique[modifier]

Le boulevard périphérique est constitué de deux chaussées séparées.

Le périphérique intérieur est la chaussée la plus proche du centre de Paris. À l'inverse, le périphérique extérieur est la chaussée la plus éloignée du centre de Paris, donc la plus proche de la banlieue parisienne et où la circulation s'effectue dans le sens inverse des aiguilles d'une montre.

Pour sa gestion, le boulevard périphérique est divisé en trois sections : Est, entre l'échangeur d'Ivry et la porte de Saint-Ouen, Nord, entre la porte de Saint-Ouen et la Seine dans le 16e arrondissement de Paris, et Sud entre la Seine (16e arrondissement) et la porte d'Ivry.

Voies de circulation[modifier]

Au départ, la route comptait 2 × 3 voies sur 6 km du tronçon sud, mais les chaussées ont été portées dès 1964 à 2 × 4 voies pour faire face à l'accroissement très rapide du trafic automobile qui avait déjà doublé depuis 1960. Le boulevard périphérique possède quatre voies de circulation principales dans chaque sens, hormis la section entre la porte d'Italie et la porte d'Orléans qui est à deux voies et celle entre la porte d'Orléans et la porte de Sèvres qui est à trois voies. Vingt-huit kilomètres sont ainsi réalisés en 2 × 4 voies et sept kilomètres en 2 × 3 voies.

La superficie des voies représente aujourd'hui près de 100 hectares de voies principales et plus de 38 hectares de bretelles. À la différence d'autres voies rapides, cette route ne possède aucune bande d'arrêt d'urgence sur la quasi-totalité de son tracé (sauf vers la porte de Gentilly).

Équipements[modifier]

Éclairage[modifier]

En 2008, le dispositif d'éclairage du boulevard périphérique comportait 34 747 sources lumineuses (soit environ 1000 par km), se répartissant en 5 266 sur 2 527 candélabres en surface et 29 481 en galerie d'éclairage. Ils permettent d'éclairer 140 hectares de chaussée.

Écrans anti-bruit[modifier]

Il y a 14 murs anti-bruit.

Terre-plein central (TPC)[modifier]

Dans les années 1980, le terre-plein central a été équipé de murets en béton ancrés dans la construction, éliminant tous les risques de son franchissement par des poids lourds et, on a remplacé les glissières métalliques qui peuvent avoir un effet de guillotine pour les motards en cas de chute.

Échangeur de la porte de Bagnolet. Les véhicules au premier plan se dirigent vers l'autoroute A3.

Ouvrages[modifier]

Échangeurs[modifier]

Il y a 50 sorties de type échangeur autoroutier sur le périphérique, dont 6 appelées bifurcations et 44 appelées diffuseurs. Un diffuseur peut ainsi desservir une route nationale ou des rues, avenues ou boulevards. La priorité à droite s'applique sur les voies d'entrée, ce qui signifie que les véhicules entrants sont prioritaires sur les véhicules en circulation. Pour permettre une sécurité et une fluidité de circulation, la voie de droite du périphérique est de fait réservée aux véhicules venant d'entrer ou bien s'apprêtant à sortir, la circulation « normale » se faisant sur les voies centrales et de gauche.

Échangeur de la porte de Bagnolet[modifier]

L'échangeur de la porte de Bagnolet est un échangeur autoroutier complexe situé sur le boulevard périphérique Est. Cet échangeur permet l'accès à l'autoroute A3. Dans le triangle qui se trouve dans la ville de Bagnolet, il y a un centre commercial.

Échangeur de la porte de la Chapelle[modifier]

L'échangeur de la porte de la Chapelle est un échangeur autoroutier complexe situé sur le boulevard périphérique nord. Cet échangeur permet l'accès à l'autoroute A1.

Échangeur de la porte de Bercy[modifier]

L'échangeur de la porte de Bercy est le plus complexe échangeur autoroutier situé sur le boulevard périphérique.

