Antoine Lavoisier

« Antoine Lavoisier » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Antoine Lavoisier
Lavoisier et son épouse. On distingue plusieurs éléments de l'appareillage utilisé pour ses expériences.

Antoine Lavoisier (Paris, 26 août 1743 - Paris, 8 mai 1794) est un chimiste français. Il est considéré comme le « père de la chimie moderne », car ses découvertes démentirent les lois de l'alchimie utilisées jusqu'alors — selon lesquelles tout élément pouvait apparaître, disparaître ou se transformer en un autre.

Biographie[modifier]

Antoine Laurent Lavoisier est né le 26 août 1743 à Paris. Il a hérité d'une grosse fortune à la mort de sa mère, alors qu'il avait cinq ans. Il est allé à l’université Mazarin de 1754 à 1761 où il étudie des matières telles que les mathématiques, l’astronomie et la chimie. Il publie son premier livre de chimie en 1764 et est élu à l’académie des sciences en 1768. La même année, il devient membre de la Ferme générale société privée qui collecte les impôts sur la consommation pour le compte du roi ; ce poste de fermier général lui vaudra d'être guillotiné en 1794.

En 1771, il épouse Marie-Anne Pierrette Paulze alors âgée de 13 ans, qui devient ensuite sa collaboratrice et illustrera ses livres. En 1775, il entre à l’Administration royale des poudres (destinées aux armes à feu).

Il découvre en 1778 que l’air était un mélange de gaz et non pas un seul gaz.
Il découvre aussi la loi de conservation de la matière, qu'on peut résumer par cette célèbre maxime (mais qui n'est certainement pas de lui) : « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. » De plus, il montre que la théorie phlogistique n'est pas cohérente.

En 1784, il est chargé par le roi d’étudier, avec Benjamin Franklin et deux autres scientifiques, le magnétisme animal (ancêtre de l’hypnose).

En 1789, il publie le Traité élémentaire de chimie, considéré comme le premier manuel de chimie moderne.

Découvertes[modifier]

Composition de l'air[modifier]

Lavoisier découvrit en 1778 que l’air était un mélange de gaz et non pas un seul gaz en faisant cette expérience :

  • Il fit bouillir 122 g de mercure dans une cornue (récipient en forme de corne) qui était reliée avec une cloche où il y avait 0,8 g d’air.
  • Douze jours plus tard, le mercure se recouvrit d’une couche rouge (c’était de l’oxyde de mercure). Le volume d’air avait diminué de 0,14 L sous la cloche.
  • Le gaz qui restait sous la cloche de volume 0,66 L éteignait la flamme d'une bougie : c'est du diazote.

Lavoisier émet alors une hypothèse : le gaz qui manquait sous la cloche s’est combiné au mercure pour donner de l'oxyde de mercure rouge.

Appareillage utilisé par Lavoisier pour ses expériences sur la composition de l'air.
  • Il récupère ce dernier et le place dans la cornue chauffée qu'il relie à nouveau avec le ballon qui contient le diazote.
  • Il constate alors que l'oxyde de mercure redisparaît et que le volume de gaz revient à sa valeur de départ
  • La flamme d'une bougie est avivée quand on la place sous la cloche. Ce sont donc les 0,14 L de ce gaz qui avait disparu auparavant qui permet cela. Ce gaz est du dioxygène.

Il en conclut donc que l’air est un mélange de gaz constitué de 21 % de dioxygène et de 78 % de diazote.

Conservation de la quantité de matière lors d'une réaction chimique[modifier]

Lavoisier réalise des expériences au cours desquelles il pèse soigneusement tous les réactifs (les substances présentes avant la réaction chimique) et tous les produits (les substances issues de la réaction).

Dans chaque cas, il constate que la masse des réactifs est toujours parfaitement égale à la masse des produits formés. Il tire de ces expériences une loi générale connue aujourd'hui sous le nom de "Loi de Lavoisier".

Enoncé historique de la loi de Lavoisier[modifier]

"Rien ne se crée, ni dans les opérations de l'art, ni dans celles de la Nature, et l'on peut poser en principe que, dans toute opération, il y a égale quantité de matière avant et après l'opération. C'est sur ce principe qu'est fondé l'art de faire des expériences en chimie."

Enoncé moderne de la loi de Lavoisier[modifier]

"Lors d'une réaction chimique qui se déroule en milieu fermé, la somme des masses des réactifs est toujours égale à la somme des masses des produits formés. Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme."

Autres découvertes[modifier]

  • Il a travaillé sur la combustion : il démontre que l'air responsable de la combustion est une source d'acidité. Il nommera donc cette partie de l’air « oxygène » (du grec formeur d’acide) et l’autre partie « azote » (du grec sans vie). Ses expériences permirent de démontrer que la combustion est un processus qui implique la combinaison d'une substance avec l'oxygène.
  • Il démontre également le rôle de l'oxygène dans la respiration végétale et animale, ainsi que son rôle dans la formation de la rouille.
  • Il a établi une liste de substances ne pouvant pas être décomposées plus qu’elles le sont comme l’azote et l’oxygène mais aussi comme la lumière et la chaleur qu’il pensait être des substances matérielles.
  • Il travailla aussi pour que les poids et les mesures se mesurent avec les mêmes unités dans tout le royaume et que celles-ci soient équivalentes (le système métrique).
  • Il travailla également à l’Administration royale des poudres en faveur d’une amélioration dans le domaine de la fabrication de la poudre à canon.

Sources[modifier]

  • www.wikipedia.org
  • Pluri Dictionnaire Larousse ©1975
Portail de la chimie - Tous les articles sur la chimie et les grands chimistes.