Échangeur de la porte d'Auteuil[modifier]

L'échangeur de la porte d'Auteuil est un échangeur peu complexe autoroutier. Cet échangeur permet l'accès à l'autoroute A13.

Échangeur de la porte d'Italie[modifier]

L'échangeur de la porte d'Italie est un échangeur autoroutier. L'accès à l'A6b n'est possible que depuis le périphérique intérieur, sinon il faut prendre la RD7 puis faire demi-tour et arriver sur l'A6b/D126. Il est actuellement en travaux pour réaménagement des tunnels de l'A6b.

Échangeur de la porte d'Orléans[modifier]

L'échangeur de la porte d'Orléans est un échangeur autoroutier. Cet échangeur permet l'accès à l'autoroute A6a.

Échangeur de la porte Maillot[modifier]

Échangeur de la porte Maillot en regardant vers la porte Dauphine à l'arrière-plan à gauche.

L'échangeur de la porte Maillot est un échangeur à deux niveaux permettant les échanges du périphérique avec la route nationale 13. Entre 2012 et 2020, cet échangeur sera changé parce qu'il est possible que l'autoroute A14 soit prolongée en souterrain jusqu'au périphérique.

Ponts[modifier]

Le boulevard périphérique compte 148 ponts sur tout son parcours !

Plan des tunnels qui font plus de 300 mètres.

Tunnels[modifier]

Le boulevard périphérique compte 23 tunnels qui mesurent entre 100 et 600 mètres.

Exploitation et circulation routière[modifier]

Réseau de contrôle et de gestion du trafic en place[modifier]

Il y a 750 capteurs de trafic et 326 panneaux à messages variables sur les temps de parcours nécessaires avant d'atteindre le prochain pôle autoroutier ou axe important (N13 porte Maillot, par exemple) ou la prochaine porte. Ces informations sont actualisées automatiquement toutes les minutes. Ces panneaux servent aussi à afficher tous types de message comme : accident, panne, fermeture, travaux, pollution, prévention routière, alerte enlèvement, etc.

Trafic[modifier]

Diagramme d'évolution du trafic entre 1996 et 2009 (véhicule km/h et vitesse).
Volume de trafic[modifier]

Le boulevard périphérique est la route urbaine la plus empruntée d'Europe avec au moins 300 000 véhicules par jour en 2012 et 100 000 véhicules au maximum la nuit. La majorité des déplacements relient Paris et sa banlieue : ils constituent ainsi 60 % du trafic. Par ailleurs, on compte 35 % de déplacements banlieue-banlieue et seulement 5 % de déplacements internes à la ville de Paris. Le trafic est saturé lundi dès 6 heures 15 et jusqu'à 20 heures 45, le mardi au jeudi dès 6 h 30 jusqu'à 21 h, le vendredi dès 6 h 45 jusqu'à 21 h 45, le samedi dès 10 h jusqu'à 19 h 30, le dimanche entre 13 h et 21h.

Police de la circulation et sécurité routière[modifier]

Police de la circulation[modifier]

8 véhicules de police surveillent le boulevard périphérique en journée.

Priorité[modifier]

Les raisons du choix de la priorité à l'insertion sont pas connues.

Toutefois, plusieurs points particuliers peuvent justifier cette décision :

  • une raison culturelle : les priorités à droite ne se font plus que dans Paris et la région parisienne, où il est difficile d'y trouver un panneau « Stop » ou « Cédez le passage ». Il a pu être décidé de ne pas troubler les Parisiens avec une règle de priorité qu'ils n'avaient pas l'habitude de rencontrer ;
  • une raison pratique : les voies d'insertion sur le boulevard périphérique sont très courtes. Est-ce la cause ou la conséquence de la priorité à l'insertion ? Le boulevard périphérique étant construit en zone fortement urbanisée, il a pu être décidé de restreindre la longueur de ces voies d'insertion pour économiser la place ;
  • une raison de fluidité : le boulevard périphérique est souvent encombré. Sa congestion systématique fait qu'un « cédez le passage » sur les voies d'insertion conduirait les véhicules entrants à attendre pendant très longtemps une brèche dans la circulation pour s'insérer, ce qui bloquerait les carrefours environnants par ricochet. Hors congestion, la forte densité résiduelle du trafic rendrait dangereuse une insertion non prioritaire (surtout si la longueur des voies d'insertion est conservée).

Limitation de vitesse[modifier]

Carte de localisation des radars.

Depuis 2014, la vitesse sur cette voie est limitée à 70 km/h.

Accidentologie[modifier]

Le nombre de tués sur le périphérique a très fortement baissé de 2005 à 2006, passant de 14 à 3, puis s'est stabilisé entre 2007 et 2012, variant entre 1 et 2, contrastant avec l'énorme fréquentation (50 % de la circulation parisienne), mais il y a beaucoup de blessés lorsqu'il y a des accidents sur cette route. De 2007 à 2009, six personnes ont perdu la vie sur cet axe, le tronçon le plus « accidentogène » étant la chaussée intérieure entre la porte des Lilas et la porte de Montreuil, avec 134 accidents. À titre de comparaison, 7 963 accidents corporels ont eu lieu à Paris, faisant 9 151 blessés et 44 tués (dont dix-neuf motocyclistes et seulement trois automobilistes) durant la seule année 2009.

Radars fixes et infractions pour excès de vitesse[modifier]

Il n'y a que 8 radars sur cet axe, situés à la porte de Pantin, de Bagnolet, d'Ivry, de Châtillon, Sèvres, d'Auteuil, Champerret et de Clichy.

La plupart des infractions sont le fait des motos.

Évolution des infractions sur le boulevard périphérique
2004 2005 2006 2007 2008 2009
Nombre d’infractions 162 000 186 600 324 300 334 600 216 955 110 467
Nombre de radars 4 8 8 8 8 8
Évolution du nombre d'infractions +15 % +74 % +3 % -35 % -49 %

Entretien de la chaussée et des équipements[modifier]

L’entretien et le nettoyage du boulevard périphérique sont réalisés respectivement par la direction de la voirie et des déplacements et par la direction de la propreté de la ville de Paris. Ces tâches sont exécutées de nuit, entre 23 h et 5 h du matin, afin de permettre la continuité de la circulation.

Le boulevard périphérique est divisé en six tronçons qui sont fermés l’un après l’autre : trois sur le périphérique intérieur, trois sur le périphérique extérieur. Chaque tronçon est entretenu et nettoyé une fois par mois. Le calendrier des fermetures est établi par les services municipaux en liaison avec les gestionnaires autoroutiers des départements limitrophes et la préfecture de police de Paris. Ces informations sont envoyées sur le site Sytadin, site d'info trafic en Île-de-France.

Le nettoyage comprend le ramassage des objets encombrants, le balayage des trottoirs, l'enlèvement des affiches et des graffiti (tags), le lavage des murs et plafonds des ouvrages, le lavage manuel des parties des souterrains non accessibles aux engins, le balayage des caniveaux à l’aide d’aspiratrices de chaussée et le lavage des bandes blanches de marquage (zébras).

Publicité[modifier]

De nombreuses publicités lumineuses sont installées aux abords du périphérique. Leur apparence est adaptée à leur vision depuis une voiture et elles semblent surdimensionnées et mal placées pour un piéton. La section entre la porte de la Chapelle et la porte d'Asnières présente une densité de publicités lumineuses très forte, car cette section, nommée « route des Présidents » par les agences de publicité, est supposée être empruntée quotidiennement par les dirigeants des entreprises, clients potentiels entre le quartier d'affaires de La Défense et l'Aéroport Paris-Charles-de-Gaulle de Roissy.


Portail des techniques - Tous les articles sur les moyens de transport, l'informatique, les outils et les matériaux.

Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Boulevard périphérique de Paris de Wikipédia.